Cyberphobie, un cancan idéologique des « élites » scélérates !

La meilleure alliée des ennemis de la liberté et de toute libération des peuples, est la désinformation qui passe par le mensonge idéologique toujours masqué des contrevérités et demi-vérités véhiculées par les institutions d’éducation ou de conversion, et que porte au pinacle la presse officielle avec les spécialistes soudoyés de l’ordre politico-économique pour mystifier et snober la société…

J’appelle cyberphobie, la nique de désinformation officielle des spécialistes et agents de la grande presse au service des classes du pouvoir qui prétendent nous protéger du mensonge sur internet et dont la toile serait particulièrement coupable ! Pour ma part, je dis que c’est difficile de trouver plus manipulatrice que la presse classique clairement alignée à l’oligarchie prédatrice des peuples, tout en se proclamant impudemment libre. Le lecteur ou la lectrice de nouvelles, qui récite parfois avec un rictus ressemblant à de l’ironie niaise, les derniers faits saillants de nos nullités de l’actualité, ces nombrils pourris du monde, ressemble davantage à la péripatéticienne à cet autre trottoir que sont les grandes chaînes médiatiques, même s’il devient vite icône pour la foule en mal de repères et de référence.

Nos journaleux de la grande presse se pavanent en leur exhibitionnisme inavoué et nous laissent croire qu’ils nous informent. Par ailleurs, les élus, les policiers, les chroniqueurs économiques et juridiques, les correspondants à l’étranger et une poignée d’« informateurs » nous apprennent au quotidien, qui fut arrêté, quel contrat ont décroché toutes les bonnes gens du commerce et quelle percée de guerre ou de vol autorisé ont opéré nos armées d’occupation. Avec eux, vraiment, nous savons tout du monde, même à quelle heure volent les chauves-souris et à quelle alcôve insoupçonnée, l’acteur Brad machin et Angélina Chose copulent pour le bonheur des fans ! Et dans leur nyctalopie de ce monde de leurs propres ténèbres, ils sont nos yeux et nos oreilles omniprésentes. Yeux et esgourdes, ma foi, très sélectives dans leur détection et captation d’informations ! Et dans leur ubiquité magique, ils nous disent tous de naviguer sur le web mais d’éviter la peste de l’internet menteur. Incroyable dispensateur de vérité que nos médias ! Pour des boîtes qui trient les faits et excluent ce qui gêne leurs propriétaires commerçants et entreteneurs commanditaires, c’est carrément fantasque que ce soient eux qui nous fassent leçon de vérité ! Quant à la télé, elle y arrive bien, usant de la frimousse d’une petite nouvelle présentatrice ou de la trogne du présentateur vedette par son ancienneté qui fait artificiellement de lui un phare, une institution dans l’institution surtout lorsqu’il interviewe tel illustre professeur ayant thésaurisé tout le savoir des siècles en son domaine et daigne quand même nous jeter en pâture, à nous, pauvres réceptacles, ses miettes spécialisées, ses oracles analytiques, ses dogmes « scientifiques ». Et forts de leur visibilité médiatique, ils peuvent se permettre d’être arrogants, méprisants, puisqu’ils sont payés, enrichis pour l’être, déclarés officiellement intelligents…

Toujours est-il que les oracles spécialistes, ceux qui ne nous mentent jamais, ceux, à cause desquels, le monde est si libre, si bien informé et si vrai, surtout l’économiste de radio ou de télé qui nous enseigne le pourquoi et le comment, la fatalité veut que tous ou presque soient endettés par les maffieux des banques, sans oublier les médecins affairistes des « big pharmas », qui nous ont déjà mobilisé pour la grippe aviaire et porcine tous en chœur conspuent l’abomination du mensonge exclusif d’internet et la suspicion de charlatanerie qui y sévit encore exclusivement ! Sauf qu’il me semble que l’incurie mensongère des spécialistes à la con de nos médias officiels, est pire que toute charlatanerie, puisqu’elle est programmée scélératement pour le pouvoir des riches. Car lorsqu’un bonhomme ou une diva de nouvelles de la télévision nous dit de « prendre avec précaution » spécifiquement ce qui se dit dans le cyberespace, c’est à croire qu’il ne fallait pas exercer son jugement en tout ce qui est information, savoir ou recherche scientifique voire parascientifique souvent présenté en fait établi lors même qu’il s’agit de conjectures voire d’opinions perfidement supputées en certitudes par des spécialistes manipulateurs soudoyés, idéologisés.. C’est toujours, d’ailleurs, au sujet des sites web dont ses patrons, ses acolytes, ses souteneurs ne contrôlent point, que le journaliste et le spécialiste nous met en garde ! Puisque leur site officiel à eux, ils les recommandent.

Cette cyberphobie naturellement ridicule, pathologique et de surcroît pernicieuse par sa sélectivité manipulatrice, est en fait de la même racine du mal social que ces gens de la presse officielle soutiennent crassement en mentant au peuple par des contre-vérités ou des demi-vérités, naturellement pires que le mensonge pur et simple vu leur sordide effet de tromperie et de déroute voire de débilitation du public moyen. Par exemple, de la crise grecque gravissime et indicatrice d’une catastrophe de l’économie et la finance européenne et mondiale, ces génies nous chantent leur berceuse procapitaliste, circonscrivent le problème à une question de régime gouvernementale ou d’erreurs financières qui ne serait point systémique, ni successif à des choix idéologiques de l’ordre mondial. Tout comme les manifestations à Wall Street et l’interdiction antidémocratique d’autres actions populaires contre le système financier aux Etats-Unis, sont passées sous silence par nos dispensateurs de nouvelles et de vérité.

