Arrestaiton de Mm Aminatou Haidar, Sahara Occidental

Vendredi 13 novembre 2009, à 12h30 GMT, Madame Aminatou Haidar a été arrêtée dans un impressionnant déploiement de forces de police Marocaines, à son arrivée à l’Aéroport d’El Aaiun, au Sahara Occidental.

Madame Aminatou Haidar est une grande défenseure des droits de l’Homme et de la cause de son pays, le Sahara Occidental, occupé par le Maroc depuis 1975. Elle a subit comme d’autres, les coup et les tortures et une disparition forcée pendant 4 ans, pour sa résistance pacifique et son opinion politique.

Son courage dans ce combat pacifique a été plusieurs fois internationalement reconnu et soutenu. Elle a été honorée en 2006 du Prix pour les droits humains Juan Maria Bandres, en 2007 du Prix Silver Rose, dans la catégorie lutte pour la liberté et la dignité humaine, en 2008 du prix Robert F. Kennedy (RFK), en octobre 2009 du prix du Courage Civil de la fondation John Train. Elle a d’autre part été nominée par le Parlement Européen pour le Prix des droits humains Andrei Sakarov, par la branche américaine d’Amnesty International pour le Ginetta Sagan Fund Award mais aussi pour le Prix Nobel de la Paix.

Son arrestation intervient alors qu’une très inquiétante recrudescence d’arrestations de responsable d’association de défense des droits de l’homme, d’étudiants, d’intellectuels sahraouis, de harcèlement de la jeunesse sahraouie, est orchestrée depuis le mois de septembre 2009 par les autorités marocaines.

Le récent discours du roi, appel à la haine civile contre un ennemi intérieur, les sahraouis, qui revendiquent la juste application de leur droit légitime à l’autodétermination et dont le Maroc est le colonisateur, sert de justification à des actes officiels et domestiques de barbares discriminations et violences arbitraires des Marocains sur les Sahraouis.

Le Sahara Occidental est un territoire non autonome selon l’ONU, en attente de décolonisation depuis 1963. L’invasion violente du territoire par le Maroc en 1975 a été condamnée sans relâche par l’ONU et le conseil de sécurité. Néanmoins, le sentiment d’impunité laissé par l’absence de réelles mesures de coercition internationales contre le Maroc, l’autorise à des extrêmes d’inhumanité contre la population sahraouie n’ayant pas fui vers les campements de réfugiés.

Nous, APSO et réseau sud de la France, espérons que ces actes graves contre des citoyens courageux et résistants pour leurs droits et leur identité ne resteront pas ignorés plus longtemps de quiconque est attaché aux valeurs fondamentales de l’humanité.


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • Arrestaiton de Mm Aminatou Haidar, Sahara Occidental 15 décembre 2009 18:11, par abzak

    L’affaire Aminatou comme l’affaire du Sahara dans sa globalité a été créée à partir d’une confusion qui a été vite et opportunément saisie par divers intervenants ayant des desseins certains dans la région. Pour donner une crédibilité historique au dossier, il fallait définir l’objectif qui est en apparence un trait d’union entre une époque marquée par la lutte pour la libération contre le colonialisme ou tout simplement pour l’instauration de la démocratie, et une époque marquée par la mondialisation des économies et la lutte pour le développement humain, mais sous-tendue par des conflits légués par le colonialisme. Cette première étape a été réussie puisque le conflit a été installé et entretenu depuis 35 années. Toutefois et progressivement, l’objectif annoncé, perd avec le temps sa tonalité révolutionnaire, le contexte international ayant connu des mutations. Les faits à caractère humanitaire mobilisateurs d’opinions publiques des nations démocratiques, notamment européennes, deviennent, à ce moment là, un apanage pour stimuler la confusion et faire valoir la même thèse moyennant un recadrage de l’objectif qui n’est plus révolutionnaire mais humanitaire. A chaque fois que l’occasion de maintenir la confusion se présente et même s’il s’agit d’un fait éphémère limité dans le temps et dans l’espace, la partie qui n’est pas dans son droit tente d’en faire un événement historique qui alimentera l’actualité et produira un impact médiatique en attendant que la vérité soit rétablie et l’histoire réhabilitée.

    Le POLISARIO a été créé en 1973 à l’époque de l’occupation espagnole par ses Fondateurs dont les principaux vivent au Maroc pour constituer un front intérieur de soutien aux démarches déjà entreprises par le Maroc au niveau des Nations Unies qui ont abouti par la suite au jugement rendu par le tribunal de Lahaye qui a reconnu l’allégeance de cette région au royaume du Maroc au même titre que toutes les autres régions des quatre points cardinaux du Maroc.
    Pour la petite histoire, il est intéressant de savoir aussi certaines vérités qui ne se prêtent pas à la confusion. Monsieur Abdelaziz Marrakechi (de Marrakech), l’actuel leader de ce mouvement est le fils de Mohammed Marrakechi Responsable de la fraction sud de l’armée de libération marocaine à l’époque de la colonisation franco-espagnole au Maroc.
    Le père avec le reste de sa famille, s’est installé au Maroc en tant que marocain et ancien résistant ayant combattu pour la libération du Maroc. Le fils, ayant été marqué par l’époque marxiste léniniste comme tous les jeunes de cette période qui ont fréquenté l’université marocaine, a tracé sa destinée avec l’appui ou plutôt sur recommandation de l’état algérien qui a éliminé physiquement Mostafa El Ouali, le premier Président et principal fondateur du Front POLISARIO et qui avait aussi fait ses études à l’université de Rabat. Ce dernier n’arrangeait pas les visées algériennes dans la région.
    Toujours pour la petite histoire, plus d’une trentaine de personnalités marocaines (ambassadeurs et haut responsables de l’état chef d’entreprises) de la famille de Aminatou, ses oncles, cousins,…, outre les dignitaires de sa tribu, sont entrain de raisonner la concernée pour arrêter son action et rentrer chez elle.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes