Kerviel, entends-tu le bruit sourd des banquiers qui se goinfrent ?

On ne peut pas dire que le verdict du jugement de Jérôme Kerviel, trader pincé au champ d’honneur, soit excessivement étonnant. Condamner quelqu’un à 5 milliard d’euros d’amende et réussir à lui imputer toutes les responsabilités d’un système où il n’était manifestement qu’un rouage a tendance, malgré tout, à irriter un tantinet toute personne de bon sens, me semble-t-il. Ce texte, donc, en forme de gros trait rouge sous le nom Société Générale et copines banksters associées. A consulter avant d’ouvrir un compte.

A voir les Barroso, les Sarko, les Obama et autres on savait depuis au moins deux ans que les Banksters tenaient la planète. Il suffisait de constater à chaque G-sommet la merveilleuse capacité de nos plastiques représentants a s’incliner toujours plus bas devant les banquiers, leur fascinante aptitude à tolérer qu’ils spéculent sans autre limite que leur capacité à inventer des produits dérivés plus rémunérateurs et des logiciels de trading plus performants, qu’ils ruinent des économies occidentales riches et stables tout en achevant les économies « émergentes », et qu’ils tordent partout le bras aux entreprises et aux politiques, déjà très enclins à céder moyennant une petite douceur.

Kerviel planté ; cerise sur le gâteau. Ça fait longtemps qu’ils ont comblé le trou à la SG. Ça fait longtemps qu’ils ont effacé les traces informatiques des lettres de cachet pour raser la planète, des pass no-limit pour emprisonner le Marché, les acteurs, la machine et les gains.

Kerviel, c’était le facteur humain dans un système inhumain. Même s’il avait déjà largement muté, dopé par les primes faramineuses et la gloriole qu’on lui passait sur l’ego.

On n’a pas oublié que du temps où la maladie du tout-marché était en phase sub-critique, les politiques, depuis le maire de bourg jusqu’au secrétaire national de l’UMP ou du PS, chacun avait son mot pour admirer « le cœur agissant du monde », la finance et ses héros, les traders. Tous les mags du Marché, toute cette néo-pub sur papier glacé leur tressait des palmarès. Les milliards coulaient à flots dans leurs poches et les écharpes tricolores avaient l’œil mouillé devant eux, comme l’avait Dutreil Renaud, ancien hérault de l’intérêt général, quand il réussit enfin à chausser ses pantoufles dorées platines taguées LVMH, la « machine à cash » du père Arnault, comme on dit dans la finance de luxe.

Kerviel, incongru thermomètre d’une fièvre mondiale qui a mis sur le flanc l’économie. Un Kerviel, ça va, mais on peut-être sûr que ça ne vas pas s’arrêter là.

Un de ses collègues fondu a racheté en juillet 2010 tout le cacao stocké en UE. On imagine le cours qui explose et la tête de toutes ces peuplades qu’on ne sait pas bien situer et dont on ignore si elles parlent un langage chrétien, qui voit leur cacao muté en or et les bénéfices partir. Un wagon chez les banquiers, un sac aux traders, un aux présidents bananiers locaux et un dernier aux surveillants de l’ombre des états coloniaux, qui ont leur mot à dire quand il s’agit d’utiliser les dents des vautours pour dépecer, hier comme aujourd’hui, les réformes socialisantes dans les anciennes possessions.

On conçoit la liberté dont bénéficiait ce trader en appétit pour agir...Du Kerviel dans le texte.

Bref, la SG a réussi à prendre pour des truffes quelques juges – on se demande bien comment... - et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes pourris du « 10% luxe », nec plus ultra des 10% qui déjà nous marchent sur la gueule allègrement du haut de leur morgue, de leurs liasses et de leurs réseaux medias-politiques.

Alors pourquoi ne persisterait-on pas, tranquillement, à nous arracher deux ans de travail en plus, deux ans de ce carburant qui permettra à des sociétés de grossir et grossir encore pour arriver sur la scène boursière et se faire repérer par la SG et ses copines hyènes, je vous le demande.

Kerviel, énième petit soldat fourvoyé dans la lessiveuse lancée par Reagan dans la foulée du consensus de Washington. Dommage, c’était un top-gun, pleurait hier soir le patron de la SG, comment s’appelle-t-il, déjà, ce cousin par alliance du vélociraptor ?

Mais à qui peut-on faire croire une seconde que Kerviel pouvait tromper tout seul deux ans de suite tous les contrôles internes, déjouer toutes les surveillances et ses collègues, éviter les repérages externes, où la sagacité de quelques gros opérateurs, comme ceux qui nous donnent des nouvelles de cette planète immonde qu’on appelle Bourse ?!...C’est sans doute cette totale autonomie, cette innocence touchante des cerbères de SG qui a poussé le Post, le 23/04/2008, à relayer une info du Canard Enchaîné, pour écrire : « Eurex, l’organisme qui surveille les opérations de cette bourse, a averti la Société Générale. "Il est inhabituel qu’un individu engage une banque pour de tels montants" explique Michel Zollweg, un responsable du ministère des Finances allemand, entendu par la brigade financière ». L’individu s’appelait Kerviel, il avait engagé près de 50 milliards d’euros sur les marchés ooursiers. C’est la mise nécessaire pour arriver à perdre 5 milliards.

Il a juste prolongé la liberté qu’on lui donnait, Jérôme Kerviel. D’ailleurs, dans ses yeux tristes et butés, on voit bien qu’il n’a toujours pas compris, et défend au fond de lui un honneur du trader, alors que ce n’est que sa douleur d’humain broyé qui le réveille la nuit.

Comme s’il y avait un honneur quelconque à recycler les douze pour cent du PIB mondial gagné de haute lutte par le crime organisé. Comme s’il y avait un honneur quelconque à faire de tout un pari au montant astronomique, en faisant crever de faim ou sous les balles de dictateurs alléchés, un tas de gens dont on ne connaîtra même pas le nombre exact, comme s’ils avaient été éradiqués par un drone, quelque part au fin fond du Pakistan d’Obama.

Comme si on pouvait se targuer d’un atome de fierté, à faire gagner des sommes astronomiques à des banquiers qui viennent pleurer pour qu’on les remboursent dès que leur machine folle a versé. Supplier qu’on leur donne les moyens de recommencer à circonvenir, avec la logique dévoyée mais bien cravatée de leurs discours régulateurs sur le monde, ou la suavité de grosses coupures, « physiques » comme dirait Sirven, les politiques et hauts fonctionnaires. Qu’on les laisse tranquillement jouir de cette liberté à laquelle ils ont droit, pour appartenir de plein droit à l’Être Suprême nommé Marché. Qu’on les oublie, après avoir reconstitué, naturellement, leurs finances et qu’ils continuent, un sourire aristocratique aux lèvres, à dévaster littéralement les quatre coins du monde, dans le concert des discours moralisateurs et des appels mobilisateurs, des avertissements et des mises en garde soigneusement rendus inoffensifs, mais bruyants.

En revenant sur Terre, je m’aperçois que nous avons un Observatoire des inégalités, des planètes, de la fin de vie, de l’eau, des zones urbaines, des invertébrés, des Bouches-du-Rhône, de l’euro, des étudiants, de la plasturgie, de la Durance, des listes présentées à l’oral de l’épreuve anticipée de français du baccalauréat, mais d’Observatoire des banques, banquiers et méfaits, point.


 
 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • « Ça fait longtemps qu’ils ont comblé le trou à la SG.

    Bref, la SG a réussi à prendre pour des truffes quelques juges – on se demande bien comment...  »

    Pourquoi Jérôme Kerviel devrait rembourser ???? ... alors qu’une augmentation de capital a comblé le déficit presque en un clin d’œil !

    Dormez tranquilles braves gens la banque veille sur vos petits dividendes.
    Il fût un temps dans la Finance où être actionnaire n’allait pas sans prendre des risques (principe même d’une "action" par rapport à une "obligation" - un b-a-ba juridique -). Tout cela n’est que préhistoire, le temps de la loi de la jungle, aujourd’hui la banque veille au grain !
    Dormez tranquilles ...

    Quelques explications :

    Lettre aux actionnaires publiée "pleine page" dans la Presse

    Société Générale

    Le Président, Paris, le 24 janvier 2008,

    Madame, Monsieur,

    La Société Générale a annoncé ce matin ses résultats estimés pour l’exercice 2007. Ils sont mauvais, bien en deçà de vos attentes et des nôtres.

    A l’analyse, il convient de distinguer deux choses, la vie courante de l’entreprise et un évènement extraordinaire.

    La vie courante : la plupart de nos métiers, en France comme à l’étranger, ont continué à réaliser de bonnes, et souvent d’excellentes performances. Le résultat brut d’exploitation est à la mesure des anticipations. Il nous permet d’absorber sans difficulté les importantes dépréciations supplémentaires d’actifs, liées à l’aggravation de la crise du marché immobilier américain.

    Ce faisant, nous nous apprêtions en fin de semaine dernière à retenir un résultat net avant impôt supérieur à 5,5 milliards d’euros.

    L’extraordinaire : samedi 19 janvier, nous avons découvert une très grosse fraude interne, commise par un collaborateur isolé de la division de banque de financement et d’investissement. Les transactions en cause étaient simples – une position à la hausse des marchés actions – mais dissimulées par des techniques extrêmement sophistiquées et variées. J’ai pris la décision de déboucler la position de toute urgence, pour éviter des conséquences encore plus graves, compte-tenu de sa taille. La perte totale subie est considérable. Elle a été amplifiée par les conditions de marché exécrables de début de semaine.

    Les quelques interstices dans nos procédures à travers desquels le fraudeur a pu se glisser ont été identifiés et comblés. Celui-ci a été immédiatement mis à pied. Une plainte a été déposée à son encontre. Les cadres, y compris les cadres dirigeants, responsables de la supervision et des contrôles des opérations concernées, quittent leurs fonctions.

    Afin de maintenir le niveau de solidité financière de la banque à hauteur des meilleurs standards internationaux, le Conseil d’Administration a décidé de lancer une augmentation de capital, dont le montant fera plus que compenser la perte provoquée par la fraude.

    Grâce à la réputation de l’établissement, cette augmentation de capital a été entièrement garantie dès mercredi 23 janvier. Elle est assortie de droits préférentiels de souscription, lesquels préservent les intérêts des actionnaires existants.

    Elle permettra de porter le ratio de capitaux propres Tier 1 à 8%, après prise en compte de l’acquisition de Rosbank.

    Le Conseil a l’intention de proposer le paiement d’un dividende au titre de 2007, dans la continuité de l’objectif habituel d’un taux de distribution de 45%.

    Madame, Monsieur,

    Il était de mon devoir de présenter ma démission au Conseil. Celui-ci l’a refusée et m’a demandé de rester à la tête de l’entreprise dans ces circonstances exceptionnelles, pour poursuivre la stratégie qui nous a si bien réussi. Je comprends parfaitement votre déception, voire votre colère. Cette situation est parfaitement inacceptable. Je n’ignore pas ce que représente pour vous la chute du cours de l’action. Je vous prie d’accepter mes excuses et mes profonds regrets.

    Je tiens cependant à vous dire, qu’à l’issue du règlement de cette affaire hors normes et vraiment triste, je perçois de réels motifs d’optimisme. Avec la confirmation de sa solidité financière, l’engagement de ses collaborateurs en dépit de la meurtrissure qu’ils ressentent, et – j’en suis convaincu – le maintien de la confiance de nos clients, la capacité de la banque à rebondir et à reprendre la croissance rentable qui la caractérise depuis longtemps est absolument intacte.

    La mission que m’a confiée le Conseil d’Administration est claire. J’essaierai d’en être digne, avec le soutien de l’équipe de direction.

    Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en mes sentiments les meilleurs.

    Daniel Bouton

    Etonnant non ? une augmentation de K « garantie » dès le 23 janvier !!!!!!
    Autre chose est ... qu’en Bourse on n’a jamais perdu tant qu’on a pas vendu. Et qui c’est qui a vendu ?

    "ce que l’on peut dire c’est que l’augmentation de capital est un succès" Marc Fiorentino

    08h17, 29 février 2008 Augmentation du Capital Société Générale : Un succès sur fond de scandale par Marc Fiorentino pour sa chronique dans l’émission Good Morning Business. L’intégralité de l’intervention http://www.maths-fi.com/societe-generale/BFM_chronique_de_marc_fiorentino_290208.mp3

    Dossier Spécial Quel avenir pour la Société Générale ? Une sélection des informations les plus pertinentes

    Qui sait qui a perdu quoi ? ou qui c’est qui a perdu ... et combien ?

    Au final, les marchés ont englouti les 4,9 milliards de la Société générale. Et les marchés lui en ont rendu davantage en très peu de temps par l’augmentation de K.

    J’ai beau réfléchir, la Société Générale n’a rien perdu et elle est en train d’escroquer Jérôme Kerviel en lui réclamant de rembourser de l’argent alors qui n’a jamais détourné un centime de ses caisses pour s’enrichir.

    Donc, qui sait qui a perdu quoi ? ou qui c’est qui a perdu ... et combien ?

  • Réponse "concernée"...

    Cerise sur le gâteau : l’Etat Sarkoïde rembourse 1,7 milliards d’impôts à la SG, au titre de pertes exceptionnelles !

    C’est à peu près comme si on exemptait d’impôts Warren Buffet. D’ailleurs, c’est ce qu’on fait.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes