Ô CRAINTE... QUAND TU LES TIENS !

« Dis-moi qui tu vires, je te dirai qui tu hais ! ». C’est bien le cas avec les trois journalistes renvoyés. Ainsi les pions se mettent en place et la stratégie s’exécute... doucement mais surement ! Continuons de faire la politique de l’autruche et de jouer les cruches...

France Monde est chargée de, ce que l’on appelle chez nous, l’audiovisuel extérieur.

C’est une holding regroupant plusieurs media, notamment : TV5 Monde, France 24 et RFI.

L’entreprise vient d’acquérir un nouveau couvre-chef en la personne de Christine Ockrent, une journaliste « additionnant » plusieurs postes auprès d’organismes privés tels Microsoft Windows Vista, Trophées de l’intégration paysagère, antennes relais SFR, Forum des retraites de la Caisse des dépôts, université d’été du Medef, etc., « multipliant » ses revenus puisque la susdite fournit des « prestations grassement rémunérées », se « soustrayant » au sérieux de la profession et « divisant » ses confrères.

Enfin... une femme à ce poste !

C’est une évolution... non pardon...une « révolution ».

J’espère néanmoins que la nouvelle directrice sera rémunérée à l’occasion autant qu’un homme et qu’à travail égal... hélas, le sale air sera supérieur !

Eh bien... c’est fait ! La pollution en nocturne a débuté et l’épuration journalistique commence !

Dés son arrivée, curieusement trois journalistes sont remerciés comme des malpropres, coup sur coup... par personnes interposées bien évidemment - la pratique vous rappelle quoi ?-... trois journalistes... et non des moindres : Labévière, grand reporter, Grégoire Deniau, directeur de l’information de France 24, et Bertrand Coq rédacteur en chef.

Bizarre ! Vous avez dit... bizarre ! Comme c’est bizarre !

Je vous fais grâce, cher lecteur, des motifs... ils sont minables et lâches !

L’un a été chassé pour son « comportement », l’autre pour son émission sur le 11 septembre et le troisième pour « faute grave ».

Les raisons invoquées par les licencieux « licencieurs » n’ont pas du tout convaincu les autres journalistes.

Mais... aux mêmes effets les mêmes causes soutient un principe de physique classique. Regardons à la loupe ces affaires... et nous aurons la solution du problème qui se pose à nous !

Si les trois journalistes officiant depuis bien longtemps sur les chaines et connus du grand public ont été éjectés de leurs sièges, ils doivent avoir un point commun.

Cherchons lequel.

Richard Labévière est auteur de plusieurs ouvrages... sur la zone très sensible qu’est le Moyen Orient. Ses titres sont déjà fort évocateurs et nous font entrevoir les craintes de Christine : Les Dollars de la terreur (1999), Bethléem en Palestine (2000), Oussama Ben Laden (2002), Le grand retournement (2006), Bernard-Henri Lévy ou La règle du Je (2007) en co-auteur. L’homme s’est investi également dans la rédaction du Dictionnaire Mondial de l’Islamisme. Labévière a la caractéristique de critiquer le seul Etat théocratiquement démocratique du Moyen Orient, celui ou l’on pratique la liberté de... l’Apartheid.

Bertrand Coq, en dehors de sa fonction dans la chaine et de sa récompense puisque lauréat du prix Albert-Londres, est auteur du livre Les Tribulations de Bernard K. en Yougoslavie ou l’imposture humanitaire (éd. Albin Michel, 1993). Il avait fait des reportages à Ramallah et Naplouse compromettants pour les Israéliens.

Grégoire Deniau, reporter indépendant, lauréat du prix Albert-Londres, a organisé un débat sur le 11 septembre. Mais il avait déjà un passé « douteux » puisque dans un reportage « sous les balles de Faloujja », il avait décrit les exactions de l’armée américaine en Irak. Pis encore, il avait rencontré des étudiants palestiniens à Ramallah.

Le lecteur verra sans difficulté le point commun qui relie les trois journalistes. Nous y reviendrons.

Mais avant, je voudrais rappeler que Christine Ockrent est la « compagne » de... Bernard Kouchner l’actuel Ministres des Affaires de plus en plus étranges... celui qui avait soutenu l’invasion et l’occupation de l’Irak, qui avait laissé sourdre... à la place de Sarkozy... l’intention d’aller en guerre contre l’Iran. Je voudrais aussi rappeler que Christine Ockrent a été promue Officier de la Légion d’Honneur en... 2007... à l’arrivée de Sarkozy et invitée en juin 2008 par les Bilderbergers, organisation quasi-secrète dont j’aurai l’occasion d’en parler dans un autre article.

Revenons à nos moutons.

Nos journalistes, écrivais-je, avaient donc un point commun : rapporter les vraies informations sur le sort des Palestiniens et sur les exactions tant de l’armée américaine que de celles de Tsahal l’armée la plus morale du monde.

Curieuses coïncidences... vous ne trouvez pas ?

Ah, Christine... ça craint !


 
 
 
Forum lié à cet article