Blasphème contre le drapeau et la Marseillaise ?

Blasphème contre le drapeau et la Marseillaise ?
Comme suite à "Un « torche-cul » le drapeau tricolore ?" par LL sur Le Grand Soir
Voici quelques pistes pour un débat libre, ouvert et sans dogmatisme.
Pour une position critique universaliste responsable.

Trois brèves réponses.

1 - Le potentiel mobilisateur "de classe" du drapeau tricolore et du chant national, et de ce qu’il représente, est-il épuisé ?

La Nation comme représentation globale, est ambiguë car elle porte à la fois de l’émancipation et de l’aliénation. Historiquement elle a eu un rôle mobilisateur positif puisqu’elle a permis de faire émerger la République contre la Royauté et de sortir la France de l’Ancien régime et du Moyen-âge. La Révolution de 1789 étant inachevé pour le peuple-classe mais pas pour la bourgeoisie (qui elle a en quelque sorte sifflé la fin du mouvement et le retour au foyer), on peut dire qu’il a eu dispute d’un symbole entre la bourgeoisie et le peuple-classe. Ce dernier a vu longtemps dans la Nation et ses symboles un vecteur d’émancipation. Ce fut moins évident ensuite. Je vois - mais je ne suis pas historien - la naissance du désenchantement au début du XX ème siècle . Il y a eu d’un côté la trahison de 1914 (alliance de classes pour la guerre) et de l’autre le choix du drapeau rouge issue de l’affirmation de l’internationale ouvrière. L’internationalisme ouvrier né au XIX siècle avec l’AIT en 1864 et notamment avec Marx, auteur du Manifeste communiste et citoyen du monde, s’est développé au XX ème siècle en portant une exigence forte : « Travailleurs de tous les pays, unissez-vous ! ».

Votre ennemi c’est votre propre classe dominante, votre propre bourgeoisie. Simplement parce qu’on ne fraternise pas avec ceux qui maintiennent une domination de classe. Ce n’est pas une haine de classe pathologique. Il ne s’agit pas d’éliminer physiquement les capitaliste et les bourgeois il s’agit de les déposséder de ce qu’ils ont volé au peuple-classe. En somme, c’est le refus de la domination, de l’exploitation et de l’oppression qui passe par la classe dominante et par d’autres vecteurs qu’ils soient concrets ou abstraits (on parle alors avec Jean-Marie Vincent de dispositifs abstraits de domination). Il y a d’ailleurs d’autres dominations que celle de la classe sociale dominante : le sexisme et le racisme sont les deux autres formes importantes.

S’allier avec la bourgeoisie et ses représentants politiques c’est abandonner l’amitié entre le peuple pour la guerre entre les peuples. A mon sens c’est donc plus le pacifisme internationaliste du début du XX ème siècle que les conflits de classe du XIX siècles qui ont transformé et réorienté les idéaux mobilisateurs. Ce n’est pas, me semble-t-il, le Front populaire de 1936 qui a changé la perception de la question : "à qui appartient la nation ?" mais plutôt 1946 et le programme national issu de la Résistance. De nouveau la Nation semble appartenir beaucoup plus au peuple-classe et moins à la bourgeoisie. La République n’est pas socialiste mais sociale. Cet équilibre et ce rapport de force entre les classes tiendra pendant les Trente glorieuses sous le nom d’Etat providence. Mais pendant cette période les conquêtes sociales son rognés. Pendant cette période la bourgeoisie n’a cessé de dominer. Et l’Etat providence n’a pas été étendu aux peuples colonisés ni aux immigrés. La République sociale permet une certaine redistribution des richesses mais maintient le noyau dur du capitalisme. Elle n’est pas une République socialiste. Les symboles de la nation sont compatibles avec la République sociale car le peuple-classe comme la bourgeoisie peuvent encore se les disputer en lui donnant des contenus différents. Mais il n’est pas prouvé qu’ils le soient avec une République socialiste. C’est possible en s’appuyant de façon solidarité entre les peuples-classe sur le "carré républicain : liberté, égalité, adelphité, laïcité".

2 - Jusqu’où peut aller la critique des symboles nationaux ?

On peut évidemment critiquer le triptyque Liberté, égalité, fraternité alors qu’il est à mon avis plus clairement progressiste que le drapeau . Le tryptique montre une France qui peut être libérale-bourgeoise mais pas pétainiste. C’est déjà un pas de fait.

La critique peut-elle tourner à l’insulte ou à la diffamation via des actes tels que "siffler la Marseillaise" ou "pisser sur le drapeau" ? Ici la question vaut aussi bien contre le drapeau tricolore national que contre le drapeau rouge du communisme ou le drapeau noir de l’anachisme . Cette question est à rapprocher, me semble-t-il, avec ce qui se dit des religions. Peut-on diffamer les religions ? C’est la question du blasphème. On peut dire pisser sur les textes sacrés de toutes les religions pour les défétichiser, c’est à dire pour les ramener à l’état de chose ordinaire. Ce qui au passage remet les humains à leur juste place. Ils cessent d’être "à genoux" pour "être debout". Il y a donc dans cette défétichisation un réel processus d’émancipation qui peut cependant très bien se passer - en pratique - d’actes blasphématoires répétés.

Y a-t-il des limites ? L’usage du blasphème récurent et orienté de façon obsessionnelle contre une religion hors de tout contexte oppressant débouche souvent sur des dérapages condamnables. Le blasphème érigé en sport conduit à des formes d’intolérance qui conduisent au racisme. Je le dis nettement car il faut faire attention aux excès en ce sens. Quand on passe peu à peu de l’insulte des textes sacrés à l’insulte des humains croyants on commet un délit. C’est l’état de la législation française. La loi parle même d’incitation. Autrement dit il y a des critiques négatives de la religion qui sont condamnables car elles incitent beaucoup trop au passage à l’acte contre les croyants de cette religion. Tout est question d’appréciation en fonction du contexte. Pour autant le blasphème des religions réelles comme de tout de ce qui peut être érigé en religion ou en sacré est permis. Par contre, tout comme il est interdit de faire des bombages sur les églises, les mosquées et les synagogues il est interdit de le faire sur les mairies et les bâtiments officiels de la Nation ou de la République. Vous pouvez faire un bras ou un doigt d’honneur ou tout autre geste clairement offensant devant le drapeau si en fonction du contexte le drapeau représente une contre-valeur. On peut conchier les religions mais on doit respecter les croyants. Quand la nation se transforme en religion nationale par instrumentalisation de l’identité nationale alors son blasphème est permis. Les symboles de la nation ne doivent pas se transformer en objet sacré au-dessus des humains à l’instar des religions. Si le blasphème des religions est permis, le blasphème de la nation fétichisé l’est aussi.

3 - Blasphème et position "Indigène de la République" ? Quid de la burqa ?

D’aucun on vu dans mon profil un rapprochement avec les Indigènes de la République. J’ai une position critique universelle contre toutes les religions et contre les processus de sacralisation de ce qui n’est pas humain.. Je critique aussi le racialisme de cette organisation politique. Je défends la perspective de la République socialiste. Par ailleurs, je défens qu’une solidarité féministe mondiale s’oppose vivement à la burqa. Mais ce qui doit être combattu ce doit être le fascisme islamiste montant. Du coup ce combat n’est pas simple, surtout si l’on veut maintenir une solidarité avec le sud contre l’impérialisme du nord. Surtout aussi si l’on veut ne pas oublier le sexisme ici en luttant contre le sexisme là-bas. Reste que l’hyper-sexisme islamiste est une plaie qui trouve d’ailleurs dans les pays ou ils sont dominants des individus (femmes le plus souvent) qui le combattent courageusement. Notre solidarité va vers elles et eux. Comme ils sont largement clandestins, on les connait peu. Reste celles et ceux qui prennent la parole en Occident. Là le combat solidaire peut prendre une perspective d’amitié entre les peuples plus que républicaine franco-française de repli national. Pour autant la commission d’André Gérin de me parait pas illégitime pour creuser la question. C’est autre chose que le "grand débat" sur l’identité nationale. Enfin il faut aussi tenir compte de celles qui le porte librement sous conditionnement ou non. Eh bien qu’elles le portent mais sans approbation aucune ! Car elle font clairement le jeu (au sens de fausse solidarité ) des islamistes (qui ne sont pas le musulman ordinaire) et elles "enfoncent" dans le désespoir celles qui le portent de façon obligées. Ces dernières sont majoritaires dans le monde. La burqa est le symbole international de l’hypersexisme ! Ces précisions faites j’approuve volontiers ce propos de JJ Lakrival : Le voile intégral est une violence et un mal public international !

Christian Delarue


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • Blasphème contre le drapeau et la Marseillaise ? 22 novembre 2009 15:48, par Mourad

    C’est bien, pendant que vous combattez une robe et du tissus, et les Islamistes, que personnellement je n’ai jamais rencontrer, et de qui heureusement je n’ai pas vu commettre de génocide, (comme les nazis Fasciste et les bolchevik en leurs temps).

    Pendant ce temps ISreal est tranquille pour faire un génocide sur les musulmans de Ghaza et du Liban et les Militaire et mercenaires Américains font de même sur les Musulmans d’Afghanistan et surtout de l’Irak ou les femmes (atteinte du cancer) font des enfants déformé a cause des armes chimique déversé sur ce pays par les prêcheur de la démocratie depuis plus de 30 ans.

    Vive la France LAÏQUE et Républicaine.

    Un musulmans Maghrébin.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes