Madoff est-il le sommet de l’iceberg du blanchiment d’argent en Israël ?

Wayne Madsen,
14 janvier 2008

Le tribunal du district Sud de New York semble déterminé à maintenir Bernard Madoff, ancien président du NASDAQ et escroc de la magouille à la Ponzi de 50 milliards de dollars, confiné dans sa luxueuse résidence de Upper East Side à Manhattan et non pas dans une prison fédérale.

Deux juges de New York de la juridiction fédérale, Théodore Katz et Ronald Ellis, ont statué que Madoff devrait rester dans sa maison de ville et sortir de prison.

Le Procureur Général (Ministre de la Justice) Michael Mukasey, dont le fils Marc Mukasey du cabinet d’avocats Bracewell & Giuliani représente Frank DiPascali, l’un des amis de Madoff, faisait partie autrefois du gouvernement fédéral avec Katz et Ellis à New York. Katz avait été nommé par George HW Bush, alors que Ellis, un Afro-américain, avait été nommé par Clinton.

Wayne Madsen Report a signalé auparavant que Madoff est soupçonnée d’avoir transféré une grande partie de ses gains acquis malhonnêtement vers des banques israéliennes, dont l’une, la Banque Leumi, avait été achetée par Madoff associé à Ezra J. Merkin au gouvernement israélien à l’époque où Ariel Sharon était Premier Ministre et quand l’actuel Premier Ministre Ehud Olmert était Ministre des Finances.

L’affaire Madoff englobe un autre scandale presque oublié, dans lequel Morris « Moshe » Talansky, un homme d’affaires de New York, avait admis avoir donné à M. Olmert 150.000 dollars en espèces contenus dans des enveloppes. Ce scandale a obligé Olmert d’annoncer sa démission du poste de Premier Ministre, mais pas avant qu’il lance l’attaque génocide contre Gaza.

Sheldon Adelson, le milliardaire de Las Vegas, qui est l’un des principaux bienfaiteurs du Parti Républicain, est aussi un généreux mécène du chef du Likoud et aspirant Premier Ministre, Benyamin Netanyahu, qui espère succéder au Premier Ministre Olmert.

Madoff, Talansky, Merkin, Olmert, Netanyahu, Adelson, l’ancien premier lobbyiste républicain Jack Abramoff et ses associés Adam Kidan, Rahm Emanuel, et tous leurs camarades de Washington, Tel-Aviv, Jérusalem, Londres, Ottawa et Paris, font penser à l’Hébreu disant, « ha’mea Ba’al Ba’al ha’dea » ou « ceux qui ont l’argent font la pluie et le beau temps, » ou encore plus révélateur, « celui qui possède l’or fait la loi. »

Original.

Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire