Effondrement du mythe fondateur du capitalisme…

Le mythe est essentiellement le fondement paralogique et paradoxal que dispensent les chefs hiératiques et laïques des sociétés en crédo à la collectivité pour la conduire selon leurs propres intérêts de classe ou de caste. D’où la vie « rationnelle » des hommes en société, est menée par suggestion selon des principes échappant à toute critique parce que présupposés comme axiomatique nécessairement et naturellement surlogique transcendant la raison. CLM

Le mythe fondateur du capitalisme, la mobilité sociale par le travail et la propriété que tous peuvent acquérir s’ils travaillent, quoique copieusement démenti depuis les débuts du capitalisme moderne, subit donc son plus terrible revers avec la récente crise. Car la précarité des classes moyennes s’y est cuisamment avérée à travers la paupérisation en masse des professionnels et employés. La face de crise permanente du système capitaliste notamment anglo-saxon imposé au monde où l’investissement des petits et moyens entrepreneurs est gravement précarisé par les normes du crédit imposé sauvagement au monde contemporain par l’explosion de la finance et le règne féroce des grandes banques privées, menace de ruine tous les rudes travailleurs crédules qui voient encore dans le travail, un moyen d’affirmation sociale et de transfert de classe. La finance étaie une quasi immuabilité de la classe bourgeoise rendue oligarchie extrêmement restreinte appelée à posséder tout et tous par la loi de l’économie virtuelle. Si « le mythe, disait Mircea Eliade, n’est pas l’histoire réelle mais vraie des peuples », dans le cas d’une institution idéologique qui englobe toutes les structures sociales et étatiques, cette définition du mythe ne tient guère. Alors, pour nous autres qui questionnons un système devenu seconde nature de la réalité quotidienne des hommes, imposée par l’État ploutocratique, force est de remarquer que le mythe n’est autre que prétexte de justification, argutie de manipulation que tissent comme une pré-idéologie, les tenants de l’institution sociale qui argüe de vérité en se targuant de droit divin sans vraiment le dire. Car tout le discours social et le jugement, cette finalité idéelle du discours, y tient et en découle. Là, le logos censé rationnel à l’inverse du « mythos » relevant de l’imaginaire rêveur, dérive de ce dernier et n’est plus que multiplicité rythmique d’une même rengaine vouée à créer l’illusion d’une polyphonie moqueuse. Un sordide mode de variations ironiques de pluralisme sociétal factice et trompeur. La modalité même du foin discursif capitaliste est séquestration de l’État et abêtissement de la nation rendue prétexte parce que avortée sans cesse dans l’élimination de la citoyenneté effective pour l’opulence de quelques-uns. Le mythe capitaliste ne demeure que par la force et la monopolisation de toutes les ressources communes à l’humanité par quelques prédateurs qui, ainsi, gardent sous leur coupe, retiennent par le ventre, la grande majorité qu’ils réduisent à être de simples travailleurs esclaves de leur ordre pour la subsistance. La récusation de l’ordre capitaliste mondial n’est pas une adoption automatique du marxisme combien pluriel dans les courants qui s’en réclament, mais une exigence de la dignité fonctionnelle de l’homme dans la société. Pas de dignité sans l’équité économico-sociale et l’espace de liberté globale qu’elle suppose. Liberté ! flamme si fascinante, si intuitive à la nature humaine que tous les désaliénés des générations vont s’y brûler malgré le fer et le feu des tyrans !

Fascisme subtil du capitalisme contemporain…

De fait, le fascisme est la fausse sensibilité de classe que suggère le pouvoir capitaliste à des strates des dites classes moyennes afin de mieux les porter à la haine raciale, ethnique et groupusculaire pour les dévier de la question systémique essentielle du dysfonctionnement tout court ou du fonctionnement arbitraire et despotique du capitalisme. C’est l’art du bourgeois de se maintenir au pouvoir en générant des imbécillités d’extrême droite voire de gauchisme populiste chez des frustrés désorientés.

Le fascisme, « cette idéologie de l’homme moyen frustré » selon Wilhelm Reich, surgit à notre regard, comme avant tout conséquence du complexe du bouc émissaire porté au délire nationaliste et érigé en idéologie d’État. Dans les états nantis fragilisés et endettés par le financiarisme qui frappe essentiellement le plus grands nombre constitué des classes moyennes décadentes d’aujourd’hui, le fascisme prend des formes de protection du national à travers des politiques la haine et d’ostracisme fignolées subrepticement par des establishments qui vont pourtant piller le monde via des multinationales et organismes financiers internationaux. L’on sait déjà que le fascisme, de par son amalgame idéel, est un protée dans ses procédés politiques où il se permet d’être tout comme en jeu de rôle pour défendre ses principes inhumains, antidémocratiques et discriminatoires de tendance plus ou moins essentialiste, populiste, raciste et xénophobe. Aujourd’hui, le capitalisme par l’empan étouffant de la finance, s’arroge le droit d’être de tous les partis, tous soumis par allégeance sourde aux tenants des institutions financières et du crédit. Une omnicratie financière qui consacre l’ubiquité planétaire de l’économie oppressive des grands consortiums bancaires privés.

Vivant de crises successives, le capitalisme contemporain bascule dans la xénophobie officielle des états et la haine des groupes considérés non productifs, haine que des secteurs bourgeois entretiennent chez les couches défavorisées des classes moyennes et les masses contre lesdits groupes coupables... La seule vertu dans cette société étant de générer des profits aux dieux maudits du crédit et du commerce, gare donc à qui ose refuser la prostitution généralisée. L’homme est rendu l’objet premier par la production et ultime par la consommation de l’infamie collective qui fait de l’économie malsaine du système, le commencement et l’aboutissement de l’existence des esclaves modernes inavoués. Ainsi pleins et hantés des misérables rudiments de cette idéologie, les humains se partagent les saletés comme des colifichets sacrés et veillent répressivement que leur prochains en soient imbus ! Car dans la horde infernale des esclaves décorés ou en haillons, épris de l’ordre qu’ils idolâtrent, il n’y a pas de place pour la différence qui refuse de consommer pour consommer. Une telle altérité contestataire est marginalisée soupçonnée soit de folie soit de crime contre l’ordre nécessairement moral, sain et transcendant inscrit dans la mécanique cosmique... Car en fait, le crime, dans sa factualité, peut se définir comme toute désobéissance constituant de la lèse-autorité. Et quelle pire lèse-autorité, que la non insertion coupable de l’individu ou du groupe dans l’ordre social accepté du grand nombre ! L’autre non insertion et lèse-autorité par inaptitude, elle, c’est de la pathologie mentale ! Toutes deux seront impitoyablement proscrites par les geôliers et bourreaux d’asile que sont nos bons citoyens mollement complices de leurs profiteurs dans nos sociétés policières et fascistes sans en avoir l’air.

Il n’y a pas de justice quand la justice sociale est bafouée par les lois et le droit dans un système juridico-légal voué à garantir et pérenniser par toutes sortes d’artifices, les privilèges des oligarques autoproclamés maîtres de tous biens et ressources planétaires, ce qui les fait également maîtres des vies et du temps des hommes.

La chute du capitalisme, malgré ses ostentations et triomphalismes médiatisés, est prévisible à moyen et à long terme vu que même le mythe de la propriété se dément dans la fragilité du statut de propriétaire à l’échelle des classes dominées vite dépossédées à la moindre crise façonnée par des banquiers pour se faire renflouer ou grossir leurs caisses par les politiciens. Toutefois, tout est à créer pour mettre en place un ordre plus juste car les révolutions rouges et tyranniques du passé avec leur nomenklatura, leur goulag et gabegie de gestion, elles non plus ne tiennent la route dans l’itinéraire des vrais amis de la liberté militant pour la vraie libération sociale des peuples.

Le mythe est souvent d’essence religieuse sinon de portée sacrée, alors que la fable et le conte relèvent de l’imaginaire laïque et profane qui se contente de décrire les tempéraments et les mœurs avec un dessein moralisateur. Quand vient l’immoralisme économique des oligarchies et que sévit la chute du mythe fondateur de leur système, les fables s’imposent alors en oracle pseudo-scientifique par les spécialistes soudoyés et la propagande éhontée de la presse. Une suprême ironie des intelligences et un dédain extrême du droit des peuples à comprendre et savoir ce qui les regarde dans leur vie quotidienne !

Nous disons que si le sens suprême, l’ontologique, le divin, le transcendant, reste à l’échelle de la conscience spirituelle des individus pour la félicité ou la perdition, le sens social consiste à démythifier le vol autorisé qu’est le capitalisme. Le sens et son appropriation demeure donc le combat du sens terrestre contre l’absurde dans ce qui est chose humano-sociale et non transcendance cosmique inatteignable.

En attendant, les maîtres de l’économie capitaliste bricolent une société d’ersatz où le substitut, le postiche, par la surenchère de la ruse médiatique et autre, s’impose comme réalité dans la lourdeur et la démesure du mensonge systémique au cœur d’une population décivilisée qui s’offre le luxe de vivre des bobards officiels et se permet volontiers de se passer de la vérité.

« Le capitalisme n’est ni une institution ni une personne (…) mais une logique » déclare Michel Beaud, nous, nous disons qu’il est une méga-institution plurale qui englobe toutes les institutions et méta-institutions de rection et de "correction" humaine, et prédétermine ainsi jusqu’aux réflexes sociaux des individus.

Démythifié, le capitalisme actuel n’en garde pas moins ses airs de mystère, non démystifié qu’il est grâce à l’essentialisme de classe qu’il ancre dans le crâne des individus.

La démystification et le démantèlement des statuts de classe, constituent le seul horizon possible de libération des hommes pour l’avènement d’une société sans classes, non d’égalité ontologique - car les hommes s’ils sont identiques en attributs, ne sont même pas naturellement égaux par leurs facultés - mais d’égalité effective des chances et donc d’équité véritable et de mérite, où la justice sociale n’est pas qu’un mot, où l’exploitation sera abolie grâce à la disparition des classes et la dignité du moins doué des humains, du plus petit d’entre ses semblables, respectée parce qu’au cœur des préoccupations et des politiques adoptées et menées au nom de l’humanité de tous.

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes