Chavez demande à Obama du respect à l’égard du Venezuela

Agence de presse présidentielle
17 janvier 2009

Le chef du Venezuela, Hugo Chávez, a exigé samedi que le président élu des États-Unis, Barack Obama, respecte le Venezuela en tant que nation souveraine.

« Je ne me suis pas mêlé aux affaires d’Obama et je demande instamment au nouveau président des États-Unis ne pas se mêler aux affaires du Venezuela, parce que le Venezuela est un pays libre et souverain » a déclaré le président vénézuélien en réponse aux remarques faites récemment par Obama.

Le dirigeant de la Révolution bolivarienne a rappelé qu’il y a longtemps que son pays a cessé d’être une colonie.

« Si vous [Barack Obama] veut établir de bonnes relations, non seulement avec le Venezuela, mais également avec l’Amérique latine et les peuples et les gouvernements d’Amérique latine, je vous recommande de vérifier certaines choses et de prendre votre rôle au sérieux » a-t-il ajouté.

Le Président Chavez a souligné que, avant même d’avoir assumé ses fonctions de président, Obama a déjà accusé le Venezuela d’être « un obstacle au développement en Amérique latine », et qu’il a déclaré que « le Venezuela exporte le terrorisme ». « Mais si tu vas et tu demandes à Obama (parce que cela lui a été demandé plusieurs fois) ce qu’il pense du massacre d’enfants innocents en Palestine, Obama n’a rien dit, il est resté muet. »

Il a déclaré que si Barack Obama devenait pire que George Bush le peuple états-unien et les peuples du monde en seraient déçu parce que le nouveau président continuerait les guerres, la violence et les coups d’État.

Il a dit que le président élu des États-Unis, en faisant de tels commentaires, s’est déjà ingéré dans les luttes politiques internes du Venezuela, et qu’il est prouvé que Washington donne du soutien financier et des conseils pour aider l’opposition local.

« Le chef de l’empire s’est engagé dans la campagne et ils ont fait appeler ces dernier (les opposants vénézuéliens) à New York, pas les opposants de Porto Rico, et à New York et à Miami. Hier, un groupe est parti pour s’y rendre et, depuis les États-Unis, ils vont y mettre tout l’argent, toute la sale guerre et toutes les « guarimbas » (N. du T. : Protestations violentes sous forme de blocages de rues qui ont fait au moins sept morts et des dizaines de blessés en février 2004) le reste », a ajouté le président Hugo Chávez.

Si Obama désobéissait, l’empire le tuerait comme il l’a fait dans le cas de Kennedy.

Le président Chavez a répété qu’il n’a pas beaucoup d’espoir relativement au président élu des États-Unis, et a dit qu’« il semble qu’Obama sera un nouveau désastre pour son propre peuple et pour le monde. »

« Si Obama, président des États-Unis, n’obéissait pas aux diktats de l’empire, il serait tué comme ils ont tué (John) Kennedy, comme ils ont tué Martin Luther King, comme ils ont tué Abraham Lincoln, qui a été le libérateur de Noirs et a payé de sa vie d’avoir libéré les Noirs aux États-Unis. C’est ce que je pense » a-t-il ajouté.

Le chef de l’Etat vénézuélien a déclaré qu’il espère se tromper « mais je pense qu’Obama deviendra la même « pourriture », pour ne pas dire un autre mot. C’est ce que je pense, et il lui reviendra de prouver le contraire. »

Il a rappelé que « monsieur Obama s’est mêlé à nos affaires et s’est jeté dans la bataille ici. Comme monsieur Bush s’en va, il joué son rôle il n’y a que trois jours, Obama a dit, et personne ne peut croire qu’il est mal-informé, non, il le fait exprès et selon un plan de bataille que lui dicte le Pentagone, c’est-à-dire le lieu où se trouve le véritable pouvoir impérial. »

Le président a qualitfié les déclarations d’Obama de signal qu’il donnera de l’oxygène à l’opposition vénézuélienne, dont les porte-parole ont été invités à visiter les États-Unis prochainement.

Il a rappelé que lors de sa visite vendredi, le président brésilien Lula da Silva, « a ajouté un point très important pour voir si Obama ne parle qu’en l’air ou s’il mettra fin à l’embargo et au blocus criminel contre Cuba révolutionnaire. Nous allons voir si c’est vrai. Dans quelques jours, nous le saurons, mais j’ai déjà mon opinion à ce sujet. Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup à attendre du nouveau gouvernement des États-Unis. »

prensapresidencial@minci.gob.ve


 
 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • Aujourd’hui, nous sommes tous des palestiniens !

    Et demain nous serons tous des vénézuéliens !

    Qu’ils osent toucher au Venezuela

    Vive Chavez, Vive Venezuela

  • Qu’ALLAH (swt) raffermissent le pas des Hommes Purs et propagent leurs paroles afin d’ouvrir les yeux des corrompus.

    Vive la Palestine, Vive le Vénézuela et l’Amérique Latine des véridiques !!

    Il ne faut pas rêver l’amérique est l’amérique et l’amérique n’a jamais rien fait de bon et ne fera jamais rien de bon.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes