Quand je serai grand, je veux être Obama !

Les cons, ils osent tout, c’est à ça qu’on les reconnait ! Michel Audiard.

Il est des maladies qui se soignent, ou pas. Il en est qui nous coûtent plutôt cher. Témoin la mégalomanie tintée d’un complexe d’infériorité galopant de notre oimniprésident qui ne supporte pas de n’être pas hissé sur le même plan que celui des États-Unis d’Amérique.

Le dernier de nos présidents, juché sur ses talonnettes, s’est donc mis en tête que rien ne devait lui résister, pas même le ouèbe. Il a donc décidé que le site Internet de l’Élysée ressemblerait comme deux gouttes d’eau à celui de la Maison Banche. A défaut d’avoir l’aura et le talent, autant essayer d’être la pale copie du maître a penser.

Outre le fait que ce genre de fixation et de caprice relève de l’école maternelle, il est a préciser que le contribuable va débourser 100 000 euros pour cette plaisanterie non encore aboutie, vous l’allez voir... ou entendre !

Et c’est Liberation.fr qui nous informe de ce que le calife voulant être calife à la place du calife a passé commande de l’objet médiatique ! « Le site de la présidence de la République française, elysee.fr, a donc fait peau neuve. Et pour tout ceux qui ont déjà fait un tour sur whitehouse.gov, c’est un léger sentiment de copier/coller qui prédomine. Même menu bleu surplombé du logo au centre, même bannière tournante, même découpage en trois colonnes égales, même placement du moteur de recherche (petite différence, celui choisi par l’Elysée, Exalead, est français), on aurait bien du mal à lister toutes les ressemblances. Le plus troublant étant sans doute l’image de fond. Couleur gris clair, représentation de la partie supérieure de la façade du bâtiment, et angle de vue, tout est identique. À ce niveau-là, on frise l’incident diplomatique pour plagiat. » Et sans doute, aussi que la pathologie dont est affecté le locataire de l’Élysée devrait en préoccuper plus d’un, puisque c’est aussi lui qui a le pouvoir d’appuyer sur le bouton de la force de frappe !

Une petite ballade sur le code de la page d’accueil du site nous en apprend beaucoup sur le professionnalisme du ou des programmeurs qui ont conçu la "bête". On ne peut pas dire que l’on baigne dans la discrétion et l’épuration du code source. Au vu des annotation qui demeurent, on sent le tâcheron un peu perdu sur sa feuille de php et qui navigue comme le petit Poucet !

On nous rétorquera que le site oulala.net est aussi annoté, sauf que nous ne sommes pas des professionnels de la programmation et que le site n’a coûté que quelques nuit blanches, une boite de paracétamol, zéro centimes et de l’huile de coude à celui qui a adapté la mise en page que vous avez sous vos yeux ébahis. On est loin des 100 000 euros. pour un résultat que nous pouvons considérer comme étant à la limite de l’amateurisme. Faut-il dire à ces gens qu’il existe des CMS (Content Management System, en amerloque et système de gestion de contenu en langage autochtone.) libres de droit et fort bien conçus par des équipes de bénévoles... et dont le code est en français qui plus est !

La cerise sur le gâteau étant la traduction du CV de notre grand homme d’État en anglais... pour les non voyants. Traduction qui a été retirée dès le matin du lundi 29 mars 2010. Quel dommage qu’une aussi belle perle n’ait pas pu résister à l’outrage du temps au moment même ou notre éternel voyageur de petite taille s’envolait pour la lointaine Amérique tant convoitée par lui.

MP3 - 3.5 Mo

Nous vous offrons ce moment incontestable ou le net, la Présidence de la République française et la technique de traduction en ligne se conjuguent pour nous offrir un des plus hilarants spectacle dont nous puissions rêver. Même les gags les plus aboutis ne peuvent rivaliser avec ce moment d’anthologie !
A écouter sans modération et à faire suivre avec la même frénésie.


 
 
 
Forum lié à cet article

6 commentaires
  • Quand je serai grand, je veux être Obama ! 1er avril 2010 09:31, par Dominique

    Au bout du compte, rêver d’être Obama c’est pas plus malin que de se rêver en poupée Barbie pour les petites filles !
    Le problème c’est l’aveuglement des certitudes qu’on cherche dans des exemples (le pire) et des modèles (ceux-là quand ils sont bons pour l’homme, faut pas hésiter à les analyser ...)
    Rappelez-vous de ce leader... un certain Tony Blair qui avait cette "admiration" pour ... l’Amérique (ah, the American dream ! ... rubbish...)... et ça l’a entraîné à soutenir Bush et sa guerre en Irak sans discernement et en dépit du reste de l’Europe qui était contre.
    Alors, entre une volonté forcenée de "définir" une identité française et un mimétisme "enfantin" de vouloir copier "le plus fort du monde".... J’ai attrapé le tournis !
    Et... en plus, la prof d’anglais que je suis a failli en tomber à la renverse ! Gosh !....
    Alors oui, j’ai bien ri hier soir en écoutant ça, mais ce matin... je m’inquiète.
    Dominique.

  • Quand je serai grand, je veux être Obama ! 1er avril 2010 12:04, par Marie-Thérèse

    eh oui !! nous en sommes là , mon pays bafoué ,labouré ,

    annéanti , réduit a l’état de serpillière ,de bouche d’égou^t

    z’avez qq chose a ajouter ? le pire est devant nous

  • Quand je serai grand, je veux être Obama ! 1er avril 2010 22:33, par Pic et Puce

    Tony Blair n’a pas été entraîné dans la guerre en Irak par admiration sans borne pour le président Bush, mais parce que leurs maîtres, les puissances financières, leur ont demandé de punir un valet, Saddam Hussein devenu récalcitrant et un obstacle à leur volonté de pouvoir mondial. Bush, Blair, Obama, Sarkozy...même combat ! Au service de l’holigarchie financière et mafieuse...

    • Quand je serai grand, je veux être Obama ! 2 avril 2010 13:57, par Dominique

      Peut-être oui, mais il n’empêche que nous nous trouvons face à une génération de leaders politiques qui rêvent d’être des Kennedy ou des Obama... bref, ce mythe du rêve américain.
      Dans toute question de société il y a plusieurs aspects : politiques, financiers mais aussi culturels et civilisationnels, et l’admiration de T. Blair pour l’Amérique était connue.
      C’était sur ces derniers aspects que j’avais pointé mais, au bout du compte, ils doivent se compléter. Après tout on ne choisit pas ces maîtres par hasard ...
      Bonne journée Pic et Puce.

  • Quand je serai grand, je veux être Obama ! 2 avril 2010 17:45, par Dominique

    Pic et Puce ? il faudrait que je rajoute quelque chose de moins ... consensuel !
    Oui, votre mail est quand même une succession de phrases toutes faites répétées maintes et maintes fois dans les discours typiques Gauche, même si elles sont vraies. Avoir une idée, pour moi, c’est entendre, comprendre, et assimiler pour mieux s’exprimer dessus AVEC SES PROPRES MOTS ! et là, on partage les idées... autrement on pourrait bien être la proie... d’un maître ! Qu’en pensez-vous ?
    Clin d’oeil et bon week-end. Dominique

    • Quand je serai grand, je veux être Obama ! 7 avril 2010 08:47, par Pic et Puce

      Bonjour

      Il y a quand même une sacrée énigme....Jamais dans l’histoire de l’humain, nous avons été détenteurs de tant de moyens matériels et de connaissances pour soulager la condition humaine. Les besoins des humains sont simples à déterminer...un lieu de vie agréable, de la nourriture, du travail, du repos, de la détente, des amis, une famille, une compréhension du monde, du partage, un toit sur la tête, et surtout un sentiment de sécurité lié à une qualité de vie......Or, tout concourt à nous placer dans un sentiment d’insécurité permanente. De nos jours, plus rien ne semble intéressant si cela ne rapporte pas des gains fulgurants dans un délai très court à une toute petite minorité.
      Plus aucune vision globale, plus un projet humaniste à la portée de tous mais une noblesse financière ivre de pouvoir.

      Or justement, on n’a pas du tout l’impression que nos dirigeants aient le soucis des gens qui ont voté pour eux...Je pense que certains hommes politiques ont un esprit altruiste mais des bras tellement courts...Il y a eu une parenthèse de l’histoire où beaucoup dans nos sociétés ont cru que l’amélioration de la condition humaine était possible à l’infini et accessible à tous progressivement. A présent, grâce à des médias qui ne font que nous harceler ou nous terroriser, nous devenons des marionnettes incapables de réagir et de dire non à tout ce que l’on nous prépare, de dire non au nom de valeurs humanistes et laïques.

      Nous avons même l’impression que les " maîtres du monde " n’ont même plus à porter de masque, qu’ils peuvent étaler en toute impunité leur pseudo puissance et leur idéologie mortifère... C’est pour cela que je crois de plus en plus à l’utilité du cadre associatif et mutualiste dans un esprit de démocratie réelle partout où cela est possible dans un cadre local.

      Avec Obama nous avons un excellent acteur, un pur produit du marketing politique mais cet homme de quelles valeurs humaniste peut-il être le représentant lorsque l’on connaît ses liens très intimes avec la haute finance, le monde de la banque et le complexe militaro industriel de son pays ?