En ce début d’été, je mets sur Pause...

Pour ce qui est bon et ce qui ne va plus,
Je pose tout cela entre tes mains,
En ce début d’été …
Je mets sur Pause et te souffle...

Pour ce monde qui s’emballe,
Cette terre qui étouffe,
Et ces Economies devenues religions d’argent,

Pour ces enfants martyrisés,
Pour les hommes humiliés
et les femmes aux yeux tristes.

Christ brisé par la mort, le malin rôde,
Christ confiance, la vie a vaincu le vide.

Pour nos amours pas toujours avouables,
Et ces amoureux qui nous réconcilient avec le bonheur,
Même si, comme dit le poète, il n’est qu’une clairière...

Pour les enfants heureux,
Les adolescents boutonneux à la voix éraillée,
Pour les adolescentes pouffant comme des bêtasses.
Quel bonheur de les entendre rire ensemble.

Pour l’amitié, pour ces mains tendues,
Ces mains fermées, ces poings levés.
Pour les mains calleuses comme pour les précieuses,

Pour les hommes qui n’ont pas compris qu’il nous faut partager,
Pour tous ces Politiques qui ont appris les mots du peuple,
Mais ont gardé une âme de capitaliste radin.
Tous du même moule, alors...

Ils ne comprennent ni la Différence
ni le sens des mots Justice et Partage.

Pour les putains que tu accueilles à bras ouverts,
Pour ceux qui se sont donné la mort que tu aimes plus encore,
Pour ceux qui ont trop souffert sur cette fichue terre,
Ton doux sourire est pour eux.

Pour les paysans qui vont récolter le fruit de leur travail cet été,
Eux déconsidérés par des machines à subventions européennes,
Ils nourrissent les hommes quand même ... Ce n’est pas rien !

Pour tous ceux qui ont le courage de dire Non.
Pour ces hommes et ces femmes justes qui ne te connaissent pas
mais voient en l’Homme toute Humanité,
Tu les aimes tout autant.

Pour tous ces cons qui croient que le paradis se gagne...
Mais c’est cadeau l’amour !
Pour tous ces soit-disant humanistes qui ne sont rien d’autre
que des petits bourgeois s’arrogeant un droit à ton amour
en s’achetant une religion.

Pour tous ces hommes et ces femmes qui ont la Foi,
Celle qui fait lever les mains au ciel en une Espérance sans faille,
Celle qui se pose sur un front de souffrance pour le soulager,
Celle qui porte la tolérance.

Pour les poètes qui t’ont chanté et te chantent encore,
Pour les non-croyants qui ont pleuré leur désespoir
devant toi un jour dans le secret de ta présence.

Mais, bon... Seigneur,
Je te laisse tous les salauds, les crétins, les puissants,
les lâches, les menteurs, les tricheurs.... et la liste est longue...
Je ne sais pas faire, oui... je sais... je devrais …

Pardon pour les mots que j’ai fait claquer,
Merci pour ceux que j’ai fait voler,
Les mots ... mon arme et mon âme.

A nous, pour le bonheur de la fin du monde
qui sera le début de la conscience des hommes au Bien.

Tout cela entre tes mains pour porter l’Homme.

A toi, l’Amour absolu,
Dieu, Allah ou même encore Yahvé,


 
 
 
Forum lié à cet article