La Suisse soutient Israël dans son nettoyage ethnique !

Aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est un fait. Confirmé par l’action - ou plutôt l’abstention - de la Conseillère fédérale, madame Micheline Calmy-Rey qui siège au Département fédéral des affaires étrangères de la Confédération helvétique.

On pourra donc lui exprimer pleinement et concrètement son courroux, son désarroi, sa désapprobation, sa révolte et que sais-je encore en lui écrivant directement sur le mail du département à info@eda.admin.ch.
Car cette dame ne respectent pas ses engagements !

En effet, alors que depuis le 27 décembre 2008 la population civile palestinienne subit les foudres d’une machine de guerre impitoyable, et que l’ensemble des preuves - irréfutables - produites par les organisations internationales humanitaires restées sur place et les bilans fournis heure par heure par les organisations non gouvernementales reconnues par les Nations Unies, atteste du caractère hautement criminel de l’offensive de l’armée israélienne, le silence est d’or.
Or, depuis le 27 décembre 2008, au regard des critères émis par la communauté internationale, au lendemain des procès de Nuremberg, il s’agit bien de crimes de guerre.

Cette offensive s’est déroulée après deux ans de blocage total de la Bande de Gaza, faisant vivre à la population toute entière un véritable calvaire, sans entraîner de la part de la communauté internationale les sanctions qui s’imposaient à l’égard d’une punition collective, interdite par la 4ème convention de Genève.

Cependant, lors 9ème session spéciale sur la situation des Droits de l’Homme dans les Territoires Palestiniens Occupés, qui s’est tenue vendredi 9 janvier 2009, à 11h dans la salle XIX du Palais des Nations, à Genève, à l’occasion du vote sur la résolution, la Suisse s’est abstenue. Cette position est honteuse et inacceptable !
Et pourquoi ? Au seul prétexte de ne pas voir y figurer une condamnation des actes hostiles (sic) d’un peuple qui se bat pour sa survie (sic). En demandant une commission d’enquête pour les violations commises par le Hamas (sic), la Suisse accrédite la propagande israélienne qui accuse ce dernier de prendre la population en otage, ce qui justifierait ses propres crimes de guerre.

En prenant ces fonctions, madame Calmy-Rey affirmait sa volonté de voir la Commission des Droits de l’Homme agir avec force pour l’application des Droits des peuples à vivre dans la paix, la dignité et le respect de leurs droits fondamentaux.
Par son abstention du 9 janvier 2009, la Suisse dénie au peuple palestinien ces mêmes droits fondamentaux dont elle se targuait de les défendre !
Par cette abstention, la Suisse soutient le cynique et arrogant jeu du bourreau qui accuse la victime pour détourner l’attention de ses crimes.
La position de madame Micheline Calmy-Rey est indigne et contraire à son mandat de dépositaire des Conventions de Genève !


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes