{id_article}
 

FCO* : Non à l’obligation vaccinale !

Pour l’arrêt des poursuites contre les refuseurs

* Fièvre Catarrhale Ovine

Alès, le 19 avril 2010

En soutien à la semaine d’action organisée par les « Collectifs FCO », la fédération Nature &
Progrès
appelle à nouveau l’attention sur cette vaccination inutile et dangereuse. La Fièvre
Catarrhale Ovine est en effet une maladie bénigne, sans danger pour l’homme, et qui se
soigne très facilement sans recours au vaccin. A long terme l’immunité naturelle s’avère
durablement efficace, à l’inverse des vaccinations répétées. Sachons que la FCO n’est pas
éradiquée mais, à long terme, entretenue par la vaccination systématique. Des exemples
sont là pour en attester : la Grèce n’ayant pas vacciné ses cheptels s’est débarrassée de la
maladie, au contraire d’Israël, qui a mis en place des protocoles de vaccination depuis plus
de dix ans, et où le virus sévit toujours.

Il s’agit donc là d’une obligation vaccinale visant des intérêts avant tout économiques, au
même titre que le scandale de la vaccination humaine contre le virus de la grippe A.

Combien de temps encore les réglementations sanitaires seront-elles ainsi dictées sous la
pression des multinationales pharmaceutiques en recherche de profit ? Il y a là un conflit
d’intérêts qui dépasse l’entendement.

A partir du mois de mai, les éleveurs doivent mener leurs animaux en estive pour que ceux-ci
puissent continuer à se nourrir. Or, le ministère de l’Agriculture interdit la transhumance des
bêtes non vaccinées. Pour Pascal Thibaulot, administrateur de Nature & Progrès et lui-même
« éleveur désobéissant » : il s’agit là d’un arrêt de mort tant pour la ferme, que pour le
paysan et son troupeau. Aujourd’hui de nombreux éleveurs désobéissants font l’objet de
poursuites judiciaires devant les tribunaux, et subissent des pressions qui les placent dans
des situations intenables.

Au nom de la liberté du choix thérapeutique, Nature & Progrès se joint donc aux Collectifs,
pour exiger l’arrêt des poursuites contre les lanceurs d’alertes que sont ces paysans qui
font le choix de prévenir, plutôt que de piquer.

Contact presse :
Pascal Thibaulot 06 07 65 65 95

Semaine de mobilisation nationale du 22 avril au 4 mai 2010.
Plus d’informations : www.collectif.org


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes