Mais non, nous ne félicitons pas Sarkozy pour le RSA !

Le « RSA » c’est un système pour faire re-travailler des salariés temporairement privés d’emploi, donc des chômeurs, à prix très bas, à temps partiels et avec des éléments de rémunération donnés... à la place des employeurs : c’est l’état qui paie des compléments de salaires tout comme c’était déjà le cas avec la fameuse « prime pour le revenu » (PPE).
Que nous chantent-ils ces néo-libéraux, eux qui en appellent en permanence au « moins d’état », refusent une prétendue « économie administrée » (sic), mais qui installent des primes quasi « soviétiques » pour compenser par les aides publiques ce que les employeurs privés ne veulent pas payer ? On marche sur la tête ! Pas de quoi féliciter un prétendu « Robin des bois qui prendrait aux riches pour donner aux pauvres » : on se moque de nous. C’est l’inverse : Sarkozy ne travaille que pour les 2 % les plus riches de la population, idem sur la façon de traiter ce RSA !

Un salaire, c’est un salaire, pas un soin palliatif.

Un boulot, c’est un boulot, à temps plein, mensualisé, au Smic, et il y en a un immense besoin dans ce pays si on ne favorise pas inutilement les heures supplémentaires, c’est-à-dire si on ne fait pas travailler quelqu’un deux fois plus à la place de quelqu’un qu’on n’embauche pas.
Il faut rapprocher les durées réelles du travail de la durée légale à 35 h et il y aura du travail pour tous mieux que par le placebo du RSA/PPE. Mais cela ne peut pas se faire à profit constant !
Il faut que les entrepreneurs et actionnaires apprennent ce qu’est la fameuse valeur du travail et qu’ils la paient correctement. Les « usines à gaz » pour compenser les vrais-faux bas salaires sont des palliatifs.
Haussez le Smic à 10 euros de l’heure immédiatement ! Haussez les salaires de 200 euros immédiatement, cela ira dans le sens de l’indispensable relance pour repousser la récession et dans la voie de l’impérative redistribution des richesses.

Nous ne félicitons pas non plus Sarkozy pour piquer 1,5 milliard aux petits épargnants après avoir donné 15 milliards aux grands capitalistes.
Sa « taxe » à 1% (proportionnelle et non progressive) pour toutes les épargnes de type assurance vie frappera la petite épargne à égalité avec les 378 000 millionnaires en euros de ce pays dont il abaissé généreusement l’impôt l’an passé (bouclier fiscal). Les patrons eux s’augmentent de 58 % l’an passé... Les 500 premières famille ont gagné 80 milliards d’euros de plus l’an passé que l’année précédente !

Il y a une politique alternative de gauche : redistribuez d’abord les richesses !

Pour les besoins et droits sociaux, nous demandons une fiscalité républicaine, progressive et directe, avec des impôts sur les sociétés, les rentes et les fortunes, qui compense les inégalités sociales.
Pour la Sécurité sociale, les retraites et la protection sociale, nous demandons une hausse massive des salaires et des cotisations sociales appropriées.
Oui il faut taxer le capital, puisqu’apparemment c’est donc redevenu possible, mais pas comme cela en trompe l’œil. Pour de bon ! En annulant toutes les mesures prises initialement par Sarkozy en faveur des riches rentiers et actionnaires.
Et il faut hausser tous les salaires, car la France n’a jamais été aussi riche, les caisses privées aussi pleines (les caisses publiques siphonnées vers le privé) et les richesses aussi mal redistribuées.

Gérard Filoche 28 aout 2008


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • > Mais non, nous ne félicitons pas Sarkozy pour le RSA ! 1er septembre 2008 10:15, par vieille dame

    Que répondriez vous à la question de la concurrence internationale du coût de la main d’œuvre ?
    Pensez-vous qu’il existe un risque d’une augmentation des délocalisations si les salaires sont augmentés ?
    Il me semble que cette rareté du travail (organisée par les puissants bien sûr), est une grande cause de peur, et de passivité chez les plus pauvres (qui sont très nombreux). Seuls les salariés privilégiés peuvent encore réagir (on n’a pas encore délocalisé beaucoup de lycées par ex.. ou d’inspecteurs du travail)- et aux luttes des grandes surfaces répond la menace des caisses automatiques...et les ventes discount qui réduisent encore la main d’œuvre manutentionnaire. La grande distribution, qui n’est pas délocalisable trouve aussi des moyens pour organiser elle aussi la pénurie (ou la menace de pénurie) de travail.
    Il me semble qu’un revenu assuré confortable, chômage ou pas chômage, serait une façon de redonner la sécurité aux pauvres et aux précaires, et leur donner ensuite le goût de la lutte. Il réinstaurerait une solidarité entre les travailleurs privilégiés et les autres, par une cotisation plus importante, mais qui, au bout du compte serait payante, non ? enfin, c’est peut-être une idée stupide, je ne sais pas.

    Cette revendication que vous avancez de l’augmentation de salaire me semble illusoire : est-ce que si les socialistes (dont vous êtes un représentant) étaient élus, ils appliqueraient cette consigne ?
    Il me semble qu’en tout cas, le fossé se creuse à l’intérieur du camp des "exploités" entre ceux qui se sont aménagé (par des luttes qui leur étaient possibles pour des tas de raisons) des îlots de confort, et ceux qui rament au jour le jour, dans une précarité épuisante, physiquement et moralement.
    Quand on n’a pas le rapport de force pour mettre à bas le système capitaliste, l’urgence ne serait-elle pas d’établir des solidarités nouvelles et même renoncer à certains privilèges comme par exemple les priorités en HLM de certains fonctionnaires à assez gros salaires ?
    Quand on est pauvre, ce qui saute aux yeux, ce ne sont pas les privilèges de quelques milliardaires qui, si ont se partageait leur fortune en 60 000 000 de français ne ferait peut-être pas beaucoup, mais les privilèges de nos voisins ,enfin, assez lointain quand même car ils se vautrent dans des villas avec piscine et oublient quoique "de gauche" de permettre l’accès de la piscine publique aux pauvres(exemple vécu à Lodève)...

    Votre défense des rentiers (même petits) me semble aussi peu mobilisatrice...mais sans doute attendez vous la prochaine élection ? Ah oui..le sénat ?

    Voir en ligne : http://misere.org/

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes