Patrons de presse, répétez après moi : je suis le Pouvoir, je suis la réalité.

Ca n’arrête pas. Cette semaine, Lefebvre au menu.

Les patrons de presse n’hésitent nullement à faire tartiner leurs scribes sur les paillettes agitées par le pouvoir, oubliant ainsi leur devoir de parler au pays de ce qu’il se passe réellement dans le pays.

Y a-t-il un patron de presse dans ce pays qui n’ait pas la gueule ouverte sous l’arrosoir à com que déverse le gouvernement ?

Y a t-il un patron de presse pour laisser un journaliste dire aux E.T. de l’Elysée et de Matignon qu’on s’en tape de la carrière de Lefebvre, comme de celle, d’ailleurs, de l’équipe de bras cassés qui vient de se casser, ou de la phalange nouvelle dont le fumet traître ne cache nullement qu’elle est là pour faire Guignol devant les projos, et montrer sa musculature dentaire ?

Aujourd’hui, 30.000 contrats emplois vie scolaire se voient licenciés. Ils s’ajoutent aux 2000 chomeurs/jour qui tombe de la machine à croissance. c’est pour le moins gravissimme, les gars. Ohé, du pédalo, c’est l’hécatombe ici !

C’est ici et maintenant que ces vies sont brisées par des mesures, d’infinies variations pour chercher des économies, dont l’hyprocrisie, la cruauté et la stupidité néo-libérales n’ont jamais été aussi évidentes.

Ohé, le contre-pouvoir !...

Ca devrait remplir vos pages d’analyses, de questions indignées, d’une fièvre française jaillissant pour noyer la racaille, qu’elle soit patronale ou tricolore. Pour la dissoudre enfin, juste avec cette putain de réalité infecte du chomâge, du chomâge d’une jeunesse, notamment, qui n’a pour horizon qu’apprendre à serrer la ceinture sur ses rêves et son énergie.

Ca devrait a minima poser question, hein, chers amis patrons de presse encartés au PPP, Parti Pognon et Parapluie. Chers artisans de la la citoyenneté qui passaient les portes dérobés, courbés, avant de venir baver vos éditos larbins.

Une seule, au moins, question pour racheter vos esprits glauques et vos âmes viles. Comment se fait-il que l’homme de l’Elysée fasse pleurer sur les écrans provinciaux avec le fait qu’il supporte pas l’injustice, la misère et j’en passe, qu’il fait tout, mais vrai-ment tout pour lutter contre le chômage, alors que son bras armé, le gouvernement français, licencie 30000 jeunes d’un coup et laissera tomber dans la benne 700000 hommes et femmes d’ici 2010, à ajouter aux 7 millions de déjà pauvres ?...

Peut-être une toute petite interrogation encore...Comment se fait-il que ce même gouvernement n’arrête pas de voter des lois pour démolir les protections de ceux qui sont pas (encore) au chom ?...De générer des haches légales propulsées par aboyeurs patentés - suivez mon regard - pour casser les légitimes et timorées réactions de colère - par exemple retenir une seconde le Pinault, le Pinault de PPR, ce type obscènement riche qui ne pense qu’a dégraisser, à s’en mettre plein les fouilles, même grace aux causes les plus fondamentales et urgentes comme l’écologie, avec la bénédiction du chanoine et des BHL de droite et de gauche -, pour ne pas sanctionner la combinazionne à fermer les usines, rouler les ouvriers dans le caniveau et partir avec le magot, avant de remettre à profit chez plus pauvres, plus ignorant, toute cette expérience dégueulasse ?..

Gentils patrons de la presse formatée Sarkoïde, en lieu et place de gâcher nos yeux avec le dernier joujou autorisé, vous pourriez également chercher à savoir pourquoi on veut faire bosser les gens 24h/24h, et même le jour du Seigneur, au risque pour le Chanoine de Latran de récolter un coup de mitre vaticanesque.

Pourquoi on veut casser en menus morceaux les dos, crever les vieux coeurs définitivement, faire mourir l’horizon de la vie, le petit temps ultime d’une vieillesse fatiguée, en la faisant marner, marner encore ?

Comment un énième abruti auto-proclamé expert peut décider que les retraites sont mal financées - ce qui est parfaitement faux, 2pts de PIB suffirait à garder l’équilibre si notre gouvernement mettait vraiment l’emploi au coeur des priorités, a démontré le COR et divers autres organismes - et que donc...au charbon encore deux, trois, dix ans de plus bientôt ?

Comment se fait-il que vous n’êtes pas là Perdriel, Fottorino, Khan, Carolis, Giesbert, Fottorino, Barbier, Villeneuve, etc, derrière des dizaines de Denis Robert ?!...

Comment se fait-il que nantis par un métier que vous qualifiez vous-mêmes de "baromètre de la démocratie", vous ne donniez pas moyens, protections et félicitations aux journalistes qui pousseraient les portes de l’Elysée pour demander à Sarko quelle inconcevable utilité il peut y avoir à abonner 1000 personnes aux subsides de l’Elysée, subsides versées, mais Sarko s’en souvient-il seulement, avec notre argent ?

Parce qu’à côté, juste à côté, choisis par les citoyens dans notre beau pays, faut-il le rappeler, il y a un gouvernement, 577 députés, 343 sénateurs, 72 députés européens, plus de 4000 conseillers généraux et 36000 maires. Ca s’appelle la représentation nationale.

Tous élus chargés de représenter notre volonté, de définir le cadre législatif et l’action de l’Etat dans notre pays. Sans la moindre nécessité d’abandonner cela à des individues retenus sur on ne sait quels critères dans un silence et une opacités inadmissibles, simplement pour servir l’évidente compulsion sarkozienne a tout contrôler, comme son addiction ultra-libérale autoritaire.

Voilà qui devrait, depuis longtemps, remplir et animer vos cervelles Messieurs Carolis, Giesbert, Fottorino, Barbier, Villeneuve, Perdriel, Khan etc, vous qui constituez la fine brochette du patronat de presse français.

Denis Robert en est à 300 visite d’huissier, à ce jour.


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes