Le Russe est-il une langue rare ?

Les élèves apprenant le russe se raréfient, par les effets de la presse, par une paresse qui s’installe avec de l’anglais appauvri, mais aussi par des rigidités administratives d’un autre âge, empêchant, en particulier un professeur du privé, payé par l’éducation nationale, d’enseigner dans une classe de 30 élèves, d’un lycée public de la même ville, dont le titulaire part en retraite...

Eh bien oui ! une langue parlée par plus de 250 millions de personnes est une langue rare ! C’est ainsi qu’elle est considérée par notre éducation nationale, (assimilée au turc et à l’arabe...) et il faut le dire, par le public, lui-même conditionné par la presse. Dans une ville où se sont arrêtées plusieurs vagues d’immigration, où son apprentissage est demandé en langue vivante (LV2 commencé en 6ème ou LV3 en seconde), très souvent par des descendants qui veulent garder, et transmettre leur culture, il va bientôt manquer de professeurs. Qu’à cela ne tienne, on prendra des "intervenants" dont c’est la langue maternelle ! Là, le bât blesse, car les candidats, pour les temps partiels demandés, immigrants anciens ou récents, n’ont pas toujours tout les diplômes ou les papiers nécessaires à leur séjour, ou estiment n’être pas assez payés...en effet un intervenant est payé à l’heure de cours, soit beaucoup moins (environ 2 à 3 fois moins) qu’un enseignant en poste, in fine, il est proposé à ceux qui n’ont qu’un temps partiel, dans le privé, de remplacer haut-le-pied ces défaillances comme "intervenant", dans le public ! Mais maintenant l’enseignement des langues doit se faire "en conditions réelles d’utilisation", donc finis les cours et manuels rabâchés pendant des années qui ont tant fait jaser le public sur "ces professeurs qui passent leur temps en vacances", passée la mise au point de leur cours ! Le comble est atteint, lorsque un professeur exerçant dans l’enseignement privé, n’ayant plus assez d’élèves, 3 à 5 par classe, dans trois classes, où on peut trouver un niveau différent pour chaque élève dans une seule classe ! Comme ce doit être facile à faire travailler chacun de ces élèves en "condition" ! Eh bien, c’est simple on supprime le contrat du professeur ! Il pourrait prendre pendant encore deux ans avant sa retraite une classe plus nombreuse et plus homogène qui va perdre son professeur, qui lui, part en retraite maintenant. Un point très important l’en empêche-t-il ? cette classe est dans un lycée public ! et si l’on a pu voir, rarement, un professeur du public passer dans le privé pour arranger un problème particulier, il parait que l’inverse ne s’est jamais vu ! De toute façon les professeurs du privé sont payés par l’éducation nationale, et ont un contrat avec elle ! Donc dans cette ville environ une trentaine d’élèves vont devoir abandonner cet apprentissage...malgré pour presque tous, au moins un échange scolaire d’une quinzaine de jours avec des élèves russes, pendant les vacances d’hiver ou de printemps, organisé, géré, conduit et surveillé par leur(s) professeur(s) et quelques parents, tous bénévoles. C’est l’avis du rectorat .(ne pas faire de vagues !)... ;et des syndicats rouge, pâles et....jaunes à la fois !

N’est-ce pas une dette d’honneur, messieurs des ministères ? eh qu’en penserait-on à l’Elysée ?


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes