Les pompiers pyromanes du cumul emploi retraite

16 juin 2010, par André Martin – co fondateur du site : retraites-enjeux-debats.org

François Fillon vient d’annoncer qu’il allait inviter certains de ses ministres à renoncer au cumul de leur retraite (6.000 euros nets à taux plein) et de leur rémunération ministérielle (14.000 euros). Les cinq ministres concernés par la mesure seraient : Roselyne Bachelot, Michèle Alliot-Marie, Patrick Devedjian, Jean-Marie Bockel et Henri de Raincourt.

Sarkozy et Fillon sont des pompiers pyromanes

Avant, lorsqu’un retraité voulait reprendre une activité, le salaire cumulé avec ses pensions de retraite complémentaire inclus ne devait pas dépasser soit 160 % du SMIC, soit le dernier salaire d’activité si le total des revenus dépassait 160 % du SMIC.
C’est le gouvernement Sarkozy/Fillon qui, par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2009, a décrété : « Vous pouvez cumuler intégralement votre retraite et votre revenu d’activité professionnelle, si vous avez obtenu vos retraites de bases et complémentaires dans tous vos régimes de retraite français et étrangers et des régimes des organisations internationales … », comme chacun peut le lire sur le site de la CNAV.

Si le cumul emploi retraite ne concernait que quelques ministres ou quelques politiciens pantouflards, ce ne serait pas si grave. Le vrai scandale, dénoncé jusqu’ici par personne, c’est que depuis le 1er janvier 2009 tout salarié du public ou du privé peut cumuler intégralement retraite plus salaire. Probablement que déjà quelques dizaines de milliers de personnes, dont beaucoup bénéficient d’une pension de retraite très confortable, profitent de cette dérégulation très récente. Combien sont-ils ? Qui se soucie des conséquences en matière d’emploi ? Dans les 2 ou 3 ans à venir, ce nombre va augmenter très vite. Des centaines de milliers de personnes cumuleront une retraite confortable et un salaire. Autant de centaines de milliers de postes qui ne seront pas accessibles aux jeunes qui recherchent désespérément un emploi stable.

Les bonnes âmes de gauche comme de droite, relayées par la quasi totalité des commentateurs, vont pousser les hauts cris pendant 3 jours, parce qu’on vient de découvrir que 5 ministres cumulent retraite et salaire. Pourquoi n’ont-ils pas dénoncé plus tôt ce scandale tout à fait légal depuis le 1er janvier 2009, d’autant qu’il concerne probablement des dizaines de milliers de hauts revenus ?

Qu’attendent Bernard Thibault, François Chérèque et Jean-Claude Mailly pour exiger de Sarkozy et Fillon qu’on revienne à un plafonnement du cumul emploi retraite ? D’autant que des scandales il y en a à la pelle, notamment parmi les 140 milliards d’exonérations sociales et fiscales. . Un autre scandale à faire cesser

Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives Économiques, écrivait le 9 avril 2010 dans un article intitulé Il n’y a jamais eu autant d’heures sup’ qu’aujourd’hui :
« … Le ministère du Travail vient de nous apprendre que les salariés qui occupent un emploi n’ont jamais effectué autant d’heures supplémentaires qu’au quatrième trimestre 2009 … Cette situation aberrante est liée aux subventions massives accordées aux heures supplémentaires depuis la loi en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat (Tepa) de 2007. Nous vivons en effet dans un pays qui consacre toujours 4 milliards d’euros d’argent public, 0,2 % des richesses produites chaque année, à inciter salariés et entreprises à faire des heures supplémentaires au lieu d’embaucher des jeunes et des chômeurs… Les heures supplémentaires représentent l’équivalent de 420 000 emplois à temps plein … Un scandale qu’il y aurait urgence à faire cesser. »

Affronter ou fuir la réalité

Comme l’écrit fort justement Emmanuel Todd dans un article intitulé Le débat n’a aucun sens : « Un économiste venu de Mars ne comprendrait pas que la planète France débatte de la manière d’augmenter la durée du travail dans l’avenir pour des personnes ayant déjà un certain âge, alors qu’on ne parvient pas à donner aujourd’hui du travail aux jeunes. En termes d’économie immédiate, la question des retraites n’a aucun sens. Le gouvernement veut donner l’impression qu’il affronte la réalité, la vérité est qu’il fuit la réalité. » Il est indispensable de tout faire pour s’opposer au report de 60 à 62 ans de l’âge d’ouverture du droit à retraite et de l’augmentation du nombre d’annuités. Il est tout aussi indispensable que les confédérations syndicales exigent du gouvernement des mesures concrètes et immédiates pour une autre répartition du temps de travail : plafonnement du cumul emploi retraite, abrogation des exonérations de cotisations sociales sur les heures supplémentaires, rétablissement des contingents annuels autorisés d’heures supplémentaires etc … Voir explications plus détaillées dans l’appel « Retraites, Chômage : Arrêtons la désinformation ! » que vous pouvez lire et signer ici.

Nous nous félicitons du succès de la pétition « Faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites » qui a recueilli à ce jour plus de 55 000 signatures électroniques. Nous espérons que les animateurs nationaux de cette initiative, ainsi que les animateurs des milliers collectifs locaux, insisteront avec nous sur l’urgente nécessité d’une autre répartition du temps de travail.

Les Français n’ont pas besoin de travailler PLUS, ils ont besoin de travailler TOUS !

Non au cumul emploi retraite sans limitation de revenu !

Non aux 140 milliards d’exonérations sociales et fiscales !

Voilà quelques exemples de slogans que l’on aimerait voir fleurir sur des milliers de pancartes, lors des manifestations du 24 juin.


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes