Une élection pour qui et contre qui ?

En guise de communiqué de presse.

Les urnes ont parlé. Les électeurs un peu moins. Le peuple, on ne sait pas.
Il serait si simple de commenter le premier tour des élections régionales. De se réjouir du score de la gauche, de celui du Front de Gauche, de chanter les louanges du capitalisme vert, de vilipender la droite qui perd, de regretter l’ascension du Front National...

Il serait si simple de n’en avoir rien à faire ! De se dire que c’est une élection de plus... et de trouver des excuses à celle set ceux qui on gardé le postérieur vissé sur le canapé devant leur écran de rêves ou de fumée. Il serait si facile d’affirmer que tout le monde manque de repères ; que la situation ne favorise pas la prise de conscience ; que les gens sont aphones écrasés sous leurs difficultés quotidiennes...

Tous les discours humanistes sont bons à prendre, pour se rassurer et rassurer la conscience des militants passés, présents et à venir. Celle des électeurs potentiels aussi.

Mais aujourd’hui, ce soir, un fracture profonde s’est creusée. Un fossé béant d’où sortira tôt ou tard la bête immonde dont on avait dit un jour que son ventre était encore fécond. Et il l’est ! Il le demeure et le brouhaha médiatico-politique ambiant l’entretient et lui caressant le poil... dans le bon sens.

Les petites phrases ont la vie dure.. et longue. Les coups d’éclat, aussi. On ne bâtit pas d’avenir sur le néant. Et la classe politique, dans sa grande majorité flirte avec le néant.

La France est prête, me semble-t-il, ce soir, pour se livrer à la droite dure et embrasser la bête sur les lèvres.

A force de renoncements, a force de démissions, à force d’incompréhensions, à force de falsifications, à force de reniements, a force de trahisons, à force de négations, à force de décervelages, elle est enfin prête...

Il n’y a plus de vigie, plus de conscience, plus de repères. Tout s’efface, sauf l’encre des billets. Ceux des banque et les autres, pour un aller simple...

Demain sera un autre jour, forcément ! Mais quel jour... et pour quel devenir ?

René BALME
maire de GRIGNY 69520
Le 14 mars 2010 à 22h30


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • Une élection pour qui et contre qui ? 17 mars 2010 22:56, par bernard Trannoy

    Problème le Front de gauche est vide de contenu - ce n’est que la volonté de certains que de se repaitre des dépouilles du PCF - Un PCF que l’histoire a durci et qui est allergique à bien des formes de populisme. Quand au FN il ne fait que fleurir sur le fumier que nous avons largement répandu il n’est que le reflet et de nos lâchetés et de nos renoncements

    Voir en ligne : FRONT DE GAUCHE UNE COQUILLE VIDE

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes