Les bleus : là où ils ne sont pas

L’équipe de France qui nous a été présentée lors des deux premières rencontres n’a collectivement ni le niveau, et individuellement ni la maturité* nécessaires à la participation à une coupe du monde de football.

Les responsabilités sont à chercher non pas du côté des joueurs qui ne peuvent pas donner ce qu’ils n’ont pas (qu’il soit question de football, de leur personnalité ou de leur caractère) mais bien du côté de ceux qui ont soutenu et validé tous les choix d’un Domenech chargé depuis 6 ans – et personne ne peut le faire à sa place -, de sélectionner les joueurs et le "staff" capables d’être à la hauteur des enjeux d’une rencontre sportive d’une telle importance : enjeux humain, collectif, individuel, éthique, technique, stratégique, tactique et financier.

*Comment ce groupe a-t-il pu passer à côté du fait suivant : une fois rendue publique, l’insulte d’Anelka appelait inévitablement une sanction exemplaire...

Un Anelka qui s’est toujours étonné de ne jamais être sélectionné en équipe de France. Aujourd’hui, on ne peut espérer qu’une chose : c’est qu’il ait enfin compris, une bonne fois pour toutes, les raisons de ce refus depuis 12 ans : non respect de l’encadrement ; plus grave encore : non respect des consignes de jeu - ce qui implique la remise en cause de la stratégie et de la tactique définies par l’entraîneur.

Le fait que Raymond Domenech ait choisi un Anelka que Jacquet et Lemaire ont toujours refusé en équipe de France en dit long sur les capacités de jugement de ce sélectionneur.

Quant à ceux qui saisissent ce qu’ils croient être une opportunité pour continuer de régler leurs petits comptes communautaires (Israël/Palestine, Sionisme/Anti-sionisme, Juifs/Arabes, France/Religion musulmane etc...) – nommément Attali (qui souhaite ouvertement sur Slate.fr la défaite des bleus), Finkielkraut et Zemmour (qui ne renoncent jamais... avec la complicité du service public toujours prompt à leur tendre un micro) -, force est de constater que ces derniers sont bien en dessous de tout ce que l’on est en droit d’attendre d’un intellectuel ou d’un journaliste ; de leur part, difficile de ne pas voir, là aussi, la même incompétence et la même immaturité face aux vraies questions que pose ce fiasco... programmé de longue date, à en croire les professionnels du monde du football : fiasco avant tout SPORTIF ; n’en déplaise à ceux qui souhaiteraient y lire un échec qui toucherait la société française dans son ensemble (mais... plus particulièrement une France issue de l’immigration africaine, maghrébine et/ou arabo-musulmane).

Et si honte il doit y avoir, elle ne saurait toucher la France... mais bien la Fédération française de football (FFF) qui, année après année, a mené ce groupe là où il est aujourd’hui, ou bien plutôt : là où il n’est pas et n’aurait très certainement jamais pu être.


 
 
Portfolio

Les bleus
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • Les bleus : là où ils ne sont pas 28 juin 2010 21:36, par François

    Bonsoir,

    Voilà des remarques intéressantes (il est vrai que chaque média ayant cherché à faire aussi nul en matière d’analyse que RMC ou RTL, heureusement qu’il y a d’autres sources d’information alternatives....).

    Mais il est peut-être utile de rappeler que ce n’est pas du sport mais du spectacle et du "business". Il y a longtemps que la FFF est devenue une structure "maffieuse" qui n’a plus rien à voir avec le sport (elle n’est pas la seule, mais vu les masses d’argent en jeu... !)

    Une partie des impôts payés par le citoyen contribue aux revenus scandaleux des joueurs, cadres et dirigeants. C’est aux spectateurs et aux afficionados à assumer ces charges, non aux citoyens. Quand ces nantis du système seront payés au Smic il sera bien temps de se demander si la puissance publique doit subventionner le foot.

    En attendant, les millions d’euros de subventions seraient mieux utilisés à créer des postes d’animateurs sportifs pour les gamins et à aménager des terrains ouverts à tous.

    Il y a déjà longtemps j’ai habité au Mirail (Toulouse) et je me souviens de l’interdiction par les sbires de la FFS faite aux gamins d’aller jouer sur les terrains sous prétexte qu’ils n’étaient pas adhérents d’un club et que ces terrains étaient réservés. Réservés pour qui ?! avec mes impôts ...et les vôtres.

    Un autre exemple de la tentative de main-mise (totalitaire) de la FFS sur toute manifestation de foot, je l’ai vue dans les Hautes-Pyrénées, ou les responsables locaux faisaient pression sur la ville pour qu’elle refuse de prêter des installations publiques pour des tournois organisés par l’UFOLEP ou autres structures indépendantes qui refusaient la main-mise de la FFF sur leurs activités.

    Ce "sport"-là je n’en veux pas ...

    Adichatz,

    François

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes