Notre futur : L’esclavagisme déguisé

Les évènements à venir projettent leur ombre en avant. Telle la crise boursière mondiale, crée par une dette excessive permise par les effets de levier de plus de quarante fois des fonds propres des banques. Ce n’est pourtant qu’une péripétie.

Le sens profond de la crise boursière actuelle échappe à la majorité d’entre-nous. Beaucoup pensent que c’est bien fait pour les riches qui y ont perdu entre 20 et 50% de leur argent. C’est vrai, mais l’argent perdu ne l’est pas pour tout le monde. Il est allé dans la poche des super riches qui ont préparé la crise et l’ont déclenchée au bon moment.

La création de la réserve fédérale américaine en 1913 a permis à un groupe restreint de banquiers internationaux de s’approprier le pouvoir de l’argent. En s’arrangeant pour inciter à la création de déficits, ils les ont financé en imprimant de l’argent à partir de rien, et touchent les intérêts exonérés d’impôts sur leur intervention. Guerres et crises économiques sont toujours à l’origine de déficits, véritables aubaines pour la FED, ou plutôt pour les douze banques privées qui la composent, puisque la réserve fédérale n’a aucune réserve et n’est pas fédérale. Les déficits américains, hormis quelques pointes lors des guerres, est toujours restée stable aux environs de mille milliards de dollars. Jusqu’à Août 1971, quand Nixon a annoncé la fin de la convertibilité du dollar en or établie en 1944 à Bretton Woods. De 1971 à 2007, le déficit des Etats-Unis à grimpé de mille milliards à dix mille milliards. Depuis, avec les guerres en Iraq et Afghanistan et le coût de la crise bancaire, le déficit est de plus de douze mille milliards. Si on y ajoute le coût de la sécurité sociale et les coûts de santé pour les années à venir, le déficit est de plus de cinquante mille milliards de dollars. Le propre comptable des Etats-Unis, David Walker, mène campagne depuis des mois pour alerter les Américains et les prévenir que le pays est ruiné.

La ruine des Etats-Unis obligera les Américains à se serrer la ceinture pendant des décennies. Le reste du monde se relèvera assez vite. L’Europe, la Chine, le Brésil ou l’Inde ainsi que beaucoup de pays de l’Est, d’Amérique du Sud et de l’Asie auront une croissance rapide. En 2001, les pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) représentaient 25% de la richesse mondiale. En 2008, ils représentent déjà 40% et la tendance se poursuit. En 2050, la Chine représentera près de 50% de la richesse mondiale.

Les années à venir verront des changements énormes. Le dollar américain perdra son privilège de réserve de change. Il est passé de Juillet 2008 à Août 2008 de 64% à 62% des réserves de changes mondiales. Beaucoup de pays exportateurs de pétrole n’exporteront plus en dollars mais en Euros. On refera un nouveau Bretton Woods pour adosser les monnaies à l’or, ce qui empêchera de créer des déficits en imprimant de la monnaie à partir de rien. La réserve fédérale américaine sera de plus en plus l’objet de critiques et d’attaques, et beaucoup veulent la voir disparaître. Il ne serait pas surprenant de voir une révolution aux Etats-Unis, où tous les citoyens sont armés. Le gouvernement leur demandera de tels sacrifices dans les vingt années qui viennent qu’un soulèvement est possible. Pour ceux qui suivent de près les affaires américaines, le Sénat a voté à huis-clos le 13 mars 2008 la loi martiale.

Peu de politiciens américains sont à la hauteur pour faire changer les choses dans l’intérêt des citoyens, en dehors de Ron Paul, ce remarquable humaniste républicain (personne n’est parfait). Ron Paul est attaqué par les médias, à la solde du grand capital et des comploteurs derrière la Fed.

Une lueur d’espoir vient de la prise de conscience de beaucoup d’Américains. On peut voir des articles sur l’Internet, des vidéos sur YouTube, qui permettent à ceux qui cherchent la vérité de s’informer. Les révélations, vérifiables et vérifiées, font parfois froid dans le dos. Le 11 Septembre 2001 est devenu un secret de polichinelle, le détournement de plus de 4000 milliards de dollars par le Pentagone aussi.

Les huit années de George Bush auront été fatales au peuple américain. Alors que des millions d’abrutis ont voté pour lui et les guerres, Bush a creusé le gouffre dans lequel ils sombreront. La manipulation a pris une autre dimension pendant ce règne-là. La propagande de Goebbels fait figure de jeu d’enfant en comparaison. Le génie d’avoir créé la peur du terrorisme, d’Al Qaieda et des Arabes sanguinaires revient aux neo conservateurs, qui ont ainsi permis la signature d’un chèque en blanc pour l’avenir. L’Union Nord Américaine a eu sa première signature, sous couvert de protection contre le terrorisme, il y a quelques mois. Elle vise le regroupement des Etats-Unis, du Canada et du Mexique. Bien pratique pour en faire une seule zone avec une seule monnaie, l’améro, et voler les ressources naturelles du Canada.

Le monde qui se prépare est hideux. Une fois encore, il y a un tas d’abrutis qui ne veulent rien voir, endormis. L’hyperinflation qui se prépare avec les déficits énormes va diminuer de façon considérable le pouvoir d’achat. Ah ! Là, vous allez peut-être réagir, non ?

J’ai 60 ans et pourtant je verrai tous ces changements. Les plus jeunes d’entre-vous les vivront dans leur chair. Adieu super endettement, adieu pouvoir d’achat, bonjour la régression sociale et les budgets familiaux serrés. Que voulez-vous. Quand on se désintéresse de la vie publique et des affaires de son pays pour jouir au jour le jour, on crée un terreau propice à tous les abus dont on n’a plus qu’à souffrir pour longtemps.

Tandis que je termine la rédaction de cet article, je vois les images d’une dizaine de "terroristes Arabes" cagoulés qui s’entraînent, kalashnikov au poing. Bien piètre menace en regard des crimes considérables commis par les banquiers en col blanc et les conspirateurs du nouvel ordre mondial. Mais les premiers sont la cible des medias, les seconds en sont les propriétaires. On ne savait pas de quoi serait le XXI ème siècle. C’est celui de la manipulation, du vol de nos libertés et de notre appauvrissement.

On ne voit pas bien comment retourner la tendance et s’affranchir de cet esclavagisme déguisé. Sinon par la lutte massive, peu probable à voir l’apathie et l’inconscience de nos contemporains. Il faudrait des dizaines de Ron Paul de par le monde. Or, on n’a que des milliers de Bush et des milliards d’endormis qui continueront à se faire tondre comme les moutons qu’ils sont !

Ashoka


 
 
 
Forum lié à cet article

10 commentaires
  • Y’a tout comme une erreur de frappe,non ? 12 octobre 2008 18:45, par Jean-Marie

    Depuis, avec les guerres en Iraq et Afghanistan et le coût de la crise bancaire, le déficit est de plus de douze mille milliards. Si on y ajoute le coût de la sécurité sociale et les coûts de santé pour les années à venir, le déficit est de plus de cinquante milliards de dollars.

    cinquante MILLE milliards de dollars ?

    Merci

    Jean-Marie.

  • Quelle lucidité !!!

    Merci pour cet article on ne peut plus explicite ...
    A quand un sursaut de survie ???
    jibé

  • > Notre futur : L’esclavagisme déguisé 12 octobre 2008 22:20, par Rémy Rey

    Bravo pour votre article, empreint d’une lucidité réconfortante et... alarmante.
    Aujourd’hui, celui ou celle qui veut s’informer peut le faire via Internet. Demain, il sera trop tard pour affirmer : "Nous ne savions pas." Tous les abrutis dont vous parlez et qui, surtout, sont manipulés plus par des peurs imaginaires savamment entretenues que par leur sottise vont découvrir bientôt l’"effroyable vérité". Alors, ils prétendront : "On savait pas." Lorsqu’on met la tête dans le sable, il ne faut pas s’étonner de ne pas voir l’horizon chargé de nuages noirs !
    La seule chose qui pourrait enrayer cet horrible machine qu’est devenu le système politique et économique international consisterait à ne plus obéir, à ne plus suivre comme des moutons. Par exemple, en arrêtant de payer nos impôts, nos amendes, etc. Bien sûr, pour cela, il faudrait que nous soyons des centaines de milliers par pays. Or, l’homme est beaucoup plus prompt à croire ce qui le rassure qu’à se lancer dans une action qui comprend des risques. Tous les Allemands qui ont hissé Hitler au pouvoir n’étaient ni des imbéciles ni des salauds. Ils étaient comme nous. Ils croyaient ce qu’Hitler et ses acolytes leur disaient. Et lorsque certaines vérités devenaient par trop évidentes, ils faisaient comme beaucoup d’entre nous aujourd’hui, ils fermaient les yeux.
    Résistons pendant que nous le pouvons !
    Rémy Rey

  • > Notre futur : L’esclavagisme déguisé 13 octobre 2008 04:52, par Ashoka

    Yes. The deficit is more than 50 trillion dollars, soit 50 mille milliards de dollars, Hélas !
    Ashoka

  • > Notre futur : L’esclavagisme déguisé 13 octobre 2008 20:33, par calypso

    merci pour cette analyse qui éclaire la crise financière d’une manière inédite
    pouvez vous nous indiquer les banques qui composent la FED ?

  • > Notre futur : L’esclavagisme déguisé 13 octobre 2008 20:51, par Ashoka

    Voilà les propriétaires de la Fed. Ashoka :

    Rothschild Bank of London
    Warburg Bank of Hamburg
    Rothschild Bank of Berlin
    Lehman Brothers of New York
    Lazard Brothers of Paris
    Kuhn Loeb Bank of New York
    Israel Moses Seif Banks of Italy
    Goldman, Sachs of New York
    Warburg Bank of Amsterdam
    Chase Manhattan Bank of New York

  • > Notre futur : L’esclavagisme déguisé 14 octobre 2008 17:34, par Sam

    Monsieur,

    Il est réconfortant de lire un article comme le vôtre.

    Je suis pour ma part inquiet depuis de nombreuses années devant l’évolution des affaires de la planète (pour ce qu’il nous est permis d’en entrevoir).

    J’ai tenté d’en parler le plus largement possible autour de moi.
    J’y ai renoncé face aux réactions. Au mieux on ne m’a pas écouté, traité avec un dédain masqué, au pire j’ai rejoint la cohorte des illuminés et autres conspirationnistes.

    J’avais malgré tout foi en mes contemporains et en leur capacité à réagir. Aujourd’hui j’ai compris que nombre d’entre eux sont soit congénitalement abrutis soit préfèrent adopter la politique de l’autriche.
    Cette dernière catégorie sera d’ailleurs toute disposée à accepter le NOM le moment venu par lâcheté et peur de faire partie de ceux qui seront éliminés.

    J’ai trente ans et je me prépare à un avenir préfiguré par Auschwitz (il existe encore de grandes réserves de cruauté inexploitées).
    Mais en vous lisant vous, d’autres ainsi que les lecteurs qui laissent des commentaires, je comprends que nous sommes nombreux.
    Suffisamment nombreux pour former une masse critique susceptible d’influer sur le cours des évenements ?
    J’en doute hélas !

    Cordialement

  • > Notre futur : L’esclavagisme déguisé 16 octobre 2008 07:33, par dang

    Merci pour cet article.

    J’ai fait une brillante carrière en finance et pourtant on me prends pour un hurluberlu quand je tente d’en expliquer les concepts à ma famille.

    J’ai même eu une violente discussion avec un de mes frères qui est infirmier et qui n’y connait que dalle en finance, et pourtant rien n’y fait pour le persuader de s’interroger ; c’est trop gros, donc impossible.

    Bon courage à tous.

  • > Notre futur : L’esclavagisme déguisé 16 octobre 2008 19:01, par Crodoff

    Comme d’autre ici présent en commentaires, je constate avec horreur et dégoût le nombre assez énorme de gens obtus et hautain qui ne verraient une vache dans un couloir, concernant tout ces événements, parfois grossier au possible dans leur manipulation. Avec pour faire passer la pilule, tout ces grands médias aux ordres de leurs propriétaires sur les grandes lignes des projets des élites qui sont cuisinés "prêt à penser" pour la masse et auquel il faut subir un tir de riposte groupé à la sauce " conspirationnistes " dés que l’on sort de la pensée unique, et cela même si on le fait avec des faits accablants. Les conspirations n’ont jamais existés donc, circulez ! Les élites nous aiment et ne veulent que notre bonheur, qu’ils évoquent d’ailleurs lors de leurs réunions bon enfant autour d’un café dans leur think tank dans le bistrot du coin. Tout va bien, mettez votre cerveau devant la roue de la fortune, lisez votre 20 minutes dans le métro et allez travailler le dimanche à présent !

    Voir en ligne : http://crodoff.canalblog.com/

  • > Notre futur : L’esclavagisme déguisé 21 octobre 2008 21:02, par Roland

    "et je me prépare à un avenir préfiguré par Auschwitz"
    Peut-être pas (quoique ... Si on relit ce livre incontournable "L’Horreur Economique" de Viviane Forrester, et si on lit ce que raconte Attali !)
    En tous cas dans le même domaine je parviens de plus en plus à la conclusion qu’il convient d’appliquer au stalinisme et à toutes les horreurs et les jésuitisme gluants de "feu" le régime soviétique le "principe de banalité" :
    http://miiraslimake.over-blog.com/article-6286411.html

    en résumé tout ça n’est nullement le propre de l’URSS ni d’une certaine époque.
    Alors pourquoi pas Auschwitz ?