A quoi ça sert ?

Ecrire comme une vitale nécessité,
Comme un exutoire à cette pesante histoire qu’est notre existence,
Pour jouer avec des mots qui ne viennent pas toujours aisément,
Les offrir comme on offre la survie, Se laisser revenir à la vie ?
Exister.

Crier mon dégoût de toutes les oppressions,
De toutes les apparences et les on-dit que,
Oh ! Remarquez, les mots de la franchise me font tout autant horreur,
Les Peut-être et surtout les Ecoute portent tellement plus d’espoir,
Ceux qui laissent de la place au coeur.

Ah, mais ! Qu’on nous Keats et qu’on nous Shakespeare enfin !
Can death be sleep when life is but a dream,
La vie comme une pièce de théâtre, une ode ou bien encore un poème,
All the world’s a stage, and all the men and women merely players,
Qu’on nous Apollinaire, nous Beaudelaire et nous Verlaine même...

Il peut bien pleurer dans nos coeurs,
La pluie tomber sur la ville, les années passer et la solitude s’installer,
Les mots précieux nous parviennent encore du plus profond de nous-mêmes,
Reste à les ouvrir avec précaution et les laisser monter à nos lèvres,
Ils poussent désormais mes doigts à écrire.

L’écran s’agite, est-ce moi qui écrit cela ?
Leur musique va trop vite !
Je ne les entends plus. Ils se jouent de moi.
Le rythme accélère !
Ils m’échappent, me laissent seule et désemparée.

S’arrêter alors... Ne plus les chercher,
Ecouter le silence, longuement,
Laisser passer la crainte d’être là face à soi-même un instant,
Ouvrir la porte de l’âme, et ….

Les voici qui reviennent tendres, ironiques, révoltés, doux et timides.
Ils répètent qu’il n’est pas important de servir à quelque chose,
Ils disent d’accepter d’aimer la vie avec eux, ne jamais avoir peur,
Quelle que soit l’espérance chercher toujours
la patience, la douceur, l’humanité ...

Comme abasourdie ...
Un instant, au coeur de l’écriture ? Mots précieux.

Déjà plus miens.

*« Can death be sleep when lif is but a dream, » John Keats
L’amour peut-il être comme un sommeil si la vie n’est rien d’autre qu’un rêve, **« All the world’s a stage... », As you like it, Shakespeare
Le monde n’est qu’une scène de théâtre et nous n’en sommes que les comédiens.


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes