Identité nationale : un débat scélérat

Un débat sur l’identité nationale ?

Non ! Sans blague !

N’est-ce pas avec de pareils sujets que l’on prépare et gagne les élections quand on est de droite ?

***

L’identité nationale ?!

A la fois litote et euphémisme, cache sexe subliminal de la question de l’immigration et par ricochet, des immigrés… noirs, musulmans, arabes et la menace qu’eux tous feraient peser sur l’identité française...

Car vous trouverez toujours une majorité d’électeurs pour penser :« L’intégration et l’identité nationale, c’est l’immigration ; et l’immigration c’est l’intégration ; et l’intégration, ça concerne en premier lieu les noirs et les arabes ; mais ce n’est certainement pas l’affaire de la société française dans son ensemble ! »

Et ça, la droite décomplexée le sait mieux que personne.

***

A l’initiative du gouvernement, dont la légitimité ne s’étendra et ne durera guère au-delà du temps qu’il lui sera donné de représenter une majorité dite « présidentielle », elle-même sujette au bon plaisir et aux humeurs d’un électorat instable et taciturne, ce débat dont il se propose d’assurer la coordination, maître d’ouvrage et maître d’œuvre, client et fournisseur tout à la fois, ainsi que la « synthèse » avant une conclusion qui, nul doute, étant donné les personnalités en présence et leur penchant idéologique (ministères de la justice, de l’intérieur et celui dit « de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire ?!….. » aux relents pétainistes), sonnera comme un avertissement, un coup de semonce, tant dans la lettre que dans la forme, adressés à tous ceux qui seraient tentés par une identité autre, ou bien tout autre, ou bien encore multiple, sans oublier ceux qui, abandonnés culturellement et économiquement, peinent à donner un sens à cette identité qu’on leur voudrait française quant à leurs devoirs et étrangère quant à leurs droits ou bien plutôt, quant à ce qu’il leur sera permis d’espérer pour eux-mêmes ; et d’autres encore qui ont déjà choisi l’option « religieuse », sans nationalité, sans frontières à revendiquer ; ailleurs ils sont et leur retour au sein du credo républicain au cœur de pierre et gravé dans le marbre, plus idéologique que pragmatique, avec ses prêcheurs décidément toujours pas payeurs pour un sou, et qui ne se reconnaissent le plus souvent aucune obligation de résultats, ne se fera pas sans heurts ni déchirement.

Aussi, quiconque participe à ce débat sans prendre au préalable le soin de dénoncer la malhonnêteté d’une telle initiative, se fait le complice d’une gigantesque entreprise de manipulation des bonnes volontés - bonnes poires ? Sans oublier les bavards qui verront là une opportunité supplémentaire de briller en public.

Mais alors… que les bavards se taisent ! Qu’ils laissent Besson, l’homme des basses besognes et son acolyte Hortefeu, celui qui ose dire tout haut ce qu’il croit entendre tout bas, porter seuls le fardeau du déshonneur qui ne manquera pas, tôt ou tard, de retomber sur eux car...

A aucun moment, il ne sera question - faute de volonté politique depuis deux générations -, d’affronter la crise structurelle à la fois économique et culturelle qui frappe les classes populaires, et plus particulièrement les Français issus de l’immigration sur-représentés au sein de ces classes.

Volonté politique sans laquelle, pourtant, tout débat autour de l’identité française se soldera par la marginalisation, le rejet et une ghettoïsation croissante de millions de Français...

Que personne n’obligera à voter, il est vrai !

***

Tous les coups sont donc permis comme... ce débat sur l’identité française qui n’a pas lieu d’être sinon... à des fins de réconcilier des pans entiers de la société française.

Mais qui, sérieusement, peut croire qu’un Sarkozy, qu’un Hortefeu et un Besson puissent incarner la possibilité d’un quelconque début de réconciliation nationale ?

Il est permis d’en douter et de soupçonner (oui ! le soupçon ! encore le soupçon !) des intentions partisanes depuis qu’en politique on s’autorise tout sans honte et sans retenue.

Alors non ! Il n’y aura pas de débat tout simplement parce qu’il n’y a pas et n’y aura pas la volonté politique d’écouter et de comprendre qui que ce soit qui n’ait pas déjà été entendu et compris - et bien compris même ! -, et dont le vote de soutien dans les urnes sera assuré à ceux qui auront organisé ce débat-scélérat, prélude à une échéance présidentielle dont le candidat, faute de pourvoir afficher un bilan économique et social porteur d’espoirs pour le plus grand nombre, n’aura qu’un seul axe possible de compagne : le bon vieux recours au bouc-émissaire et au procès d’intention à l’égard de ceux qui dénonceront cette manœuvre déshonorante.


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes