Oliver Stone tourne un documentaire sur Hugo Chavez.

Caracas 18 janvier 2009 - Sources : EFE/AP

Le cinéaste américain Oliver Stone voit en Hugo Chávez un champion vigoureux, fidèle á ses principes, des changements en Amérique latine, et espère que son nouveau documentaire, qui sortira prochainement sur les écrans, saura capter l’esprit de sa campagne pour faire reculer l’influence des États-Unis. Après avoir passé deux semaines de tournage au Vénézuéla et dans d’autres pays de l’Amérique du Sud, le cinéaste américain dit qu’il a du matériel suffisant non seulement pour un mais "pour deux documentaires".

"Le film traite du souffle des changements en Amérique du Sud", a dit Stone à Associated Press dans une entrevue jeudi soir. "Je veux saisir l’esprit de cette chose vraiment immense... Quelque chose se passe ici, loin du FMI (Fonds Monétaire International), et hors du contrôle nord-américain. C’est ce qui m’intéresse ". Le mandataire vénézuélien est le protagoniste du film "mais le liste des acteurs est longue", dit Stone, qui a interviewé les alliés de Chávez en Argentine, au Paraguay, en Équateur et en Bolivie, qui ont pris part eux aussi a la “libération (de la région) des Etats-Unis”.

Âgé de 62 ans, le réalisateur a accompagné Chávez sur le lopin où se dressait la maison de sa grand-mère indigène, ainsi qu’à des meetings politiques où il est entouré d’une multitude de partisans. "C’est un homme d’une énergie enivrante", dit Stone de son protagoniste. Dans ses entrevues, Chávez analyse les relations internationales, évoque les thèmes du le pétrole, du socialisme et le héros de l’indépendance, le libertador Simón Bolivar, inspirateur de son mouvement.

Stone décrit le président comme une personne qui a changé le monde. "C’est ce que j’aime de Chávez : un grand homme, qui pense grand ’. "Les changements qu’il a contribuer a faire surgir, ajoute-t-il, se sont répandus partout... Bolivar est de retour ! ".

Stone, qui a remporté trois Oscar, réalisateur de “Looking for Fidel”, explique que le documentaire, qui n’a pas encore de titre, sera prêt dans quelques mois. Ce film suit son ``W”, consacré au le président George W Bush. Il espère que le président élu Barack Obama adopte une attitude différente envers l’Amérique latine : "Il devrait se réunir avec Chávez", a-t-il indiqué.

Le cinéaste a parcouru plusieurs nations latino-américaines durant un mois pour obtenir les témoignages de divers chefs d’État sur le président Chávez. En Bolivie, il a pris part á un match de football et interviewé durant plus d’une demi-heure le président Evo Morales.

Stone a décidé de ne pas faire de déclarations à la presse en Bolivie pas plus qu’au Paraguay, où il a interviewé Fernando Lugo, président, avec qui il a discuté de la gestion gouvernementale de Hugo Chávez et de sa relation avec le reste du continent latino-américain. En Argentine, il a interviewé le couple Kirchner. "``J’ai écouté la présidente et ce qu’elle m’a dit m’a fortement impressionné", a dit Stone à la presse en quittant la résidence présidentielle des Olivos. "Je tente d’expliquer le changement qui se produit dans cette région et de l’expliquer au public d’Europe et d’Amérique du Nord", a conclu le cinéaste. Le directeur a aussi dialogué avec les présidents Raul Castro á Cuba, Rafael Correa d’Équateur et prévoit de se réunir avec le président du Brésil, Luis Ignacio Lula Da Silva.

Traduction : T.D.


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes