Le tortionnaire de la bataille d’Alger rend l’âme : Le général Bigeard est mort

par Ziad Salah
Le Quotidien d’Oran

Commentant la mort de celui dont le nom est lié avec la torture durant la guerre d’Algérie, Louisette Ighil Ahriz dira à l’AFP « il aurait pu libérer sa conscience » en présentant « ses excuses aux Algériens ». Le général Marcel Bigeard, qui est mort hier à l’âge de 94 ans, illustre bien la France qui refuse toujours la repentance sur ses crimes commis avant, durant et après la guerre d’Algérie. Contrairement à Aussaresses qui a reconnu ses crimes dans un livre, Bigeard a toujours justifié les agissements de la tristement célèbre 10ème division parachutiste chargée de « pacifier » la zone autonome d’Alger, en 1957, durant la guerre de libération nationale. Parce qu’il avait entamé une carrière politique après la guerre d’Algérie, Bigeard s’est toujours imposé le silence à propos des exactions commises durant cette guerre. Acculé par la presse de se prononcer sur le sujet, notamment suite à sa remise sur le tapis suite au procès intenté par Louisette Ighil Ahriz contre ses tortionnaires, il a à chaque fois justifié l’entreprise peu reluisante de ses « paras ». Plus grave encore, à un journal helvétique, il dira « non je ne regrette rien, nous avons fait face à une situation impossible ». Lors du même entretien accordé au journal suisse « Liberté » en octobre 2007, il remettra presque en question la version officielle de l’armée française sur le prétendu suicide du martyr Larbi Ben M’hidi. Dans ce sens, il reconnaîtra « mes prisonniers étaient vivants quand ils quittaient le quartier général. Et j’ai toujours trouvé dégueulasse de les tuer ». Toujours concernant le héros de la guerre de libération nationale, il ajoutera « on lui a présenté les armes quand il a quitté mon poste de commandement ». Dans le même entretien, ses propos ont été clairs « le gouvernement (français) a ordonné la disparition de Larbi Ben M’hidi ». Evidemment, Bigeard avait poussé l’insolence jusqu’à déclarer s’être lié d’amitié avec celui qu’il a livré à ses barbouzes pour le pendre. Celui que l’actuel Premier ministre français traite de « héros » lors des conflits d’Indochine et d’Algérie, restera synonyme aux yeux des combattants et militants algériens de tortionnaire notoire. « Chez nous, le nom de Marcel Bigeard est synonyme de mort et de torture », dira madame Louisette Ighil Ahriz, une des victimes de ses hommes, auteure du livre « Algérienne » paru en 2001.

En France, la mort du général le plus décoré de toute l’armée française a donné lieu à des hommages émanant des milieux qui ne se sont pas encore départis de l’idée de « l’Algérie française ». Ainsi, l’UMP, le parti de Nicolas Sarkozy, a, dans un communiqué, salué « l’homme engagé et de grande conviction » en le qualifiant de « figure emblématique de notre pays ». Soulignons qu’en juin 2008, Bigeard avait ouvertement pris position en faveur de Sarkozy en déclarant « je souhaite qu’il réussisse, car son combat c’est le mien, c’est celui de la France ».

Après la guerre d’Algérie, mettant fin aux guerres coloniales, Bigeard a occupé plusieurs responsabilités au sein de l’armée française. Jusqu’en 1975 où il sera nommé à un poste politique en tant que secrétaire d’Etat à la Défense. Parce que « parachuté », il quittera ce poste au bout de dix-huit mois. Il tentera une carrière politique en tant qu’élu. Il se distinguera par son aversion à l’endroit des socialistes. Il s’est qualifié lui-même de « l’épine » de « la rose rose ». Pour ne pas sombrer dans l’oubli, le général Bigeard a écrit une dizaine d’ouvrages. Certains titres de ses écrits retiennent l’attention : « Lettres d’Indochine », « France réveille-toi », « Pour une parcelle de gloire ». Mais probablement ce ne sont pas ses écrits qui vont l’immortaliser mais bien au contraire ses méthodes musclées d’arracher les aveux à ses adversaires qu’il avait essayées et perfectionnées durant la guerre de libération nationale en Algérie. Autrement dit, la pratique de la torture des prisonniers de guerre… au grand mépris des lois internationales.


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • Qu’on ne dise pas qu’aussaresses a présenté des excuses, s’est expliqué de sa guerre. Ce salopard sait où git le corps du mathématicien Maurice Audin, partisan des algériens durant le conflit, asssassiné par les paras après avoir été torturé, et il refuse de le dire à sa veuve. Ses crimes, il s’en vanterait plutôt. La continuation de son silence, de son mutisme est un crime en soi, et bien actuel. Il continue à tourmenter ses victimes.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes