Prolétaires de toute l’Europe unissez-vous

Les événements qui se déroulent sous nos yeux en Grèce et leurs conséquences économiques politiques et sociales sont d’une grande importance. Il s’agit d’un conflit de classes exemplaire. Que voyons-nous ? Face au capital et ses patrons, ses banquiers, ses spéculateurs, ses agences de notation, ses marchés financiers, ses institutions financières comme le FMI de Dominique Strauss-kahn, la Commission européenne, la BCE, les dirigeants des États de l’Union, les parlementaires etc. etc., se dresse courageusement le peuple grec notamment les travailleurs. Il s’agit d’un combat inégal entre le capital et le travail. D’un côté des parasites en tout genre qui, comme des vautours, dévorent encore ce qui reste de leur proie grecque, de l’autre des hommes et des femmes qui luttent pour leur emploi, leur salaire, leur retraite, leur école, leur hôpital...

Les marchés financiers profitant de la situation, stimulés par les agences de notation, exigent pour leurs éventuels prêts à la Grèce des taux d’intérêt exorbitants. Les milliards apportés par les États européens et le FMI ont été empruntés sur les marchés à 1,4 ou 1,5 % et prêtés à la Grèce à 5 % ! « En aidant la Grèce, on s’aide nous-mêmes. Les 6 milliards d’euros prêtés à la Grèce par la France on ne les a pas trouvés dans les caisses de l’Etat. On les emprunte à un taux d’environ 1,4 ou 1,5% et on les prête aux Grecs à environ 5%. Donc nous ferons un gain là-dessus. C’est bon pour le pays, c’est bon pour la Grèce, c’est surtout bon pour la zone euro. Il faut rassurer les marchés » déclarait M.Eric Woerth, ministre français des affaires sociales (1) ; c’est la notion capitaliste de l’aide ! Marchés financiers, gouvernements européens, FMI , tels des vampires pompent ainsi généreusement la richesse du peuple grec.

La crise grecque montre également et d’une manière éclatante la faillite de toute la construction européenne. Ses institutions se sont révélées incapables de réagir et d’apporter la moindre solution à un pays pourtant membre de l’Union. La BCE, la Commission européenne, le Conseil européen, l’Eurogroupe et le Parlement européen sont comme tétanisés, paralysés face à la situation grecque. Le plan de stabilisation de 750 milliards d’euros adopté le 9 mai 2010, peut calmer à court terme l’appétit des marchés financiers, mais les problèmes de fond demeurent sans réponse. En revanche elles sont très promptes et actives pour imposer au peuple grec les différents plans dits d’austérité qui, eux, s’inscrivent dans la durée. Elles exécutent ainsi servilement les ordres des spéculateurs parasites et des requins de la finance internationale. Faut-il rappeler qu’en dehors du Parlement européen, aucune institution ne possède la légitimité démocratique. Dans ces conditions, elles ne peuvent agir que sous le contrôle et les exigences des marchés financiers. Jean-Claude Junker président de l’Eurogroupe n’a-t-il pas déclaré d’ailleurs que « Si les marchés mettent en cause la crédibilité de la démarche grecque, des mesures additionnelles devront être prises. La zone euro n’interviendra que lorsque cela aura été fait » ? C’est exactement ce qui s’est passé : après le premier plan d’austérité, les marchés financiers et les agences de notation avec la complicité des États de l’Union ont estimé que ce premier plan n’était pas suffisant pour mettre la Grèce à l’abri d’un défaut de paiement. Le 6 mai 2010, le parlement grec vota un deuxième plan détruisant un peu plus ce qui reste encore des services publics et poussant les travailleurs grecs à la misère. « Nous pouvons garantir que le pays ne fera pas faillite » a lancé le ministre des Finances, Georges Papaconstantinou. Signalons au passage que ce plan, « d’une sévérité inédite »(3) selon la presse bourgeoise elle-même, a été voté grâce aux voix des socialistes du Pasok et de... l’extrême droite ! Pendant que les parlementaires discutaient de la manière la plus efficace pour étrangler les travailleurs grecs afin de satisfaire les marchés financiers, l’Union Européenne, le FMI etc. des dizaines de milliers de manifestants scandaient « FMI et UE nous volent un siècle d’acquis sociaux », ou encore « Non à la destruction des droits des travailleurs », « La crise ce sont les dirigeants qui doivent la payer : les voleurs, les spéculateurs » etc.

Entre les deux plans, les taux d’intérêt des obligations d’État grec à dix ans se sont envolés. Ils ont atteint des niveaux historiques à 12,506 % le 7 mai 2010 alors qu’ils ne sont qu’ à 2,727 % en Allemagne et de 3,030 % en France (4). A quand le troisième plan ? L’ enrichissement de quelques uns n’a d’égal que la souffrance du plus grand nombre. Vive l’Union Européenne !

Les bourgeoisies européennes sont donc déterminées à exploiter le peuple grec jusqu’à la moelle épinière. Les gouvernements européens de droite ou socio-démocrates, au solde de ces classes dominantes, ne reculeront devant rien pour briser la résistance des travailleurs grecs. Ils n’hésiteront pas à utiliser tout leur appareil répressif pour imposer leur volonté et garder leurs privilèges. Aujourd’hui c’est le peuple hellénique qui paie très cher les conséquences de la crise du capitalisme dont seule la bourgeoisie est responsable. Demain, sera peut-être le tour des travailleurs espagnols, portugais, irlandais, italiens, français etc. Le capital ne connait pas de frontières. Dans sa logique et ses lois, il ne connait que le profit. Nicolas Sarkozy, par la voix de son premier ministre François Fillon, prépare déjà les travailleurs à supporter les conséquences des « réformes » qu’il comptait imposer avec ou sans les marchés financiers. Le gouvernement français peut même utiliser la situation grecque pour accélérer sa politique de destruction des acquis sociaux afin que la richesse reste concentrée entre les mains d’ une minorité de la population.

La classe ouvrière européenne n’a pas d’autres choix que de se préparer au combat que lui impose le capital si elle ne veut pas que sa situation, déjà dégradée, ne s’aggrave encore davantage. Mais ce combat ne peut être gagné que dans l’unité de l’ensemble des travailleurs européens. L’union de tous les prolétaires d’Europe est donc une nécessité vitale.

Mohamed Belaali


 
P.S.
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes