>> Vidéo

Témoignage d’enfants de Gaza, cas de Dalal Abu Aïcha

Un autre visage de la guerre israélienne contre Gaza

Dalal Abu Aïcha est une fillette palestinienne âgée de 13 ans qui a perdu toute sa famille lors d’un bombardement israélien, son unique lien avec son passé se résume à quelques photos et quelques vêtements de sa famille disparue, des souvenirs mais énormément de tristesse.

La machine de guerre israélienne a bombardé la maison de Dalal , il ne reste plus que des ruines ; ils ont exterminé toute sa famille. La fillette, absente au moment du bombardement, a survécu à cette action criminelle, elle se trouvait chez sa grand-mère.

Dalal a perdu sa maman, son papa, ses deux frères et sa sœur. Les enfants tués avaient tous moins de sept ans.

Dans la maison de ses grands parents, elle ne quitte plus sa grande mère maternelle.

Tout en regardant les photos de sa famille disparue, elle prononce péniblement « ils ont tué maman, papa, mes frères et ma sœur » elle continue en énumérant les noms de ses deux frères et de sa sœur morts « Seyed, Mohammed et Ghaïda... » elle finit par un long sanglot plaintif « je suis devenue orpheline ».

Pour la grand-mère, Dalal reste le seul souvenir vivant de sa fille. Elle a perdu, en un instant, sa fille, son beau fils et ses trois petits enfants ; « cinq personnes d’un coup, Dalal est tout ce qui me reste, le seul souvenir de sa mère qui me reste » dit la grand-mère meurtrie par le chagrin.

Pour la première fois depuis la destruction de la maison familiale il y a deux semaines, Dalal accompagnée par une équipe d’Al Jazeera, se rend sur les lieux du drame.

Arrivée sur place, le choc de la fillette est énorme. De sa maison, il ne reste qu’un amas de ruines. Tout a été détruit, la fillette hésite puis dit « ça c’est ma chambre, et là c’est la chambre de maman. Ici notre salon. Ici dormaient mes frères et ma sœur » en désignant les décombres.

Elle se met à se déplacer dans toutes les directions, et tenter au milieu des décombres de soustraire un souvenir de chaque membre de sa famille, elle prend avec ses petites mains des restes de vêtements et dit « voici le tablier de Ghaïda...et ça c’est la chemise de Mohammed. »

Au milieu de cette immense tristesse, un sourire vient illuminer le visage de la fillette, elle vient de découvrir son chat au milieu des gravats, elle le ramasse et lui dit « c’est fini...c’est fini.... ».

Tous sont partis et il ne lui reste que son chat. Des affaires éparpillées et des souvenirs à rassembler. Tous sont partis et il ne lui reste que la tristesse, les larmes et un avenir inconnu « Qu’ai-je donc fait de mal ? Pourquoi m’ont-ils privé de ma famille ? que leur ai-je fais moi ? Et, qu’est-ce que je peux faire ? » Gémit-elle.

Dans cette maison, une famille entière a été bombardée et ses membres ont été tous tués.

Dalal est restée seule comme des milliers d’autres d’enfants de Gaza , qui ont perdu leur père, leur mère, ou leurs frères et sœurs.

Des enfants victimes de la guerre inhumaine que mène Israël contre un peuple assiégé, affamé et abandonné par tous.

Vidéo du témoignage de la petite fille, Dalal Abu Aïcha


 
 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • > Mission accomplie.... 24 janvier 2009 23:31, par JACQUES RICHAUD

    A pleurer...et à vomir...

    22 1 2009 « Mission accomplie » pour Tsahal OURI DANIEL / JÉRUSALEM
    http://www.24heures.ch/actu/monde/m...
    PROCHE-ORIENT | Alors que son armée a achevé hier le retrait de la bande de Gaza, Israël crie victoire et tire un bilan très positif de l’opération « Plomb durci ».

    Comme pour marquer le début de l’ère Obama, Tsahal, l’armée israélienne, a quitté hier la bande de Gaza, 26 jours après le déclenchement de l’offensive « Plomb durci ». « Mission accomplie », se félicite la classe politique à Jérusalem. Elle fait écho au consensus entourant Tsahal à l’approche des législatives du 10 février, et que 78% des Israéliens considèrent la conduite des opérations comme
    « un succès éclatant ».

    « Notre victoire est évidente pour le monde entier, y compris pour le monde arabe », déclare la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni. .....etc

  • et surtout,il y’a de quoi vomir..tuer des innocents comme par exemple:bébés,enfants,femmes enceintes,vieillards et,etc...plus la destruction(totale ou partielle)de certains immeules,administrations etc,etc..
    - après toutes les tueries et les massacres non justifiés et aussi les démolitions des maisons à titre gratuit.les dirigeants politiques au dessus(des lois et des règles)peuvent crier haut et fort devant ceux et celles qui veulent les entendre,hourrra..hourra.."nous avons réalisé une trés grosse victoire contre,des gens innocents et désarmés".

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes