Mourir pour l’Afghanistan.

On fait grand cas, avec raison, de la mort des soldats français en Afghanistan. Ils se sont battus en professionnels dévoués à leur commandement et à leur pays, mais aussi portés par un idéal, celui de contribuer à la lutte contre le terrorisme et Al-Qaeida. Machoires serrées, Sarkozy a martelé, lors de son discours qu’ « on ne pouvait pas se permettre l’échec en Afghanistan ». Pourtant, sait-il que les dés sont pipés ?

L’argent est le nerf de la guerre, et c’est aussi l’argent qui permet au terrorisme de se financer. L’Afghanistan est devenu, depuis Bush, le pays refuge d’Al-Qaeida et sa source de financement, grâce à la drogue. On estime que l’Afghanistan produit entre 90 et 93% de l’héroïne mondiale, et ce pays est devenu en quelques années, après le 11 Septembre, le premier narco-pays.

Thomas Schweich, le Monsieur Drogue Américain en Afghanistan, dégoûté de la façon dont l’administration américaine se désintéraissait du problème, a écrit un long article dans le New York Times, paru le 27 Juillet 2008. Cet article explique par le menu l’évolution de la culture du pavot et de la production d’héroïne dans le sud de l’Afghanistan, fief des Pachtounes du président Karzai. Thomas Schweich ne craint pas d’accuser Karzai de protéger la culture du pavot.

Schweich explique que la seule façon d’éradiquer la culture du pavot est de déverser par les airs des produits chimiques, alors que Karzai s’est toujour opposé à cette méthode. Ce qui fait que jusqu’ici seule la destruction au sol, coûteuse et inefficace, a permis seulement de détruire moins de 20% des récoltes, sitôt remplacées.

De nombreux rapports du gouvernement américains et des Nations Unies lient la survie des Talibans et d’Al-Qaeida à la drogue. Pourtant, le Pentagone et les généraux américains ne tiennent aucun compte de ces avis. Savez-vous pourquoi ? Eh bien parce que cela mettrait fin assez rapidement à la guerre, et qu’il y a des gens haut placés qui profitent de la guerre et des budgets qui y sont consacrés. Pour eux, il faut que cette guerre dure, comme celle d’Irak, tout comme il fallait que celle du Vietnam dure.

Eh bien puisqu’il faut que cette guerre en Afghanistan dure, qu’elle dure, et que des soldats de toutes nationalités y meurent. La lecture du témoignage de Thomas Schweich devrait vous convaincre qu’on a la solution pour assécher rapidement les sources de financement du terrorisme. Je joins le document en format Word.

L’Afghanistan, encore une preuve que certains intérêts privés sont à l’origine de maux qui dévastent la planète.

Ashoka.


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes