Les mots aussi ont un camp !

Le dernier numéro de l’Humanité Dimanche fait sa une sur la crise du capitalisme, annonçant un dossier pages 8 à 23, sur lesquelles figure l’en tête "Spécial la crise du capitalisme." L’on ne peut que se féliciter de voir ainsi 16 pages consacrées à l’analyse de cette crise.

Toutefois la lecture des différents articles apporte quelques surprises dans le choix de termes employés pour traiter de sujet. Le premier article commençait plutôt bien pourtant sur ce plan-là, puisque son auteur précisait le sens de l’adjectif systémique après avoir cité Nicolas Sarkozy qualifiant cette crise de systémique.

Par contre à aucun moment dans ce dossier le terme capitalisme ne sera explicité cet oubli est d’autant plus regrettable que, si l’on s’en réfère au dictionnaire critique du Marxisme de Bensussan et Labica, "le capitalisme est tout à la fois un mode de production déterminé… et une série de formations économiques et sociales.." Mais il n’est nullement besoin de cette précision puisque le terme de capitalisme n’est jamais employé dans cette série d’articles.

Cette absence est équilibrée par l’absence du prolétariat de ce dossier. Par contre fleurissent les "peuples", les "catégories les plus modestes", "ceux qui en ont le plus besoin". La notion de classe semble aussi absente malgré quelques apparitions des "classes moyennes" parfois "des classes populaires", la notion de classe allant jusqu’à disparaitre au profit d’une "caste qui n’hésite pas à appauvrir la majorité des citoyens." Seul visiblement Bernard Conte faisant référence aux Trente Glorieuses évoque le développement de "la classe moyenne surtout ouvrière."

Si l’on veut, comme Fernand Pelloutier donner au peuple la science de son malheur il est plus que temps ce cesser de parler, d’écrire et de penser avec les mots et donc les concepts de la classe dominante. De nombreux penseurs ont contribué à forger d’autres concepts il y a urgence à s’en saisir.
Dans la lutte des classes, les mots aussi ont un camp !

Le 16 mai 2010

Jean-Michel Arberet
Conseiller municipal d’Arcueil
Partenaire du groupe communiste


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • Les mots aussi ont un camp ! 24 mai 2010 19:49, par Txakal

    Et encore... même le contenu du mot peuple est perverti... Le peuple français n’existe pas ! La France est un Etat plurinational formé -par la Fesse, le Fric ou la Force- de différents peuples avec chacun une classe prolétarienne et une classe d’exploiteurs ayant plus ou moins une même "culture" mais des intérêts absolument opposés.
    En fait, le seule "homogénéité" au sein de l’Etat est au niveau des classes.
    Les Peuples en lutte pour leur libération ont toujours été trahis pars leurs bourgeoisies, c’est bien connu.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes