Kouchner qui chante les Droits de l’Homme ? Un hommage du vice à la vertu !

collectif Génocide Made in France
Paris, le 10 décembre 2008, Trocadéro (Palais de Chaillot)

Kouchner qui chante les Droits de l’Homme ? Un hommage du vice à la vertu !

Ce mercredi 10 décembre 2008, le ministre Bernard Kouchner a célébré au nom de la France les soixante ans de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et de la Convention pour la Répression du crime de génocide. Le collectif Génocide Made in France est venu dénoncer l’hypocrisie du « plus jamais ça ! ».

Que les ténors de la « patrie des Droits de l’Homme » célèbre les Droits de l’Homme, justement, peut évidemment paraître banal. Pourtant, la relative légitimité qu’ils continuent d’avoir révèle une performance incomparable. Empêcher la conscience collective d’appréhender cette terrible continuité qu’il y a entre l’ère coloniale, la collaboration nazie, le néocolonialisme et tous les crimes de masse, voire de génocide, auxquels la France a participé un demi-siècle durant (Rwanda, Algérie, Vietnam, Madagascar, Cameroun, Biafra, Congo, Argentine, Chili, etc.), c’est du grand art...

Quant à l’animateur de cette énième représentation, Bernard Kouchner, il aura œuvré sans relâche du Biafra au Rwanda, pour accéder au rang qui est aujourd’hui le sien. L’humanitaire à la sauce Kouchner, dans des moments-clés de l’histoire, peut être un élément déterminant pour une propagande d’État à des fins de guerres secrètes. En mission pour l’Elysée au mois de mai 1994 au Rwanda, il tente une évacuation d’orphelins, selon lui une « excellente publicité » pour le gouvernement génocidaire ! Le commandant de l’Onu a tenu à témoigner : « Je n’aimais déjà pas l’idée de faire sortir du pays des enfants rwandais, mais se servir de ce geste pour montrer une meilleure image des extrémistes me donnait la nausée. [1] » Bernard Kouchner se rendra de nouveau au Rwanda en juin : « Monsieur Kouchner, vous êtes un imposteur ! Vous avez voulu envoyer nos paras à Kigali (2), alors même que le gouvernement français soutenait les génocidaires... » s’écrie Bruno Boudiguet, membre du collectif alors que le Ministre commence son discours sur le Parvis des Droits de l’Homme.

Devant le spectacle son et lumière organisé par le Quai d’Orsay, le collectif Génocide Made in France a également tenu à dénoncer ce spectacle sinistre en déroulant sa banderole et en en scandant le message : « Rwanda : Génocide Made in France ! ». Quelques minutes plus tard, last but not least, l’inauguration d’une plaque commémorative à la mémoire de Raphaël Lemkin - à qui le monde entier doit la juridiction des Nations-Unies sur le génocide - a été marquée par le sceau de l’infamie : Bernard Kouchner, qui nie farouchement le véritable rôle de l’Etat français dans le génocide des Tutsi, est encore maître de cérémonie ! Toute honte bue, il devait dévoiler la plaque devant des journalistes triés sur le volet. « Le collectif dénonce cette usurpation de légitimité. Nous continuerons de traiter ces hauts responsables avec les égards qu’ils méritent en les interpellant publiquement ! » poursuivait un autre membre de Génocide made in France.

Contact presse : Bruno Boudiguet, 06 63 05 97 86
contact@genocidemadeinfrance.com
www.genocidemadeinfrance.com


Notes

[1] (1) Roméo Dallaire, J’ai serré la main du diable, Libre expression, 2004. (2) Lire le dossier Concordances humanitaires et génocidaires, Bernard Kouchner au Rwanda, par Jacques Morel et Georges Kapler dans la revue La Nuit rwandaise n°1, éd. Izuba, 2007.


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
 
 
Les derniers articles
 
Thèmes