Une des graves crises de notre occident actuel, est celle de l’amour-propre. Tous ces politiciens répugnants, cons, arrogants et larbins tout à la fois, qui vendent leur être et l’État pour paraître intégrés parmi les « grands » et ces soi disant grands qui ne savent que dénigrer quiconque ou quoi que ce soit échappant à leur contrôle. Leur amour-propre est tributaire des souffrances qu’ils peuvent infliger à autrui. C’est là un aspect de la crise du sens et de valeur. Le véritable amour-propre, celui qui tient de la dignité intrinsèque, crache sur la fausse morale et ses valeurs factices. Il ne dépend guère des contingences sociales ni de l’imbécillité d’une société grossièrement clivée pour caresser l’égo des tyrans. L’amour-propre digne conspue ce monde destructeur de valeurs, qui honore les crapules prédatrices asservissant l’humanité et croit mépriser les vrais hommes opposés à l’avilissement généralisé.

En l’occident de toutes les crises d’aujourd’hui, la télévision préfère nous montrer des dirigeants douteusement humains et nous rappeler la bêtise désarmante des benêts du gouvernement : présidents, ministres, premiers ministres et opposants échangeant sur leur propre insanité, leur malhonnêteté, leur vente d’influence, leurs juteux émoluments, provenant de lobbyistes suspects quant à l’action dangereuse de leur lobbying privé contre la santé publique et économique du peuple. Bref, ici on promeut l’ineptie et la voyoucratie payante dans un système de mensonge et de vol systématique des ressources communes de l’humanité. Système dominant en terribles crises de toutes sortes et particulièrement vide de sens.

Vraiment pitoyable monde ! Triste patelin désinformé qui croit sans broncher à la télévision et à ses d’informations dosées et moulées selon les besoins agressifs et nocifs, putréfiée des patrons de la presse et de l’ordre socio-économique, et qui voudrait nous dire que l’information sur internet non à leur solde est mal venue !

Dans l’intervalle, nous disons à tous que le jugement critique rationnel et la diversification des sources, en toutes recherches, doivent être la boussole de quiconque veut s’informer avec le moins d’erreurs possibles. Quant aux réflexions sur le monde, que l’intelligence de tous soit allumée, aiguisée pour interroger, problématiser. Par ailleurs il faut savoir aussi se poser toujours quant aux secteurs de l’information sollicitant leur attention, la question fondamentale de causalité élémentaire à savoir : qui a intérêt à mentir aux nations et au monde pour maintenir l’ordre injuste, le statu quo meurtrier des hommes et destructeur de la planète ?!...

Crapulerie morbide et politique des indécents de la voyoucratie mondiale et de la facétie grossière de la grande presse inféodée à son règne, la cyberphobie, cette haine peureuse de la classe dominante vis-à-vis de l’internet libre et des médias citoyens, classe dominante qui mime l’amour du peuple et de la vérité, continuera encore avec ses bonimenteurs pathogènes et leurs prestidigitations pseudo-logiques combien dépravée pour freiner l’avènement de la citoyenneté à laquelle la bonne information et la culture pourraient contribuer dans un ordre de réification de quasiment tous les individus au profit homicide du mode économique.

Cyberphobie philistine des magnats de la presse et du gouvernement, tu arbores le même dénigrement permanent de tout ce que les ignominieux prédateurs des peuples ne contrôlent guère pour finalement puer la tyrannie liberticide et la haine anthropocide, hypocritement soucieuse de l’humanité que tes tenants vouent à l’opprobre !

Que les hommes de toutes cultures et civilisation se le tiennent pour dit : L’horreur, toutes les horreurs et sottises idéologiques sont volontairement et sciemment institutionnellement et scolairement transmises de génération en génération par l’éducation formelle et informelle, la théorie et la praxis, la manière et le geste les érigeant en « valeurs ». Le racisme ; le droit de dominer en pillant et en monopolisant les structures de répression et de conversion ; la discrimination de toutes sortes, les essentialismes identitaires où d’infimes minorités cossues justifient par une sorte de métaphysique sociale leurs « droits divins » d’exploiter les majorités au nom de leur essence supérieure, sont tous des monstruosités préconisées comme « valeurs » dans la rationalité diabolique des sociétés.

La cyberphobie, dans ces conditions, n’est que crapulerie idéologique des « élites » aigries de perdre leur monopole de la parole publique par la ponction dans leur empire qu’est la vraie presse alternative et les réseaux de réflexion non sous leur férule, pour mentir au peuple. Leur haine de la pensée libre et alternative sur le web, s’inscrit dans leur attaque traditionnelle, classique contre la liberté que sous-tend toute libération de la pensée et de la parole ; toute rééducation des mentalités, troublant la paisible répétition du statu quo, l’immonde reproduction sans obstacle ni questionnement de leurs monstruosités exterminatrices, répressives…

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE


 
P.S.

Illustration : Aldéhy - La leçon de cybernétique

 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes