Une gigantesque affaire de fraude (encore une !) en Grande Bretagne

Source : Timesonline
Traduction : Léa

Les autorités enquêtent sur l’une des plus grosses fraudes d’investissement immobilier jamais montée en Grande-Bretagne, dans laquelle un grand nombre d’investisseurs ont vu leurs économies partir en fumée.

Elles craignent que des milliers de personnes ayant placé leur argent dans le rêve immobilier lors du boom économique des années 2004/2007, puissent bien se rendre compte qu’elles ont été les victimes d’une fraude organisée.

Le Serious Fraud Office (SFO) enquête sur les arnaques présumées qui ont fait perdre des millions de livres aux banques nationales telles que la Northern Rock, la Royal Bank of Scotland ou encore la Bradford and Bingley, et ce à cause de prêts qui n’auraient jamais dû être accordé.

Les commissaires de police affirment que l’ampleur du scandale immobilier commence à peine à émerger, et ce dans un contexte d’éclatement des crédits et d’effondrement des prix immobiliers.

Un chef comptable avance : « On peut s’attendre à l’apparition d’une ou deux situations du même type dans chaque grande ville. »

Le SFO ajoute qu’il a enquêté la semaine passée sur deux fraudes immobilières présumées, où seraient concernées des propriétés à Leeds, Cardiff, Nottingham, Derby, Liverpool, Hull, Newcastle, ou encore à Tyne, Glasgow, ou même à Londres. La police de Manchester, de Midlands et Yorkshire ouest participent eux aussi aux enquêtes.

La compagnie Morris Properties se retrouve au centre des plus grosses enquêtes policières, elles portent plus particulièrement leur attention sur des appartements d’étudiants nouvellement construits et sur des pavillons réaménagés à Leeds et au nord-est de la ville. L’entreprise a vendu quelques 1000 propriétés avant que ses activités ne soient arrêtées l’été dernier.

Cette compagnie a été créée par Simon Morris, un homme d’affaire local qui s’était construit une fortune de 69 millions de livres en vendant des biens immobiliers à des investisseurs.

Sa firme attirait les entrepreneurs par des « prix cassés » pour des appartements soient disant très chers, qui leurs garantiraient un revenu rentier, mais qui dans bien des cas peinait à prendre forme. Les investisseurs attirés par le mirage des prix immobiliers toujours plus hauts, étaient devenus des proies faciles.

Avec des prix qui chutent désormais de 50%, beaucoup de ces investisseurs sont ruinés. Les victimes qui pouvaient tout aussi bien être des médecins, des infirmières, des professeurs ou des constructeurs ont vu leurs investissements allant jusqu’à plusieurs milliers de livres s’évanouir dans la nature. Nombre d’entre eux ont été contraints d’hypothéquer leurs propriétés ou de les vendre à prix cassé.

Un informateur, ayant travaillé pour Simon Morris dans le passé ce qui lui avait valu d’être endetté de quelques 5OO 000 livres après avoir acheté des biens immobiliers à but locatif avec la firme, a affirmé avoir reçu des menaces après avoir aidé la police. Morris dément ces accusations.

La semaine dernière les avocats représentants 133 des anciens clients de Morris ont accusé ce dernier d’avoir monté une combine dans laquelle des appartements étaient vendus jusqu’à 100% au dessus de leur vrai valeur à d’innocents investisseurs.

Hammad Ahmad, un avocat pour la Max Gold Partnership, avance que ses clients mettront en place un groupe juridique d’action dès l’année prochaine contre les compagnies Morris ainsi que plusieurs notaires et experts impliqués dans les ventes.

Source : Times

Autre article du Times sur le sujet.


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes