L’esclavage du siècle présent

Aimez-vous les histoires ? Je vais vous en raconter une qui est aussi vraie qu’actuelle, aussi terrifiante que presque incroyable, aussi monstrueuse que signifiante pour votre avenir et celui de vos descendants. Comme toute histoire, elle commence par « Il était une fois »... C’est l’histoire de la mise en esclavage de tous les peuples de la terre, qui aura pris une centaine d’années pour se réaliser.

Il était une fois une confrérie, celle des orfèvres qui gardaient dans leurs coffres l’or de leurs clients, contre une petite rémunération. Ils découvrirent bien vite qu’ils pouvaient prêter de l’argent garanti par leurs dépôts et, de fil en aiguille, ils prêtèrent bien plus d’argent que sa contrepartie en dépôt. Ils étaient devenus banquiers et le système fractionnaire était né. Les banques devant garder 10% des dépôts qu’ils reçoivent et pouvant prêter le reste, 1000 euros déposés génèrent un montant de 900 euros prêtés, qui génèrent eux-mêmes 810 euros d’argent prêtés. Au bout du compte, 1000 euros deviennent 10000 euros dont 9000 euros de dettes. Le système fractionnaire est dangereux car il génère de la dette créée à partir de rien, le crédit bancaire. Le crédit bancaire n’est pas le seul système pour créer de la dette. Les banques centrales peuvent aussi créer de la dette à partir de rien.

Évidemment, ceux qui créent cette dette, allouant des crédits aux particuliers, aux entreprises, et aux états, détiennent un pouvoir considérable. Ce sont les banquiers internationaux, une poignée d’individus qu’on pourrait presque compter sur les doigts de nos deux mains. Au siècle dernier, ces banquiers détenaient déjà un certain pouvoir, le contrôle du crédit bancaire. Ils résolurent de s’approprier le second moyen de créer de la dette, devenir banque centrale. Aux États-Unis, ils firent voter en décembre 1913, deux jours avant Noël, la création de la réserve fédérale américaine. Il n’y avait que 3 sénateurs présents ce jour-là pour voter et on peut imaginer qu’ils avaient été influencés par le lobbying, sinon achetés.

La première partie du plan de ces banquiers internationaux avait été réalisée avec succès. Ce cartel avait pour objectif, tout comme il l’a aujourd’hui, la création de dettes engendrées par les déficits générés par les guerres et les crises économiques. Ils font en sorte en 1971 que le dollar ne soit plus convertible en or, ce qui autorise la planche à billet à imprimer nuit et jour, sans aucune limite. Et hop ! Allons-y gaiement, plus il y a de dette, plus il y aura de remboursements. Plus il y a de guerres, plus le déficit va croissant et génère de la dette. Et puis, comme il faut manger à tous les râteliers, ces mêmes banquiers financent le complexe militaro industriel, étant les premiers à en tirer le profit des ventes d’armements.

Une fois les dettes créées, le peuple devait la rembourser avec ses impôts (la création des impôts aux USA date aussi de 1913, quelle coïncidence). La réserve fédérale touche un intérêt confortable sur le paiement de la dette, exonéré d’impôts. En d’autres termes, les banquiers internationaux, via les 12 banques privées qui constituent la réserve fédérale, s’engraissent grâce à la dette. Cela leur suffisait-il ? Non.

Ils élaborèrent un moyen supplémentaire infaillible de s’approprier les richesses des autres. Ils prêtent à outrance, pour que les gens s’endettent, puis coupent tous les crédits. Les gens remboursent en vendant leurs actifs à prix cassés, de l’ordre du tiers de leur prix réel. Le cartel des banquiers internationaux le firent en 1929. De 1925 à 1929, ils prêtèrent des sommes considérables pour les investissements boursiers, soit 90% du prix des actions sous forme de marges. Les cours montèrent de ce fait, puis le cartel coupa les prêts. Les gens n’avaient plus qu’à vendre à perte pour rembourser.

On vient d’assister à un remake parfait de 1929 avec la crise actuelle. Bush et Greenspan créent la bulle immobilière après celle des dot.com en 2000, puis le cartel bancaire coupe les crédits. La bourse s’effondre, les banques non liées au cartel déposent le bilan et sont rachetées à un prix ridicule par le cartel. Exemple, Washington Mutual avec 308 milliards de dépôts fût rachetée moins de 2 milliards de dollars il y a quelques jours ! Une misère. Aujourd’hui, trois banques américaines possèdent les trois quarts des dépôts des épargnants : Citigroup, JP Morgan et Bank of America. Maintenant qu’un important transfert de richesses a eu lieu et que les déficits sont creusés, le cartel va remettre les choses en place pour que les peuples puissent travailler et leur payer l’impôt.

Quelles sont les motivations de ce cartel bancaire ? L’argent, bien-sûr, mais pas seulement. Ces banquiers, qui se retrouvent au Bilderberg, à la Trilatérale et au Council of Foreign Relations, savent que le monde court à sa perte avec la surpopulation mondiale, les risques qu’un petit pays acquière l’arme nucléaire et la dégradation de l’environnent et de la planète Terre. Ils veulent donc le pouvoir absolu : un seul gouvernement mondial, une seule monnaie. Pour les plus pessimistes, ils pourront réduire la population mondiale de 8 milliards d’individus en 2012 à un seul milliard d’individus qui leur serviront d’esclaves soumis. C’est là que vous intervenez mes braves. Peut-être ferez-vous partie de ce milliard d’heureux esclaves soumis, à moins que vous ne soyez dirigés vers la file numéro deux, celle qui mène aux cheminées fumantes... J’exagère sûrement, mais sait-on jamais ?

Le cartel n’est pas pressé, même si les choses s’accélèrent terriblement ces dernières années. Ils n’auront peut-être pas à faire mourir une partie de l’humanité avec une saloperie du genre sida. Une sévère régulation des naissances devrait suffire. Du même coup les problèmes d’environnement deviendront moins gênants. Le problème des retraites à payer sera résolu (hé hé, vous voyez comment). Le problème de l’énergie sera résolu, les élus du cartel et leur garde rapprochée seront les seuls à mettre de l’essence dans leur auto. Nous on ira à pied si on est encore vivants.

On ne sait pas trop comment appeler les membres du cartel. Est-ce que ce sont les illuminatis, les maçons, un groupe ethnico religieux particulier ? Peut importe. Ce qui est sûr c’est que ce sont les financiers internationaux, et la clique qui joue avec eux, les oligarques de tout poil. Pour le moment, le cartel laisse les émirs accumuler la richesse. À quelle sauce croyez-vous qu’ils les mangeront ? Le cartel a besoin d’un pays d’asile. C’est bien évidemment les Etats-Unis, bien que les membres du cartel soient répartis dans le monde entier. Que pouvons-nous faire ? Il faudrait :

1. Arrêter le système fractionnaire dans le crédit bancaire

2. Éliminer les banques centrales

3. Revenir à une parité devises contre or

4. Interdire les médias à la solde du capital

5. Ouvrir les élections à des politiciens qui n’appartiennent pas à des partis traditionnels.

6. Botter le cul à nos concitoyens pour les forcer à comprendre (la partie la plus difficile)

7. S’attaquer de façon sérieuse et concertée à tous les problèmes d’environnement

8. Transformer l’audio visuel pour faire cesser les programmes débilitants qui font partie de la conspiration du cartel du NOM (Nouvel Ordre Mondial)

9. Limiter la consommation

Cette purge, aussi improbable que nécessaire, exigerait un désendettement massif et n’obligerait plus à avoir une croissance positive.

Ce scénario Orwellien est encore bien en dessous des réalités. Nous sommes, avec le début du XXIème siècle, entrés dans l’ère de l’esclavage déguisé. Que cet esclavage déguisé devienne esclavage déclaré n’est qu’une question de quelques années. Les périls presque immédiats qui menacent l’humanité décideront le cartel du nouvel ordre mondial à passer à l’action assez rapidement. Le 11 septembre 2001 et la crise actuelle sont les prémisses et sont une indication que le grand oeuvre est sur le point de s’accomplir.

Il faudrait un Émile Zola pour dire :

1. J’accuse le cartel de banquiers internationaux d’avoir déclenché les guerres de 14-18, de 40-45, de Corée, du Vietnam, d’Iraq et d’Afghanistan et de préparer celle d’Iran. Les guerres offrent le double avantage de créer des déficits gigantesques et permanents et de générer des profits considérables sur la vente d’armement, ainsi que de réduire la population mondiale.

2. J’accuse le cartel de s’approprier les richesses du monde en taxant les citoyens pour rembourser les dettes abyssales générées par ces guerres.

3. J’accuse le cartel des banquiers internationaux d’avoir déclenché les crises de 1929 et de 2008 et de s’être approprié la majorité des banques qui n’étaient pas encore à eux.

4. J’accuse le cartel d’œuvrer à la mise en esclavage de l’humanité

5. J’accuse le cartel de vouloir dominer le monde en créant un seul gouvernement et une seule monnaie.

6. J’accuse le cartel de planifier une réduction massive de la population mondiale en limitant les naissances, ce qu’ils feront une fois pris le pouvoir.

7. J’accuse le cartel d’avoir amplifié à l’extrême le phénomène du terrorisme Arabe, pour obtenir un chèque en blanc et pouvoir ainsi déclencher des guerres.

8. J’accuse le cartel d’avoir mis en place un environnement audio-visuel médiocre et débilitant, pour garder les peuples dans un état de médiocrité intellectuelle propice à leur asservissement présent et à venir.

9. J’accuse le cartel de détruire les cultures des pays du monde au profit d’une mondialisation voulue pour permettre un gouvernement unique mondial.

10. J’accuse le cartel de mettre tous les citoyens dans un fichier central et de réduire nos libertés, sous prétexte d’un terrorisme mondial soigneusement entretenu et incroyablement amplifié par rapport à sa réalité.

11. J’accuse le cartel d’avoir pris pour cible les Musulmans et les Arabes, et d’avoir inventé de toutes pièces le concept fumeux de "guerre des civilisations" afin de servir leurs buts de domination mondiale.

12. J’accuse le cartel d’avoir bien choisi son moment, avec le phénomène des baby boomers auxquels il faudra payer des retraites et pour lesquelles les besoins en dépenses de santé seront considérables.

13. J’accuse le cartel d’être depuis près de cent ans l’épicentre de nos problèmes les plus graves.

Je vais vous dire une chose qui est dure à entendre. Vous jureriez que vos enfants sont la chose la plus importante pour vous. Faux ! Vous vous en foutez allègrement. Sinon pourquoi ne feriez-vous rien pour l’environnement qui fera de cette planète un lieu inhabitable au cours des prochaines décennies ? Pourquoi laisseriez-vous faire ce cartel sans réagir, sans lutter. Les membres de ce cartel, eux, prennent le pouvoir pour que leur descendance vive libre sur une planète plus saine. L’égoïsme des gens, leur lâcheté et leur bêtise sont la cause de tous nos maux et laissent le champ libre au cartel.

La consommation a été permise par la dette, et ce besoin de consommation a avili l’homme. Le progrès ne passe pas forcément par une consommation effrénée mais par un comportement citoyen responsable. Cette soif de consommation, rendue possible par la dette, a offert sur un plateau d’argent l’arme absolue au cartel du NOM. Si on vous demandait de consommer moins, le feriez-vous ? On peut en douter.

Une chose encore. Que vous votiez pour Pierre, Paul, ou Jacques, c’est la même chose. Ce sont des faux choix qui vous sont présentés. Cette stratégie des faux choix vous fait croire que vous pouvez choisir. En fait les choix qui s’offrent à vous ont été préparés de telle façon que quel que soit votre choix, il sert les intérêts du cartel. Il y a pourtant une poignée minoritaire d’hommes politiques humanistes qui pourraient faire avancer les choses, pour peu que vous déchiriez votre carte des plus vieux partis traditionnels qui ne font rien d’autre que de se moquer de vous. En tout état de cause, seule une prise de conscience, préliminaire à toute action, pourra fournir une lueur d’espoir dans cet abîme de malheurs qui s’approchent à grands pas.

Il était une fois un petit garçon né il y a soixante ans et qui, pendant la première partie de sa vie, crut à des choses simples : le libre arbitre, la liberté, la promotion sociale, la justice du même nom, et même l’illusion que les hommes politiques oeuvraient au bonheur commun de ceux qui les avaient élus et des autres. Les années passant, le petit garçon perdit beaucoup de ses illusions. Pourtant, jamais il n’aurait cru que les dés étaient pipés à ce point et qu’il passerait les dernières années de sa vie à assister au spectacle d’un renforcement du pouvoir du nouvel ordre mondial. Sa frustration de voir ses contemporains inconscients du danger ne disparaît pas avec la compréhension des mécanismes sournois et des stratégies géniales mis en oeuvre pour dominer le monde dans sa totalité. Il était une fois un petit garçon devenu vieux qui mourut bien malheureux... Laissant derrière lui quatre enfants qu’il aime et deux petits enfants.

Je crois au combat, à la lutte, à la résistance. J’écris pour déclencher l’alarme et alerter ceux qui me lisent. Je crois à la synergie, à l’effet réseau. Un grain de riz sur la première case du jeu d’échecs, deux grains sur la deuxième et ainsi de suite pour faire des milliards de grains de riz avant d’arriver à la derrière case. Si deux personnes qui me lisent décident de combattre aussi, ils convaincront chacun deux autres personnes et ainsi de suite. C’est le seul espoir qui me reste d’avoir fait quelque chose. D’autres, élus ceux-là comme René Balme et Ron Paul le font à une plus grande échelle. La prise de conscience qui en résultera, sitôt la masse critique atteinte, pourrait se mettre en travers du grand oeuvre ourdi par le nouvel ordre mondial. Et s’il y en a qui doutent et crient à la paranoïa, qu’ils s’informent avec la largesse d’esprit qui convient. Tout cela, hélas, n’est ni une blague ni la manifestation d’une paranoïa non maîtrisée mais bien la tragédie des cent années qui viennent de s’écouler, celle du XXIème siècle qui déroule ses premières années comme un tapis rouge sous les pieds des maîtres du monde.

Ashoka.


 
 
 
Forum lié à cet article

3 commentaires
  • > L’esclavage du siècle présent 14 octobre 2008 16:56

    Tu la justement dit, dans les décennies qui s’annoncent, la planete sera totalement délabré. Le pire est que nous avons detruits toutes les possibilités pour que notre planete puisse s’en remettre rapidement. D’ici l’an 2100 l’espece humaine, ainsi que plus de 80% des especes vivantes sur la planete auront disparu. L’argent, ne protege pas de la maladie, de la mort, ne nourrie pas. A se rythme ou nous allons l’argent ne servira absolument a rien. Les puissants de se monde, ce sont crée des tombes ou des prisons, auquel cas, leurs descendances ne pourront que survivre enfermer un certain temps, c’est presque ironique a vrai dire, ils ont construit leurs prisons. La Terre ne mourra pas, dans 1 million d’année notre monde aura changer de visage, des especes nouvelles, mais nous humains, n’avons pas 1 millions d’années, meme pas 100 ans, donc quelque soit la Caste actuel, quelque soit son Pouvoir virtuel qui n’est du qu’a l’argent, notre espece est voué a disparaitre

  • > L’esclavage du siècle présent 14 octobre 2008 18:20, par André Chenet

    Votre description du plan machiavélique des plus fortunés de la planète a beau laisser pantois le citoyen lambda, quel que soit son bord politique, il n’en est pas moins vrai qu’une vitesse supérieure vient d’être franchie : alors que les dettes des états s’accumulent, tout à coup les robinets à fric se sont mis à cracher à plein débits afin de sauver les malfaiteurs qui sont à l’origine du fiasco financier, dont, entre parenthèses, le meilleur reste à venir, soyons en certains. Cet afflux énorme de pognon provient des planques (réseves) accumulées depuis 50 décennies, et c’est justement ce à quoi servent les paradis fiscaux, les chambres de compensations : emmagasiner des sommes hallucinantes (volées à ceux qui les ont créées, c’est à dire les travailleurs/serviteurs/esclaves) lesquelles, à des moments propices et bien déterminés, servent les intérêts et les desseins de ces Maîtres du monde qui manipulent à leur guise les élites politiques par le biais du lobbying et des hautes instances internationales, entre autres. Les banques effectivement sont les clés de voûte de ce système répugnant, ce que vous explicitez fort bien. Le message passe, mais l’inertie due à l’emprise du spectacle permanent empêche la réaction adéquate qui devrait amener une insurrection totale, du moins en occident, où nous avons encore accès à l’information, où la liberté d’expression agit, notamment par le biais d’internet, comme jamais auparavent. J’ai bien peur qu’il ne faille bien d’autres désastres et que, peut-être, il sera trop tard. Car ne perdons pas de vue que ces désastres provoqués (guerres, dépressions...) ainsi que les cataclysmes naturels, sont autant d’investissements juteux pour ceux qui sont véritablement les ennemis des peuples. Dans un premier temps, agissons là où nous sommes, en France, tout en gardant des liens essentiels et solidaires avec les hommes et les femmes qui agissent dans les autres pays. Si nous réussissions à déjouer le pouvoir occulte des grands argentiers, il ne fait aucun doute qu’une force de contagion se propagerait à travers toute l’europe dans un premier temps et peut-être même le monde entier. Depuis deux siècles, notre pays fut un bon détonnateur. Il serait grand temps de mettre le feu aux poudres et de jeter par dessus bord les salopards et les criminels qui nous saignent. Salut et Fraternité.

    Voir en ligne : http://poesiedanger.blogspot.com

  • > L’esclavage du siècle présent 15 octobre 2008 09:48, par mawimoon

    Vraiment bravo pour votre article, j’essaie aussi de faire réfléchir les gens en postant des articles sur mon site...Je me console en voyant que les mentalités en France commencent à changer, la révolution se prépare...Salutations !

    http://non-au-nwo.blogspot.com

    Mawimoon

    Voir en ligne : Appel à la résistance !

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes