Obama ou le trophée chrysocale de l’ethnicité.

Obama en Afrique, ô ! quelle assomption suprahumaine du mélanoderme africain devenu soudain maître du monde par procuration et par substitution imageante d’un mulâtre mi-africain, président des États-Unis ! Le triste dans l’affaire, c’est l’attitude de certains chefs d’État africains qui se désolent indolemment de ne pas pouvoir profiter de cette présence messianique qui aurait, semble-t-il, transformé leur capitale et palais présidentiel en Tabor politique pour la transfiguration béatifique de la « race noire ». En bon étasunien manipulateur et arrogant quoique souriant, Obama, l’occidental, figure désignée de la représentation des establishments occidentaux, s’est lui-même octroyé, dans la foulée des incohérences verbeuses, combien lamentables qui accompagnent sa visite sur le sol du continent noir, le rôle de juge suprême et moral des vertus de la gouvernance à la mode occidentale dans cette partie du monde réputée en occident pour Sa mauvaise gestion, constamment dénoncée par la « communauté internationale » pour ses vices politiques antidémocratiques, ses retards endémiques, ses inaptitudes à entrer dans la modernité, son incapacité à transcender la géographie par l’histoire, marquant le pas sur place loin du progressisme occidental… Ainsi, mine de rien, sans s’en rendre compte, le président étasunien fils de kényan, reprend les mêmes stéréotypes racistes contre l’ethnie paternelle. Démarcheur d’une oligarchie bancaire et oracle d’un pays (les Etats-Unis) qui n’est en fait qu’un vaste marché de tous les négoces, en osant parler de bonne gouvernance, il a raté une belle opportunité de réserve et de silence intelligent. Car en fait, Obama représente un pays dont le système financier et économique, le plus malsain, le plus dictatorial qui soit, est fondé sur le crédit et l’endettement du citoyen au profit d’un groupuscule tyrannique de banquiers et de grands industriels et commerçants. Pays agresseur et agressif qui ne s’est enrichi que par le crime, depuis l’hécatombe des amérindiens aux dépens desquels les premières guerres bactériologiques furent entreprises lorsque les colons infectaient sciemment les linges des indigènes avec les corps des moribonds de la variole. Pays qui a pillé et accumulé toutes les richesses du continent américain en se nommant lui-même, l’Amérique par moquerie dédaigneuse et mégalomane, et qui, selon Monroe, s’est investi de la mission impérialiste et criminelle d’être maître de tous les pays d’Amérique. Pays qui, aujourd’hui encore, avec la bénédiction lâche, cynique et inavouée d’Obama, fait un coup d’État au Honduras après les centaines de débarquements et de coups d’État yankees commandités en Amérique au 20ème siècle. Et voilà que, malgré la crapulerie et l’avidité prédatrice de sa bourgeoisie, les gigantesques gabegies ignominieuses et frauduleuses de son économie par les politiciens à la solde de ses banquiers, ce pays se retrouve en plein déclin tout en mettant quasiment le monde entier, soumis à sa dictature financière, dans une terrible crise dont souffrent les plus pauvres… Nous croyons que la décence élémentaire devrait commander à l’illustre président, un peu d’économie voire de parcimonie locutoire face au vocable creux de bonne gouvernance aux États-Unis même, par ces temps de crise due aux indécences gestionnaires du public comme du privé au pays du drapeau étoilé… L’allégorie évangélique de la poutre et de la paille, a ici pleinement droit de cité. Mais comme le dit un vieux proverbe « on ne voit jamais de tiques que sur les chiens étiques ».

En attendant, certains dirigeants de l’Afrique implorent la présence de l’oint étasunien dans leur palais, le temps d’une brève visite, comme au Ghana béni de ce séducteur envoyé par la providence oligarchique de l’empire en déclassement, soucieux de se créer une icône de fascination pour les simples et les idolâtres. Sachant que la séduction est toujours affaire de manière, de gestuelle et non de substance, je me dis que le coup de la rareté visiteuse d’Obama à l’égard des capitales africaines, comme en économie où la valeur d’une marchandise vient de la rareté, a bien rempli son mandat de séduction et d’ironie des gouvernements et des peuples manipulés par ces derniers et les médias.

Toutefois, pour faire honneur à la raison dans cette mer d’émotions et d’incohérences, nous disons que les peuples africains comme du reste du monde, doivent savoir que la bonne gouvernance salvatrice et libératrice s’il en est, ne peut venir que d’en bas, en sapant la verticalité du pouvoir actuel en vogue dans le monde, pour créer des structures de contrôle de l’économie et de la gestion publique des biens et ressources. C’est donc vers un mode horizontal de pouvoir qu’il faudra aller, loin des débilités coloristes, ethniques, verbales, franchement ridicules, où la masse des simples attendent un changement de cap de l’oligarchie oppressive qui les aiderait à leur propre émancipation.

Il n’y pas d’émancipation donnée de bon cœur aux opprimés par leurs oppresseurs qui les a rendus tels qu’ils sont. Et même la bonne gouvernance de l’oppresseur occasionne le renforcement de sa domination sur les opprimés. Il n’y a d’espoir d’émancipation mesuré et concret pour les peuples que par leur action désaliénée contre les mécanismes structurels et systémiques de l’oppression.

Obama comme n’importe quels futurs membres de minorités (ethniques ou autres) investis par un quelconque actuel ou futur empire, ne sera jamais que le comédien coloriste ou au mieux, le trophée chrysocale dénommé miraculeusement précieux pour enrichir les maîtres et abêtir les exclus.

La libération est un projet qui ne se concrétise que par la projection des nouvelles valeurs sociales dûment imposées par l’action concertée et méthodique des peuples voulant se libérer des oligarchies.

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes