Produits radioactifs à portée de main pour tous : vous ne révez pas, c’est déjà validé !

Aujourd’hui, seuls des objets anciens encore en circulation sont radioactifs et quelques objets surtout en vente via internet contiennent également de la radioactivité. Si pour l’instant c’est marginal, un arrêté interministériel pris en conseil des ministres pourrait changer la donne s’il n’est pas rapidement abrogé.

Depuis 2002, le code de la santé publique interdit d’ajouter des substances radioactives dans les biens de consommation et les produits de construction. Il s’agit d’une protection importante vis-à-vis de substances qui ont la capacité d’induire des cancers chez les personnes exposées et des maladies génétiques graves chez leurs descendants. Or, un arrêté daté du 5 mai 2009 et pris aux noms des ministres de l’écologie, de la santé et de l’économie met en place un dispositif de dérogation permettant de contourner ces interdictions.

La Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité a fait une mise au point à peut près semblable à celle-ci :

Il est irresponsable d’admettre que des installations nucléaires puissent servir à la construction d’habitations ou de lieux de travail. Les substances radioactives doivent rester dans des circuits contrôlés. Dès lors qu’elles sont libérées dans le domaine public, il n’est plus possible d’en protéger ni la population, ni l’environnement.

Il est intolérable que des sources radioactives soient incorporées à des produits accessibles au grand public. Compte tenu de leurs propriétés cancérigènes et mutagènes, elles doivent rester dans des circuits contrôlés et tout doit être fait pour en protéger la population et l’environnement.

Comment se fait-il que le conseil des ministres s’est montré favorable à la construction d’habitations ou de lieux de travail incorporant des matériaux contaminés issus du démantèlement des installations nucléaires ? Le gouvernement est en charge de défendre l’intérêt général, il lui incombe de garantir la protection radiologique de la population.

Il faut absolument faire abroger cet arrêté qui porte gravement atteinte aux droits des consommateurs et les expose à des risques injustifiés. Les citoyens électeurs ont leur mot à dire puisque les premiers concernés.

La CRIIRAD lance une grande campagne d’action contre l’ ajout de substances radioactives dans les biens de consommation et de construction. Pour participer vous pouvez écrire votre refus auprès des trois ministres impliqués en vous inspirant éventuellement des modèles de lettres rédigés par l’association (adresses des ministères ci-jointes).


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes