Du carnage du Sahara, l’ONU n’aura pas sa version propre

Une fois de plus la France s’est opposée à éclaircir une situation dans laquelle le peuple d’un Territoire Non Autonome - une colonie - est en détresse et grande souffrance.

La France, après l’attaque par les autorités marocaines du campement de tentes de Gdem izik, après les combats de rues dans El Aaiun, Smara et Dakhla au Sahara Occidental occupé, s’est opposée à l’envoi d’urgence d’une mission d’enquête de l’ONU pour établir les faits dramatiques de la semaine dernière et le bilan en pertes humaines.

Pourtant le Maroc, crie sur tous les toits que les Sahraouis, au lieu de se laisser massacrer en silence sans rien dire comme se doivent des civils face à l’armée, se sont défendus et ont tué des militaires. La France refuse donc aussi qu’une mission d’enquête indépendante soit envoyée pour faire la lumière sur la mort de recrues de l’armée de son grand ami le Maroc.

Probablement est-ce que la France sait que pour dix militaires morts quand ils ont attaqué les civils, la proportion de civils morts et son cortège d’ignominie, est exponentiellement écrasante.

Le Maroc donne ses chiffres, les prouve sûrement, et le Maroc détient les corps des Sahraouis morts pendant l’attaque et sous la torture les jours suivants, mais ne reconnaît que ceux qu’il ne peut nier.

La France se déshonore encore une fois pour masquer la culpabilité du Maroc et l’ampleur des faits et de l’ignorance internationale, y compris du département des opérations de maintien de la paix de l’ONU, le France préfère le hiatus.

Après avoir entendu que la Minurso avait été interdite par les Marocains de constater ce qui se passait sur place, la France, membre permanent du conseil de sécurité, a menacé d’user de son droit de veto pour empêcher que soit établie une vérité Onusienne. Les membres du conseil de sécurité permanents et non permanents - Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Turquie, Japon, Ouganda, Autriche, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Gabon, Liban, Nigéria - n’ont pas suivi la proposition du Mexique et l’enquête n’aura pas lieu. Le communiqué de presse de la résolution réaliste proposée par l’Ouganda ne sera pas envoyé. Il ne reste que les paroles de condamnation de la situation. Aucun acte.

Si ce n’est pas là une façon peu courageuse d’adopter la même position, avec une répartition des rôles bien orchestrée - la France méchante et les autres qui cèdent-, alors il faut laisser la France aller jusqu’à user de son veto.

Il ne doit pas y avoir de solidarité dans l’abjection. Que la France pose son veto, et déclare sa guerre aux Sahraouis, sans autres complices que le Maroc.

Les autres états membres sont dans le juste et le courage.

Mais maintenant devant l’impasse et l’urgence, l’Assemblée Générale des Nations Unies doit avoir quelque chose à dire sur ce qu’il advient des populations autochtones au Sahara Occidental du fait de l’occupation et de la violence Marocaine.

APSO, 17 novembre 2010 Photo EM, source Innercitypress, UN


 
P.S.
 
Portfolio


 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes