Article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Tic tac, tic tac, tic tac. Le décompte est déclenché. L’heure est proche. La fin du mythe est à nos portes. Le mythe de l’Humanisme, le triple mythe ‘Liberté, Egalité, Fraternité’ est en train de lentement mais surement s’étioler.

L’avant dernier acte de ce que j’appellerais pudiquement le maccarthysme revu et corrigé par les élus et ambitieux de tous bords est en train de se dérouler sans que nul n’ose broncher. L’attaque insalubre a été porté initialement par un obscur petit communiste, en mal d’actualité, qui déclarait le 17 Juin : ‘La burqa une prison ambulante ». 17 Juin 2009 ? Ce timing n’était évidemment pas la résultante d’un élan de féminisme héroïque. Seuls les amnésiques ou les dupes auraient pu oublier, que le 4 Juin Obama prononçait un discours bien particulier au Caire qui débutait par un ‘Salam aleykoum’ et enchaînait sur le soutien appuyé à la liberté pour les femmes musulmanes d’entretenir le rapport qui leur sied avec leur corps ; et donc de porter le voile si telle était leur volonté. Ce discours était un prélude aux déclarations de Nicolas Sarkozy le 6 Juin lors de son entretien avec Barak Obama. Approbation appuyée à la position américaine sur le voile. Et donc fort de ses deux épisodes, Monsieur Guérin nous proposa une contre attaque dans les règles, puisque le petit voile n’est plus à portée de main immédiate, prenons l’angle du grand voile pour se faire un nom.

Et c’est sur cette petite note signée par 58 députés que le buzz est né : le sujet d’actualité numéro 1 des 6 derniers mois était tout trouvé : la Burqa ou le mal qui s’attaque à la France, et qui va si on ne l’arrête, la dévaster. A l’armée des micros, des émissions télévisées, de l’abondance de feuillets scribouillés, de blogs fleurissants, d’éditoriaux filés, la petite phrase d’Obama a fait les beaux jours de nos peoples en manque d’actualité. Et s’est ainsi, que la commission parlementaire la plus utile du siècle, financée par nos deniers et notre déficit public ‘eurovore’, est née. Assortie d’un discours présidentiel à Versailles qui sonne comme un écho au discours de Caen et qui rappelle que ‘ La Burqa n’est pas la bienvenue en France ‘. Littéralement nous allons fermer nos frontières à l’importation de ce vêtement. Alors que faire ? Jouer l’ingénue et rappeler clopint clopant, que de Burqa point de traces en France puisque, si je ne m’abuse, aucune photo de grillage prise dans les rues de notre douce France n’a circulé. Non je vais laisser cette petite rhétorique à Monsieur Jean François Coppé qui sait ce dont il parle .

Pourquoi donc le voile intégral ? Tout d’abord il fait vendre, ensuite il promeut, finalement il élit. Vendre, parce que sans ce petit débat sorti des boîtes à idées en tout genre, de quoi Yves Calvi, Arlette Chabot, Eric Zemmour, Paul Ammar, Jean Pierre Elkabbach, Christophe Barbier, Caroline Fourest et j’en passe auraient ils bien pu parler dans leurs émissions plus instructives les unes que les autres ? Promouvoir ensuite, parce que rien de tel pour les primo accédants à une lumière sociale, que la dénonciation d’une pratique communautaire jugée encombrante. Et là, foule se fait au portillon, après tout Fadela Amara a été propulsée au gouvernement grâce à ses frappes chirurgicales sur ses petits frères et sœurs, (non ce n’est sûrement pas pour son éloquence ou sa capacité à impulser le changement, on lui concède tout de même sa progression fulgurante dans l’apprentissage de la langue de Molière sur les deux dernière années). Entre Sihem , Dounia Bouzar, Dalil Boubaker, l’imam de Drancy, on ne sait plus où donner de la tête pour les compter. Le fou du roi fait toujours recette. Elire enfin, car bien évidemment cette nouvelle polémique ne manquera d’alimenter les urnes des bureaux de vote, plutôt à droite, voire très à droite, ou plutôt à gauche que choisir je m’y perds tellement le sujet fait recette à tous bords ?

Cela en serait presque drôle, si cela ne dénotait pas d’une discrimination profonde, d’une incrimination sévère et gratuite. Ce qu’ils ne disent pas franchement, mais qui se lit en filigrane dans tous les communiqués, qui se lit en filigrane dans la résolution de cette fameuse commission, qui se lit en filigrane dans le boycott même des socialistes : c’est le jugement par contumace de ce que nous refusons de donner : la liberté, l’égalité et la fraternité même quand ton concitoyen refuse tes normes cultuelles. Je ne reviendrais pas sur les discours des personnes pré citées, parce qu’ils sont creux et se suffisent à eux-mêmes.

En revanche, je rappellerai simplement que la Déclaration universelle des droits de l’homme, tout comme la Constitution me garantissent mon droit de conscience. Et donc je refuse, au nom de ce droit, de me plier aux humeurs de ceux qui ont un pseudo pouvoir temporel qui s’évanouira aussi vite qu’il est apparu. Les donneurs de leçon ne se sont toujours pas appliqués les dogmes magiques qu’ils aiment à répéter à longueur d’interviews : laïcité, égalité hommes/femmes, liberté et droits de la femme. La laïcité est elle appliquée lorsque les fond publiques financent les établissements privés catholiques et juifs tout en maximisant les obstacles aux créations d’écoles privées musulmanes ? L’égalité hommes/femmes est elle appliquée lorsque seulement 10% des femmes siègent dans les conseils d’administration du CAC 40, seulement 18% de députées, que les 5 Républiques réunies n’ont eu qu’une femme premier ministre, d’ailleurs très vite limogée et de surcroît accusée d’avoir eu une promotion canapé (pour rappel la plupart des pays musulmans connaissent une présence féminine à des postes à responsabilité au moins équivalente ) ? Ma liberté en tant que femme est elle appliquée lorsque l’on m’interdit de m’habiller comme je l’entends ?

Mmmmh, les livres d’histoire le méditeront pour nous.


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • pour ce qui est de la " Burqua " je me fie aux avis de quelques associations féministes qui comme les élus de villes populaires savent de quoi ils parlent, la religion est de l’ ordre de l’ INTIME, et non de la sphère privée .......... quoique beaucoup poussent au retour du religieux dans la sphère non seulement privée mais publique, cela arrange bien la politique principalement celle du Capital du haut des ses " Bourses " !

    Yves Le Gloahec

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes