Il est bon de rafraîchir la mémoire

Le condamné à mort

Avant qu’un chanteur sans voix ne s’emparât de ce superbe texte, il est bon de rappeler ceux qui l’ont servi avec talent - non pas pour le pognon, les yeux rivés sur les ventes et autres produits dérivés - mais pour la beauté du texte et le génie de Jean Genet.

Hélène Martin à qui a mis ce chef-d’œuvre en musique et qui l’a chanté en 1962 :

et
Marc Ogeret qui nous en donne une interprétation toujours aussi émouvante.

MP3 - 3.2 Mo

Le condamné à mort

Sur mon cou sans armure et sans haine, mon cou
Que ma main plus légère et grave qu’une veuve
Effleure sous mon col, sans que ton cœur s’émeuve,
Laisse tes dents poser leur sourire de loup.
Ô viens mon beau soleil, ô viens ma nuit d’Espagne,
Arrive dans mes yeux qui seront morts demain.
Arrive, ouvre ma porte, apporte-moi ta main,
Mène-moi loin d’ici battre notre campagne.

Le ciel peut s’éveiller, les étoiles fleurir,
Ni les fleurs soupirer, et des prés l’herbe noire
Accueillir la rosée où le matin va boire,
Le clocher peut sonner : moi seul je vais mourir.

Ô viens mon ciel de rose, ô ma corbeille blonde !
Visite dans sa nuit ton condamné à mort.
Arrache-toi la chair, tue, escalade, mords,
Mais viens ! Pose ta joue contre ma tête ronde.

Nous n’avions pas fini de nous parler d’amour.
Nous n’avions pas fini de fumer nos gitanes.
On peut se demander pourquoi les cours condamnent
Un assassin si beau qu’il fait pâlir le jour.

Amour viens sur ma bouche ! Amour ouvre tes portes !
Traverse les couloirs, descends, marche léger,
Vole dans l’escalier, plus souple qu’un berger,
Plus soutenu par l’air qu’un vol de feuilles mortes.

Ô Traverse les murs ; s’il le faut marche au bord
Des toits, des océans ; couvre-toi de lumière,
Use de la menace, use de la prière,
Mais viens, ô ma frégate, une heure avant ma mort.

Jean Genet


 
P.S.

C’est à la prison de Fresnes en 1942 que Jean Genet a écrit cette élégie à Maurice Pilorge, truand dandy guillotiné en 1939 pour le meurtre de son amant.

 
 
Forum lié à cet article

7 commentaires
  • Le condamné à mort 17 novembre 2010 10:25, par André Chenet

    Un poème d’une beauté vertigineuse comme la vie et la mort... avec une interprétation sensible, sur le fil du rasoir. Merci Mr Balme pour ce moment rare sur un site d’information. La poésie ne demande pas à être commentée, déchiffrée, dépiautée : elle se donne et nourrit la conscience de ceux qui la reçoivent. Les grands poèmes ne dépérissent pas au gré des fluctuations inexorables du temps et se transmettent de générations en générations.

  • Le condamné à mort 20 novembre 2010 12:11, par Stelly

    Je ne serai pas impolie car j’ai reçu une éducation correcte de parents ouvriers et j’apprends à des élèves l’Histoire, la Géo et l’Education civique. Je pleure à chaque interprétation du nouvel album d’Etienne Daho reprenant "Le Condamné à mort". Je ne pense pas qu’il ait besoin de sous étant donné qu’il a produit ce disque. Pensez-vous vraiment qu’il va gagner de l’argent ? Vous être très naïf ou naïve.
    Etienne Daho est pour moi l’un des meilleurs chanteurs. Sur scène, c’est un régal. Il chante juste contrairement à beaucoup d’autres. Je vous mets au défit de chanter "Ouverture" ou "Sur mon cou". Stop à la bêtise des gens qui ne connaissent pas son répertoire et son talent. Ecoutez ses albums et arrêtez de dire n’importe quoi. J’étudie Le Comdamné à mort en EC pour expliquer aux élèves que la peine de mort est l’une des premières entraves à la loi dans un Etat démocratique. Les élèves sont très réceptifs à l’interprétation de Daho.

    Maintenant, vous pensez ce que vous voulez mais je suis en désaccord total avec vous.

    PS : Si vous répondez, soyez correct(e). Je déteste les messages sur Internet qui ne respectent pas les gens et les insultent.

    • Le condamné à mort 21 novembre 2010 18:31, par Eqfm

      Entièrement d’accord avec Stelly. Pourquoi la rubrique n’a-t-elle pas été intitulée "le Condamné d’Office" ? Je ne suis pas très fan du chanteur Daho pour ma part — des goûts et des couleurs... —, mais il est autant qu’un autre présumé innocent avant d’avoir été jugé coupable.
      Et je crois d’autant plus en sa sincérité que d’autres choix de textes eussent été plus pertinents pour garnir le porte-feuille.
      Quel mépris, autant pour Hélène Martin et Marc Ogeret que pour Daho, que de les juger à l’aune de je ne sais quelle appartenance à un intellectualisme gauchiste — car c’est bien ce qui affleure.
      Quoi qu’il en soit et en toutes circonstances, le procès d’intention est nauséabond.

  • Le condamné à mort 21 novembre 2010 18:23, par Libre Plume

    Certes, certes Stelly ! quelle passion et quelle fougue !
    Vous avez raison de vous servir de tout support pour faire passer un juste message. Je suis enseignante moi-même et je fais comme vous.
    De là à nous présenter E. Daho comme un grand musicien. Bon, c’est un bon musicien de variété, oui ... Vous ne pourrez quand même pas nous dire qu’il a de la voix tout de même ! Pas toujours parfaitement juste ce qu’il nous interprète, enfin...
    Quant à l’argent qu’il gagne, je ne crois pas que j’irais jusqu’à balayer d’un revers de la main comme vous le faites, les sommes astronomiques (enfin, j’imagine en tout cas pour quelqu’un de milieu ouvrier comme vous, n’est-ce pas ?) que nos chers artistes touchent...
    Et puis j’espère surtout que vous apprenez à vos élèves que débattre n’est pas dire "j’ai mon avis vous pouvez dire ce que vous voulez", parcequ’alors là, il y a de quoi s’inquiéter sur le formation intellectuelle de nos jeunes.
    C’est le texte qui compte, et là... côté poésie je pense que nous serons d’accord pour dire qu’il s’agit d’un grand texte poétique engagé n’est-ce pas ? C’est toute la force de ce texte, faire passer l’abomination de la mort par des mots puissants, violents mais qui restent poétiques. Le vrai talent, quoi !
    Enfin, pour terminer, partir de l’idée que celui qui n’aime pas ne connaît pas et fait preuve de bêtise.... hum ! est-ce bien poli, tout cela ?
    Sourire .... non..... rires !

    Clin d’oeil à celui qui a publié ce texte superbe.
    Cordialement à vous Stelly

  • Le condamné à mort 23 novembre 2010 01:43, par bibiane

    Je suis surement à contre-courant, mais ça me gave cette déification de la vie d’un être humain et considèrer que nul n’aurait le droit de la lui ôter par décision collective dans un but de protéger le collectif d’une personne qui elle n’a aucun respect de la vie des autres personnes qui le compose ... je ne suis pas pour un automatisme de la peine de mort, genre loi du talion, mais dans une humanité qui se contrefout de tuer à grande échelle, d’affamer des centaines de millions de personnes, de mettre des êtres humains en esclavage, y compris des enfants, qui pour permettre à certains d’assouvir leur cupidité et leur fantasme de toute-puissance massacre ou laisse massacre sans état d’âme, prétend même justifier ces massacres comme vertueux, en Irak, en afghanistan, en palestine, en amazonie, etc... dans tous les pays où nous entretenons des dictatures, aidons à former les tortionnaires, où l’on torture, viole, et tue ... que la condamnation à mort d’individus pervers qui n’ont que mépris pour la vie de leur semblable soit considérée comme monstrueuse ... ça me donne limite envie de vomir !
    La première atteinte à la liberté est d’être dépossédé de ses droits à une vie décente, autonome et libre, ceux qui estiment avoir des droits sur la vie des autres, ont perdu leur droit à exiger le respect de leur propre vie, et ne sauraient se plaindre qu’on nie leur existence ainsi qu’ils ont niés celle de l’autre ou des autres.
    Je n’ai aucune compassion pour l’assassin auquel est dédié ce poème, qui ne considérait son amant que comme objet lui appartenant, qu’on arrête de prétendre "amour" ce qui n’est qu’un désir de possession de l’autre, visant à le priver de son existence propre, à la lui confisquer.
    Le respect de l’autre de l’autre qu’il faut apprendre aux enfants, et pas seulement à l’école, mais combien d’adultes respectent les enfants, à commencer par les leurs ? Les respectent en tant qu’individus ayant un existence et personnalité propre, ce qui ne signifie aucunement les laisser faire n’importe quoi, qui peut sembler opposée à l’autoritarisme mais est porteur de la même négation de l’existence de l’enfant. Et le respect de l’autre c’est la base pour bien-vivre ensemble, mais quand la norme est le mépris et la soumission à l’autorité ou au pouvoir, ça donne la société dans laquelle on vit ... et c’est pas beau à voir.
    Je ne sais pas si mon commentaire passera la modération, et je ne viendrais pas voir si on me tire dessus après, vous pouvez y aller pas de souci. J’avais juste besoin de le dire, et entrer dans l’argumentaire n’est pas vraiment possible dans les commentaires sur le net, je ne cherche à convaincre personne ...

  • Le condamné à mort 24 novembre 2010 17:49, par Stelly

    Je réponds juste que Daho chante juste. Je n’apprécie pas les artistes qui hurlent. J’aime Bashung, Renaud entre autres. Ont-ils été aussi critiqués ? Ils chantent pourtant moins juste et leur voix n’est pas exceptionnelle. Ecoutez ce disque bouleversant. Excellent son. Je redis que ce disque est tout simplement un chef-d’oeuvre.

  • Le condamné à mort 5 mars 2011 21:06, par Tiziano

    Bonjour,

    Premièrement, Étienne Daho ne s’est pas ’’emparé’’ du texte, il a tenté de révéler autrement un texte magnifique, avec humilité il me semble.

    Voix ou pas, nous au Québec on s’est fait à l’idée : ’’un Françâ n’en a pas !’’ (et pour les bitch qui parlent de ’’cris’’, eh ben, il y’a un registre de nuances entre chanter et crier que je sache) Argent ou pas, les Français seront toujours chiches...

    Et deuxièmement, tabarnak !!!! Laissez-le donc tranquille cet Étienne,

    Il ose parler d’homosexualité dans une France toujours aussi hypocrite !

    Et, au demeurant, il appert qu’ED soit un des rares qui fait des efforts en France (ou au loin d’Angleterre) .... pour pondre de la musique ’’pop’’ soit, mais qui ait de l’allure et, surtout, qui soit digne du 21ième siècle - on est plus au temps de Mlle Martin ! - Et de tout cet hexagone qui peut paraître prétencieux, en fait.... il y a hélas tellement peu à dire musicalement ! Je me demande pourquoi s’acharner sur ce peu qu’il y a de bon !

    Bref ! Étienne, heureusement, est là pour faire changement !

    Tiz.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes