Lettre ouverte d’un imbécile à Franz-Olivier Giesbert

Monsieur,

Vous avez publié dans le Point le 27 novembre une tribune intitulée "La conspiration des imbéciles". J’avoue m’être demandé à la lecture de ce texte qui étaient les imbéciles qui conspirent. J’ai même cru un instant que vous visiez ceux qui après avoir été les chantres du marché libre et sans entrave, du laisser-faire .aujourd’hui encensent Roosevelt en assimilant les projets de "relance" de Nicolas Sarkozy et Gordon Brown au New Deal. J’ai ensuite pensé que les imbéciles étaient ceux qui condamnent aujourd’hui la déréglementation oubliant que celle-ci résulte d’une politique menée avec une grange constance depuis Reagan et Thatcher...

Mais, vu le ton de votre tribune, il semble que mes hypothèses de départ étaient fausses et que les imbéciles soient les "archéo-souverainistes et les protectionnistes pavloviens" qui auraient, selon vous, "reçu un rude coup, la semaine dernière, avec un rapport sans appel de la Commission de Bruxelles. Sa conclusion : à la suite de la prétendue abominable directive Bolkestein, avec laquelle les démagogues affolèrent les populations, la déferlante des plombiers polonais ne s’est pas produite. Mieux encore, les flux migratoires venus de l’Est ont eu des effets positifs sur l’emploi et l’économie."

Je fais partie, Monsieur, de la majorité d’imbéciles qui a voté NON le 29 mai 2005 malgré l’acharnement de tous les média dont le Point à nous convaincre de voter le contraire. Je comprends votre déception. Mais vous avez du être rassuré en constatant que ce vote majoritaire n’était pas de nature à arrêter un gouvernement qui n’a pas hésité à passer outre, mais sans référendum. Quel dommage pour vous que les Irlandais soient aussi imbéciles que nous...

Etant un imbécile, mais un imbécile méfiant, j’ai cherché le texte du rapport de la commission de Bruxelles qui m’aurait porté un rude coup. Vu que vous n’en donnez pas les références j’ai présumé qu’il s’agissait du rapport de la communication de la commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au comité des régions portant sur les répercussions de la libre circulation des travailleurs dans le contexte de l’élargissement de l’Union européenne. Je ne vous cacherai pas, Monsieur, que j’ai une confiance limitée dans les rapports de la commission. Cependant, sauf erreur de ma part, ce rapport concerne les effets de la libre circulation des travailleurs et il semblait que la directive Bolkestein concernait la libre circulation des services. La dernière question que je me pose donc est de savoir si l’assimilation entre la libre circulation des travailleurs et la libre circulation des services est une preuve d’imbécilité ou de malhonnêteté intellectuelle ?

Le 28 novembre 2008

Jean-Michel Arberet
Conseiller municipal d’Arcueil
Partenaire du groupe communiste


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
 
 
Les derniers articles
 
Thèmes