Haro sur les gauches gauchistes réactionnaires !...

Certaines gauches officielles contemporaines ne sont désormais qu’une variation phonique dans la polyphonie de la ploutocratie au pouvoir. Je parle de ces gauches devenues frime hypercapitaliste masquée de gauchisme, une suite de mascarades politiciennes. Ces partis socialistes qui basculent, pour plusieurs, dans une extrême incohérence via le socialisme « de centre » qui, ne pouvant plus assumer la vision socialiste, patauge dans le culte des égos sans autre but en politique que de se faire chefs de parti et éventuellement élus à la tête de l’État par du populisme à la fois flagorneur des masses et cajoleur des ploutocrates. Il n’est de gauche que révolutionnaire. Toute gauche accommodante est félonie contre l’idéal originel et fondateur de l’opposition principielle à la servitude capitaliste des peuples qu’impose l’État ploutocratique. Prétexte de la droite mondiale qui se duplique et se divise par scissiparité pour mieux circonvenir les votants et ainsi régner sur l’échiquier politique, prévenant tout mouvement d’opposition véritable dans les sociétés, en officiellement et pompeusement l’opposition populaire. Garder leur clientèle et gaver le peuple de promesses factices de changement, les chefs de la plupart des gauches sont des affairistes et leurs partis, des équipes de prestidigitation illusionnistes qui doivent créer l’illusion du dualisme idéologique dans nos sociétés bourgeoises, férocement exterminatrices de toute libération économique et intégrale des majorités exclues, marginalisée ou embringuées dans l’ordre hypercapitaliste.

Une idéologie du résiduel

Nous sommes en face de la gauche gauchie par une idéologie du résiduel qui consiste à faire gober aux masses, par le résidu d’un discours pseudo révolutionnaire, les politiques agressantes de l’État et de la société ploutocratiques, tout en gardant le langage-alibi du progrès des droits majoritaires et de l’émancipation des travailleurs ordinaires, des chômeurs, des familles démunies, sans rien changer des mécanismes systémiques de l’État ni du mode économique. Ainsi le résidu discursif de la gauche est insidieusement partie de l’idéologie bourgeoise mensongère qui, avec une impudence férocement laxiste, concilie par la phraséologie électorale, des intérêts fondamentalement antagoniques. Complices de la légitimation de l’ordre établi, les gauches dévoyées régulièrement élues, en s’accommodant de la société telle qu’elle est, ne sont que manipulation ploutocratique des espoirs populaires. L’habitus de la gauche vraie et responsable est de manifester par le discours et la pensée politique active, le courage du changement systémique à l’échelle institutionnelle dans le mode d’orientation économique de l’État et de la société. Cette gauche authentique, elle, ne couche jamais avec l’État capitaliste, son ennemie doctrinale et de praxis. On ne peut être révolutionnaire comme ces partis nord-américains qui ne sont de gauche, ainsi que me le remarque souvent un ami, que par la permissivité voire la libéralité dévergondée des mœurs sans jamais toucher à l’économie !

L’imposture idéologique doit se pâmer pour la responsabilisation politique des partis se proclamant différents de la droite oligarchique, pour moraliser l’ordre économique des rapports de classe.

Pour éluder la confusion des appellations multiples de gauches, structurons de vrais partis du peuple car trop de gauches sont partenaires du statu quo gouverné par les ploutocrates. Et rappelons-nous que tout parti du peuple qui se veut accommodant, centriste, court à la reddition aux forces établies du pouvoir. Car le seul centrisme acceptable est celui de la manière de proposer son mode d’action et d’appliquer son extrême et non des principes du changement radical. J’entends par là, que le capitalisme est un extrême sans foi ni loi, et que s’y opposer, sera toujours dans les principes d’une vision politique populaire et libératrice, un extrême moralisateur du capital et des rapports de classe. Le centrisme qui ne veut contrarier personne dans l’ordre établi des ploutocrates, est le plus court chemin du reniement de la transformation sociale et de la trahison des majorités espérantes. Et, toute gauche qui concilie les antipodes que sont l’alternative révolutionnaire et le maintien de l’ordre socio-économique, toute tentative de réconcilier des extrêmes dans la gestion étatico-nationale, même de bonne foi, sombrera dans la démagogie et la désubstantialisation de la praxis transformatrice. On ne peut être gauche et droite en même temps. Lorsque l’indéfinition des principes dits de gauche déboute l’opinion, c’est la confusion des pôles idéologiques qui traverse la société et entrave l’alternative à l’aberration bourgeoise. Quand advient cela, c’est que la gauche est caduque et gauchie, complice et coupable de l’asservissement et de l’aliénation du peuple. Il ne peut en apparoir que de la déviance que j’appelle practico-idéologique, c’est-à-dire mise à mort de la praxis évoquée dans la doctrine principielle de gauche par la dénaturation idéelle et la difformité politique tuant sa raison d’être. Et pires, les fausses gauches légitiment le règne de la droite sauvage au pouvoir en jouant un multipartisme factice essentiel à la tyrannie ludique inhérent à l’électoralisme de l’État de droite qui écrase les majorités dans nos sociétés pseudo démocratiques.

La vraie gauche doit agir plus pertinemment et les gauches gauchies doivent soit disparaître soit désapprendre pour s’ériger en alternative à l’ordre putréfié du capitalisme contemporain.

Clairement défini, sans prostitution à la droite, un parti populaire sérieux ne peut viser à autre chose qu’à la maturation des forces sociales et politiques en vue d’établir une démocratie authentique qui ne se peut que dans le contexte d’un pouvoir au service du peuple et contrôlé par lui.

Pour le stade actuel de la crise mondiale, il faut un orienteur idéo-structurel, un état-major mondial révolutionnaire pour guider la révolte potentielle des peuples désappointés contre le capitalisme, ce système immonde, cet esclavagisme ploutocratique et financier garanti contre les peuples par l’État toxique au pouvoir à l’échelle quasi planétaire.

Il nous faut inventer quelque chose de nouveau, qui aura du socialisme scientifique, de l’inspiration créatrice et de la spiritualité... Quelque chose qui intègre tant l’individualité que la communauté des citoyens enfin rendus à leur pleine humanité et citoyenneté dans une société nouvelle, conviviale et libre...

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE


 
 
 
Forum lié à cet article

11 commentaires
  • > Haro sur les gauches gauchistes réactionnaires !... 22 décembre 2008 02:12, par CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

    Et j’en conviens par la lumineuse, magistrale et inégalable critique écrite de sa majesté Ahmad des mille et une ténèbres !

  • > Haro sur les gauches gauchistes réactionnaires !... 22 décembre 2008 03:15, par Onoée

    Il est vraiment dommage que cette phraséologie pompeuse pleine de néologismes pseudo-philosophiques pour initiés... plus ou moins inutiles ou encombrants... rebutent le lecteur car le fond est excellent et devrait être ouvert à tous.
    Réfléchissez sur le commun dénominateur, il y a tant de façons de dire les choses les plus compliquées avec simplicité. L’avantage est alors un vrai partage possible.

  • .(Remarques aux savants agressifs et anonymes) 22 décembre 2008 04:07, par CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

    Au lieu de radoter sur ce qui est si mal écrit, proposez correctement une réflexion avec des idées car vous en avez une, puisque c’est si facile ! Sinon, vous vous seriez tus par décence... Les Onoeé, Aahmad, toute la horde des répugnants couards cachés dans l’anonymat des faux noms ont tant de bonnes idées sur la meilleure façon d’écrire, au lieu de déblatérer idiotement sur ce que j’écris si mal, pourquoi n’écrivent-ils pas leur riche pensée pour nourrir le lectorat. Car moi, c’est ce que je fais dans l’humilité de mes moyens. Hélas, j’ai l’impression d’avoir affaire à des aigris jaloux, des mouches véreuses qui envahissent ce site cherchant qui salir.
    C’est toujours facile pour des stériles de chier, comme des pourceaux piétinant des perles, sur ce qu’ils ne pourront jamais faire de toute leur vie, pas même dans leur plus beaux songes !
    Alors, je vous attends montrez-nous, ce que vous savez faire d’autre que puer et éructer !

    Désormais, je ne répondrai à quiconque n’ayant rien à offrir que sa bile fielleuse, médiocre et minable.

  • > Haro sur les gauches gauchistes réactionnaires !... 22 décembre 2008 06:31, par Jan-Pol ROUBAR

    Sublime et lucide regard. Maintenant, comment arriver à créer des partis du peuple, qui soient vraiment attachés aux intérêts de la grande majorité sans se laisser acheter par ceux qui financent généralement les grands partis ? Une question que nous, citoyens, devons envisager très sérieusement.

    Merci monsieur Camille Loty Malebranche pour vos excellentes études qui nous aident à voir clair dans la complexité de cette conjoncture opaque.

  • > Haro sur les gauches gauchistes réactionnaires !... 22 décembre 2008 10:16, par André Carpel

    En effet, c’est pire que des gauches caviar. Votre propos est édifiant. Mais la voie est acidentée et les vrais leaders sont rares.

    Merci de nous dire ces vérités et de nous conscientiser sur ce que vous appelez si bien les GGR.

  • > Haro sur les gauches gauchistes réactionnaires !... 23 décembre 2008 01:46, par Ahmad

    avant de faire la leçon aux autres, faut faire un travail sur soi, parce que derrière votre discours qui part de la raison ,c’est en fait par l’émotion que vous réagisse Mr camille

    J’ai rien à vous prouvez,et ne regarde pas l’agir du monde à partir de votre regard limité d’être humain,comme nous tous

    le monde ne tourne pas autour de vous,et ne part de vous

    mais il semble que si vous dénoncez le néo-libéralisme économique, vous utilisez les mêmes procédés

    chez vous le savoir c’est de la concurrence,et un outil par lequel on juge les autres, le jugement c’est une chose que vous faites très bien

    cela ne m’intéresse pas
    faut se méfier de la concurrence des savoirs exposés et des mots les plus compliqués toute les deux lignes, car c’est de la bourgeoisie intellectuelle

  • > Haro sur les gauches gauchistes réactionnaires !... 23 décembre 2008 21:44, par CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

    Me Ahmad, quand on se réfère tant à quelqu’un, c’est qu’on l’aime. Moi aussi je vous aime, vieux frère. Donc soyons plus conviviaux les uns envers les autres. Surtout que nous combattons tous l’horrreur ploutocratique ! Réservons donc nos feux contre l’ennemi !

  • > Haro sur les gauches gauchistes réactionnaires !... 25 décembre 2008 10:02, par Georges Rivarol

    Superbe texte de référence pour les militants. Riche en recommandations.
    Merci Me Camille Loty

  • > Haro sur les gauches gauchistes réactionnaires !... 30 décembre 2008 11:34, par ciborg

    le texte est exelent,mais sur d’’autres site il passe mal.Pourquoi, ? parceque comme il le precise d’ailleurs lui meme, les gauches en france sont des corporations qui n’ont rien a voir avec l’interet general. ils se confondent meme dans les spheres du pouvoir,ele ont pris maintenant la forme altermondialiste qui veut dire tout sauf ce qu’il faut dire !!le PS par exemple est a l’origine de 80% des privatisations !et franchement cela penalise qui ??.j’ai remarqué justement que ceux qui souhaitent garder le leaderschip du pret a pensé n’etaient pas d’accord avec le texte parceque leur idée sont en déçà des exigences necessaires pour un changement profond du mode de production et par consequent du mode de vie.l’altermondialisme, il faut le reconnaitre est fond de commerce prospere ..

  • > Haro sur les gauches gauchistes réactionnaires !... 30 décembre 2008 11:42, par ciborg

    bravo vous visé là ou cà derrange , les altermondialistes veulent etre les seules a porter le projet qui n’est d’ailleurs que reformateur, pour cela ils se sont massés sur les sites alternatif pour facilement distillé la pensée altermondialiste qui comme beaucoup le savent est au service des oligarchies
    financieres mondialisées et globalisées.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes