Diafoirus guérit la délinquance en 30 jours, c’est prouvé

Retour sur bourde d’Hortefeux. L’ex de l’Intérieur démontrait, le 13 novembre, qu’il y a une différence entre tromper et reconnaître qu’on trompe, entre politique de société et société de politiques au service d’eux-mêmes et de leurs semblables.

Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa a instauré un petit jeu passionnant pour son gouvernement. Il réaffecte à peu près tous les six mois une grande partie de ses membres.

Ce contrat court permet aux ministres et autres secrétaires d’Etat de prendre les mesures les plus impopulaires, les plus inopportunes, quand ce ne sont pas les plus irresponsables, pour s’évanouir à l’heure des indignations et des refus.

Ainsi Hortefeux, passé presto du ministère « charter » à celui de la gestion communicationnelle du chômage de masse.

Il répondait le 13 novembre à quelques questions, contrevenant par là à la règle implicite du jeu des chaises musicales gouvernemental : « plus vu, plus pris ». Mal lui en pris.

La délinquance aurait énormément baissé en octobre 2009 par rapport au même mois de l’années précédente, affirma t-il tout à fait sérieusement à la journaliste de France Info.

Manque de chance, il avait compté les délits sur 30 jours et non sur 31 comme en 2008, lui fit observer, mine de rien, Raphaëlle Duchemin .

Non content de réduire quasiment à néant le petit bénéfice escompté, cette baisse claironnée apparaît au grand jour comme un vrai mensonge ministériel, mal bâti sur un coin de table, à la va-vite.

Hortefeux a néanmoins continué à défendre sa baisse, trop désarçonné par le contre aussi assasin qu’inattendu d’une radio pourtant très servile par rapport au pouvoir.

Le poumon, vous dis-je. Pas question de baisser les feux, ranger les clairons et les plastrons. D’ailleurs l’Observatoire National de la Délinquance confirme la baisse de la délinquance, assura l’ex de l’Intérieur à la journaliste de France Info. C’est un organisme "totalement indépendant".

Le dit « indépendant » observatoire est présidé Bernard Hagelsteen, un préfet. Son conseil d’administration compte, entre autres, Charles Pasqua, Alain Baueur, archané du tout-sécuritaire et pythie idéologique auprès de l’Intérieur, Bernard Mennoret, adjoint d’un haut fonctionnaire à la Défense, Guy Geoffroy, député UMP, Nacer Meddah, Préfet, Alain Berthe, Inspecteur général de la police nationale...La fine fleur de l’indépendance résolue.

Pourtant les chiffres de la délinquance sont tellement implacables que Hagelsteen n’aurait rien faire pour sauver le soldat Hortefeux. Son bulletin de la veille, quand même plus respectueux du réel, est définitif : "En octobre 2009, en comparant les faits constatés sur 12 mois, il apparaît que le nombre d’atteintes aux biens ne varie quasiment pas (- 0,2 %, soit – 5 021 faits constatés), que celui des atteintes volontaires à l’intégrité physique augmente de 3,8 % (soit + 16 484 faits constatés) et que les escroqueries et infractions économiques et financières sont en hausse de 1%. Institut national des hautes études de sécurité - Observatoire national de la délinquance - bulletin mensuel-12 novembre 2009 "

Après l’EPAD, l’identité nationale et la Burqua, difficile de ne pas se demander si nos illusionnistes gouvernementaux pensent passer l’intégralité de leur mandature à saturer le réel d’inepties et de mensonges.

Il est permis de penser qu’ils n’ont tout simplement rien d’autre en magasin, ni l’entendement pour sortir du déni qu’ils nourrissent, ni la volonté de freiner leur entrain sur la route des privilèges qu’ils arpentent.


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes