Beyrouth Capitale Mondiale du Livre 2009.

Pour l’année 2009, la ville de Beyrouth au Liban a été élue Capitale Mondiale du Livre pour “sa tradition de grande ville d’imprimeurs, de libraires, d’écrivains, de poètes et de polyglottes ». Afin de mener à bien cette manifestation culturelle mondiale, les Libanais ont, selon Le Directeur de l’Unesco, M. Koïchiro Matsuura, « élaboré une stratégie et un plan d’action qui s’insèrent dans une réflexion de fond sur le rôle du livre dans la créativité et la croissance... ». En quoi consiste cette stratégie ? Quels sont ses objectifs ? Quels sont quelques uns des programmes sélectionnés pour cet événement ? Telles sont les questions auxquelles a bien voulu répondre Leila Barakat, coordinatrice générale de l’Année de Beyrouth Capitale mondiale du livre.

Vous êtes coordinatrice générale du comité organisateur de Beyrouth capitale mondiale du livre 2009. Quel est le rôle de ce comité ?

Leïla Barakat : A l’occasion de Beyrouth Capitale mondiale du livre, nous avons créé trois comités : Un comité à titre honorifique qui regroupe des personnalités culturelles prestigieuses. Un comité exécutif et un comité consultatif supérieur avec une équipe de travail. Ces comités sont des groupes de réflexion (think tank) stratégiques chargés d’assurer le suivi de la stratégie, de faire des observations et d’élaborer le budget.

Cette manifestation mondiale a entamé sa phase opérationnelle le 23 avril. Comment définiriez-vous la stratégie d’action globale adoptée par le Ministère de la Culture libanais ?

Nous avons élaboré une stratégie et un plan organisationnel spécialement pour Beyrouth Capitale mondiale du livre. Nous avons chiffré cette stratégie. C’est sur cette base que nous avons obtenu le budget nécessaire pour mettre en œuvre les activités, projets et programmes prévus à cet effet.

Quels sont les principaux axes et objectifs de cette stratégie ?

Les axes et les objectifs sont multiples.

L’élaboration d’une politique des médias libanais et bien d’autres afin de promouvoir l’Année de Beyrouth Capitale mondiale du livre. Cet événement est une invitation au partenariat avec la société civile, le secteur privé et les ambassades. Nous l’envisageons également comme un tournant susceptible d’assurer un développement culturel durable à travers un partenariat continu avec les ministères. Par ailleurs, cette manifestation est un défi culturel pour faire prédominer le visage culturel de Beyrouth dans la vie publique. Sur le plan économique, cette manifestation vise à soutenir la culture en tant que secteur économique viable. Et enfin, nous voulons assurer une interaction entre la gestion et la communication afin d’informer le public de manière continue.

Quelques uns des projets importants retenus ?

«  Beyrouth 39 », opération organisée par le Hay Festival (Pays de Galles) qui est une sélection de 39 meilleurs écrivains arabes, romanciers et poètes de moins de 40 ans, d’expression arabe ou autre. La commission de sélection sera composée de quatre écrivains arabes choisis pour leur notoriété dans les milieux littéraires, en l’occurrence Elias Khoury (président), Hoda Barakat, Abdo Wazen et Maher Jarrar.

« Lettres à Beyrouth », projet à vocation internationale organisé par l’ambassade de France au Liban. La lettre est le lieu d’expression de l’intime, du dévoilement de soi, de la mise en mots des sentiments les plus enfouis. Beyrouth Capitale mondiale du livre est l’occasion offerte à tous ceux qui ont une relation forte avec la ville de Beyrouth de lui adresser une lettre. Qu’ils la connaissent ou qu’ils en rêvent, qu’ils y habitent ou non, qu’ils l’aiment ou qu’ils l’appréhendent, les rédacteurs pourront faire connaître leurs sentiments par l’entremise d’une lettre adressée à cette ville. Cette lettre sera rédigée dans la langue de leur choix avec une traduction en français.

« Les écrivains, arpenteurs des villes ». Il s’agit d’un événement qui se déroulera en deux journées de rencontres et débats avec des écrivains libanais et étrangers.

Environ six écrivains libanais et huit écrivains arabes, français, espagnols et anglo-saxons, seront conviés pour animer des débats et des conférences. Les participants seront des romanciers, poètes et essayistes, arabophones et francophones. Aux conférences et débats, s’ajouteront des rencontres individuelles entre les écrivains, les étudiants et lycéens en marge des signatures dans les librairies. Cette manifestation sera organisée par l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines.

« Un patrimoine qui ressuscite ». Cette opération est organisée par l’Institut d’Orient de Beyrouth. Elle consiste en la réimpression de 130 livres de valeur détruits durant la guerre de 2006. La bibliothèque islamique (Bibliotheca Islamica) contient l’une des séries les plus célèbres sur la littérature et l’histoire arabes ainsi que la pensée et la philosophie islamiques. Cette série de valeur recèle des manuscrits rares. Publiée à Istanbul il y a plus de soixante-dix ans, la recherche est dirigée par l’Institut d’Orient de Beyrouth depuis quelque cinq décennies. Les cent trente livres de cette série représentent un panel du très riche héritage intellectuel en question. Durant la guerre de 2006, tous les livres placés dans des dépôts de la banlieue Sud ont été détruits. Ces pertes ont été remplacées à présent grâce à une réimpression à grand tirage. Une présentation de la série réimprimée qui prend la dimension symbolique d’un patrimoine ressuscité sera réalisée publiquement.

« A la découverte des quartiers ». Il s’agit là d’une opération de quatre itinéraires culturels autour des bibliothèques publiques municipales de Beyrouth existantes ou en projet telles que Bachoura, Geitawi, Monnot et Tariq el-Jdidé.  Ces itinéraires présenteront chacun des quartiers sous un angle culturel dans le domaine de la littérature, des images, des photos, de l’histoire, des institutions... Ce projet vise à sensibiliser le plus grand nombre aux bibliothèques publiques et à valoriser la production culturelle de Beyrouth. Le résidents pourront donc découvrir et faire découvrir les facettes culturelles des quartiers, en l’occurrence leurs écrivains, leurs histoires, les changements au cours des années... Et ceci par le biais d’images, la lecture, de l’écoute... Cette manifestation est organisée par ASSABIL, les Amis de l’Association des Bibliothèques Publiques.

Beyrouth œuvre pour « un développement culturel durable ». Que recouvre cette expression ?

Nous essayons de déclencher un processus de développement culturel durable en favorisant des sessions de formation et des techniques qui garantissent que la renaissance culturelle de Beyrouth cette année se prolongera au-delà d’avril 2010.

Quelques exemples d’activités pour promouvoir le livre et la lecture dans la ville de Beyrouth et dans le reste du pays ?

Nous avons jusqu’à présent 220 projets inclus dans le programme officiel de Beyrouth Capitale mondiale du livre dont l’objectif premier est de favoriser la promotion du livre et de la lecture dans la ville de Beyrouth et dans le reste du pays.

Pour en savoir plus

www.beirutworldbookcapital.com


 
 
 
Forum lié à cet article