Le réveil douloureux de la Mitteleuropa

par K. Selim, Le Quotidien d’Oran

Les derniers convertis au libéralisme économique en Europe l’ont mis en oeuvre avec le zèle - et l’incompétence - du néophyte. C’est là, plus qu’ailleurs, qu’on s’est évertué à jeter dans les poubelles de l’histoire l’interventionnisme de l’Etat et à sacraliser les vertus magiques de la main invisible du marché autorégulé. Les pays de l’Europe de l’Est sont dans une situation très grave. Et, sans jeu de mots, les Etats ayant été si bien dépossédés de moyens d’action, qu’ils n’y peuvent rien et enregistrent passivement le creusement affolant des déficits. Totalement dépendantes des capitaux étrangers, les économies de l’ancienne Mitteleuropa subissent frontalement la crise. La dégradation est spectaculaire, la fuite massive des capitaux a détruit les monnaies de pays qui ont systématiquement démantelé l’encadrement des marchés, suscitant, on a tendance à l’oublier aujourd’hui, les acclamations enthousiastes du FMI.

Endettées à court terme et moyen terme auprès des banques d’Europe occidentale, la Hongrie, la Pologne et la Tchéquie notamment doivent faire face à des échéances de l’ordre de 400 milliards de dollars. Les emprunts de ces pays atteignent 1.700 milliards de dollars. Du coup, le scénario catastrophe mais hypothèse réaliste de la défaillance de paiement d’un de ces Etats donne des sueurs froides à l’ensemble des dirigeants du système bancaire européen. L’Autriche est en première ligne. Les banques viennoises sont engagées à hauteur de 270 milliards de dollars dans les anciens satellites de l’URSS, l’exposition de l’Allemagne et l’Italie est de 220 milliards de dollars.

Le mouvement pendulaire de ces économies, passées en peu d’années de l’étatisme absolu au marché souverain, est, dans ces extrêmes, la traduction d’une vision idéologique. Hier la conception dogmatique d’un marxisme de caserne et aujourd’hui le libéralisme dans sa déclinaison absurdement monétariste. Ainsi, par exemple, en Hongrie, l’adhésion à la doxa du marché a pour effet de littéralement jeter à la rue des milliers de personnes qui avaient été poussées, comble de l’aveuglement, à emprunter en francs suisses pour financer l’achat de leurs maisons. La spéculation sur les taux de change et d’intérêt concerne ainsi directement des ménages qui se retrouvent dans l’incapacité de faire face à des crédits rendus insupportables du fait du renchérissement du franc suisse contre le forint hongrois.

L’Europe de l’Est, hier élève émérite de l’intégration au capitalisme, est en quasi-faillite et cette défaillance pourrait porter un coup fatal aux systèmes bancaires de l’Europe occidentale. L’Autriche, dont la situation est la plus risquée en raison de ses engagements financiers à l’Est qui représentent 70% de son PIB, a oeuvré à la mise en place d’un plan de sauvetage de 150 milliards d’euros pour les pays de l’Est. Pourtant, ce filet de sécurité paraît bien fragile face à ce qui apparaît comme une irrésistible diagonale de l’effondrement. L’alignement sur Washington - et Tel-Aviv - de ce qui fut la Nouvelle Europe célébrée par Donald Rumsfeld, n’est pas non plus la garantie qu’une bouée de sauvetage soit lancée en leur direction. Le rêve libéral s’achève dans un réveil douloureux.


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • Le réveil douloureux de la Mitteleuropa 26 février 2009 18:16, par ciborg

    Pourquoi ne pas essayer de revenir en arriere ? Apres tout ce qui a detruit ces pays ce n’est pas le fait que le systeme capitaliste ai montré une superiorité sur le systeme socialiste qui prevalait a l’époque,parceque a comparaitre les deux systemes c’est le systeme socialiste qui est superieur comme stade de developpement de la sociéteé humaine !!!.La recherche de nouveaux marchés par des methodes agressives et utilisant meme la coruption,la propagande anticommuniste lancée par tout les etats occidentaux,la perversion d’arabes islamistes par les anglo- US pour agraver la situation en afganistan et leur venir en aide,la subversion en pologne qui a donné Paul Voltiwa, ajouter a cà l’embargo occidental permanent sur ces pays qui etaient d’ailleurs,et cà tout le monde l’oubli,encore en construction d’un systeme social basé sur de nouveaux rapports de productions.Mais ce qui etait determinant dans tout cela,c’est bien entendu Israel qui ,il faut le dire, n’etait pas du tout soutenu par les pays de l’EST dans sa politique expansioniste,et c’etait donc primordiale et essentiel pour elle que l’URSS s’effondre.et le resultat on le voit maintenant,par rapport a 1991 Israel possede deux fois plus de territoires ???.Le capitalisme etait menacé d’effondrement,mais la propagande aidée avec les problemes que nous avons citer a inversé les tentances.Il faut maintenant attendre des leaders qui nous tombes du ciel pour inchallah refaire 1917.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes