Angola : Et Bob Gelfdof l’a dit...

Angola : Et Bob Geldof l’a dit....

Il y a quelques mois, à Lisbonne, lors d’une conférence sur le Développement Durable, organisée par le magazine Expresso et la Banque Espirito Santo le musicien/ activiste Bob Geldof déclara pendant son intervention que l’Angola est gouvernée par des « criminels ». Cette prise de position fut immédiatement rejetée par l’institution bancaire organisatrice qui s’en démarqua en précisant « qu’elle ne s’identifiait pas avec les affirmations injurieuses de Bob Geldof sur Angola. » « Angola est dirigé par des criminels. Dans la baie de Luanda (la capitale) on construit les maisons les plus chères du monde. Elles sont plus chères que les maisons de Chelsea et Park Lane ( deux des quartiers les plus luxueux de Londres). » Geldof a encore souligné l’important rôle que le Portugal aurait pu jouer dans une véritable démocratisation de ce pays.

Hélas, le gouvernement portugais joue à fond la coopération inter-États, quels que soient leurs régimes et ce ne sera pas la corruption et la violation des Droits de l’Homme en Angola qui l’empêchera de nouer de bonnes relations avec ses dirigeants. L’Algérie, la Libye et le Venezuela de Chavez ne font-ils pas partie des États « amis » du Premier-ministre Sócrates et de son gouvernement socialiste ? De leur côté des banques et des groupes économiques portugais très importants ne cessent de nouer des alliances stratégiques avec les plus hauts responsables du gouvernement d’Angola, faisant fi des intérêts du peuple angolais.

Tandis que partout en Angola, la misère, la faim continuent de ravager les populations, le président Eduardo dos Santos et ses familiers, devenus richissimes, se placent à la tête de groupes économiques devenus extrêmement puissants à l’échelle internationale.

Déjà maîtres dans l’art de la rapine pendant la guerre qui les opposa à l’UNITA, les élites militaires et politiques du parti vainqueur, le MPLA, continuent aujourd’hui, à faire main basse, en toute impunité, sur toutes les richesses de ce pays.

Corruption à tous les niveaux, liberté d’expression muselée, persécutions politiques et policières, le peuple angolais voit, de plus en plus, s’éloigner un avenir qui pourrait être radieux si les nations dites avancées et démocratiques cessaient enfin d’appuyer ce président et sa clique. En effet Angola est considérée un des pays le plus pauvre du monde, malgré ses immenses réserves de richesses, surtout en pétrole et en diamants.

Des journalistes, des intellectuels, des défenseurs des Droits de l’Homme, des opposants politiques ne baissent pourtant pas les bras devant le danger que le régime fait peser sur la liberté et la sécurité des citoyens. Isaias Samakuva, leader de l’opposition, et président de l’UNITA a dernièrement annoncé que son programme de Gouvernement lancera prochainement un projet national dont l’objectif ce sera « en finir avec la faim ». Ce projet « Angola sans faim » s’adressera á un tiers de la population, en créant une subvention mensuelle de 64 € pour chacune des familles qui vivent en dessous du seuil de la pauvreté. Samakuva a rappelé que « après six ans de paix sans interruption, il existe « une grande abondance de recours naturels, une faible densité de population, des recettes fiscales supérieures à 20 milliards de dollars, et des réserves accumulées dans l’ordre des 15 milliards de dollars » et, que, malgré tout cela, « plus de 68% de la population d’Angola vit dans une extrême pauvreté. »

L’UNITA, adversaire pendant des décennies du MPLA, responsable aussi en ce qui concerne la guerre sanglante qui a plongé le pays dans le chaos et dans la souffrance, cherche tout simplement à se faire inviter à table.

C’est l’incontournable quadrature du cercle des régimes politiques africains : pseudo-démocraties, dictatures, partis corrompus, élites militaires, les États de presque toute l’Afrique, continueront, malheureusement, encore pendant longtemps à soumettre ce continent à la misère et au sous-développement avec la complicité des grandes puissances occidentales. Le Temps de l’ Homme Africain, Humaniste et Défenseur des Droits et Valeurs Humains créateur d’une Afrique Libérée, Souveraine et Pacifique n’est pas encore arrivé.


 
 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
 
 
Les derniers articles
 
Thèmes