Une ode à l’amour,

C’est le poète qui vous le dit, le Tout existe, Toujours aussi... croyez-le.
C’est affaire de perspective, la vie telle un fleuve aux douces rives.
Il faut juste le vouloir.
"Tout prend de toi réalité, Tout s’inscrit dans ta perspective, Comme le fleuve dans ses rives, Les étoiles au ciel comptées,... ("Elsa", Aragon)
Comme une ode à l’amour.

...

Mots murmurés au creux de l’oreille.
Sourire … Elle approche son visage.
Ma belle ....

Chuchotements, frôlements,
Que dit-elle ? Quelle importance...
Les corps se cherchent, les doigts se croisent,
Regards confiants.

Les années ont passé, les corps sont marqués,
Les coups de la vie...
Sillons sur les joues qu’elle tente de masquer mais qu’il aime tant,
Et ils sont là, toujours aimants l’un de l’autre.

Ils se sont gardés l’un pour l’autre, année après année,
Elle connaît toutes ses rides, surtout celles autour de la bouche...
Celles du temps où il n’y avait pas de travail,
Peur, survivre.... Ils l’ont dépassé.

Il ne dit pas les mots tièdes de l’amour éteint,
Le refrain sur le respect, la mère de ses enfants... Il la blesserait.
Au bout de toute une vie, admiratif, il lui chuchote encore … Ma femme.
Ne vous levez pas féministes révoltées... tout cela est hors les mots,
Elle n’est sienne que parce qu’ils se donnent l’un à l’autre.

Il aime tant ces seins devenus trop lourds, ces hanches trop rondes,
Il ne se souvient même plus de la jeune fille de ses vingt ans
svelte et rieuse qui l’avait charmé. Peu lui importe désormais.
Il aime encore plus cette femme, si féminité, si désirable.

Cette femme aux yeux noirs toujours gais dans ses bras,
Même au plus dur de la vie, au pire des creux de vagues démontées,
Il a soufflé à son oreille ... Que tu es belle...
Il en croisent tellement de ces femmes aux yeux vagues ....

Il a été de tous les combats, au travail, à la maison,
Il s’est même battu pour la garder,
C’est qu’ils en ont attiré ces yeux noirs rieurs ...
Plus d’un lui aurait bien volé ces éclats de rire.

La vie ne l’a pas épargné elle non plus,
Mais elle a lutté pour rester sa beauté ,
Il en faut du courage pour cela, il en fallait de l’admiration pour cet homme,
Il en faut de l’amour...

Oh ! Il y a eu des moments douloureux,
Quand il s’enfermait dans l’indifférence,
comme abasourdi par la vie, les femmes plus jeunes ….
Quand le hasard voulait entrer dans la danse et mener sa vie,

Elle l’a forcé à la regarder à nouveau,
Elle a parlé avec ces mots qui le touchent tant, vrais et tendres,
Comment aurait-il pu résister ?
Rassemblant alors son amour balloté dans la tempête, il lui a répondu.

Telle un princesse, elle penche délicatement la tête et sourit d’aimer,
Leurs vies se rejoignent. Ils frôlent la lune, caressent le soleil,
Plongent dans l’océan de la tendresse, dominent les déferlantes,
Voilà … Les éléments de la terre les ont reconnus.

Ils leur laissent l’éternité, jamais n’est pas de leurs mots...

La, la, la... Valse de l’Amour Toujours... un, deux, trois,
Souriez, souriez …
Amour ça rime bien avec Toujours, non ?


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • Une ode à l’amour, 29 juillet 2010 19:43, par Rudolph

    Peu être après tout, si... Si
    S’il y avait au fond des mots une sorte d’appel à exister, si c’était cela la vie d’un couple...
    Si l’un sans l’autre ne pouvait exister... Alors certainement cette vie là vaudrait la peine de se vivre....
    Mais on ne nous apprend pas à respecter toutes nos promesses !

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes