De la Shoah à la "Shoah" planétaire

Barbarie d’hier et d’aujourd’hui.
Du racisme anti-Juifs au racisme anti-Musulmans.

Nouveau télescopage de l’Actualité : La SNCF complice de crimes envers la communauté juive ; l’Etat français complice des suicides en prison. Quelle humanité ? La barbarie est-elle une constante de l’humanité ?

On croyait la barbarie disparue. On l’espérait ! Mais non, la bête immonde sommeille, ou plutôt se pare d’un vernis démocratique, elle n’en est pas moins vivace, bien vivace. Quand l’homme triomphera-t-il de lui-même, de ses instincts les plus sauvages ? La barbarie est-elle la chose la plus répandue, même dans les milieux les plus "policés", les plus civilisés ?

En juin 2006, la SNCF était condamnée pour sa participation aux transferts de détenus sous l’Occupation. Quelles étaient exactement les responsabilités de l’entreprise française dans la déportation ? C’est la question que Raphaël Delpard se pose dans un livre, "Enquête sur la SNCF et la déportation". Certes, des cheminots ont refusé d’être complice de l’horreur absolue. Mais souvent, trop souvent, la SNCF s’est rendue complice de crimes contre l’humanité, non seulement en facilitant les transferts vers les camps de la mort, mais aussi en rendant les conditions de voyage des futures victimes totalement inhumaines, par exemple en obstruant les orifices d’aération. Comment des individus "normaux", travaillant pour une entreprise de transport d’Etat, ont-ils pu être complices d’une telle barbarie ? En chaque individu sommeille-t-il un bourreau qui s’ignore, ou au moins, un résigné à l’inaction et même à l’horreur ? Toujours est-il que des hommes "ordinaires" ont sciemment participé à l’"extraordinaire" d’une barbarie peu commune, toujours est-il qu’ils ont été complices d’un crime d’Etat.

Autre séquence. L’Actualité, aujourd’hui, nous renvoie à la barbarie dans les prisons françaises, parmi les plus inhumaines d’Europe, et régulièrement épinglées par Bruxelles : Par exemple, le taux de suicide des détenus y est anormalement élevé. La patrie des Droits de l’Homme ne cesse d’être montrée du doigt, sous Sarkozy, pour ses manquements. Là, il s’agit du sort d’individus deux fois condamnés, d’abord dans leur parcours marqué par la précarité, la violence subie quotidiennement dès leur naissance, ensuite par l’inhumanité d’un Pouvoir uniquement préoccupé du sort de ses amis honteusement nantis ! Le sort des "perdants" ne préoccupe guère l’UMP, l’Union pour un Mouvement Anti-Populaire. Au contraire, tout est fait pour les exclure davantage, les marginaliser plus, les condamner à encore plus de misère, de violence, de souffrance. Jusqu’à les laisser attenter à leur vie, jusqu’à laisser une guillotine qui ne dit pas son nom revivre...

La barbarie, tout au long de l’Histoire, semble la chose du monde la mieux partagée, tant dans les pays dits "sous-développés" que dans nos auto-proclamées démocraties, dans nos "claironnées" démocraties (au point de s’ériger en modèle pour le monde entier). Les siècles passent, les circonstances changent, mais l’inhumanité demeure. Elle peut-être feutrée, sournoisement dangereuse - un chanteur comme Pierre Pierret ne vient-il pas de se livrer à la stigmatisation des Musulmans ? (1) Elle peut-être, aussi, à découvert, sauvagement pernicieuse, comme dans nos Médias se livrant quotidiennement à la plus scandaleuse des diabolisations... Encore ce 25 novembre, David Pujadas, au nom sans doute d’un néo-sionisme décomplexé, se livrait sur FR2 à une incitation indirecte au choc de civilisations, en braquant une fois de plus les projecteurs sur les excès d’une Charia portée par des fondamentalistes qui ne représentent guère la Communauté musulmane. Insidieux ou clairement affiché, le Mal est là, la bête immonde resurgit, porteuse de lourdes menaces de chasse à l’homme, de croisades guerrières contre l’autre, et même de chocs de civilisations barbares !

Des questions se posent inévitablement. La Communauté juive ne cesse de rappeler le souvenir de ses souffrances, mais alors pourquoi après avoir subi l’indicible, se livre-t-elle aujourd’hui à une indécente stigmatisation de ses frères sémites, Arabes ? (2) Pourquoi, trop souvent, prend-elle la tête de la croisade contre les Musulmans, au risque de toutes les stigmatisations, de tous les conflits, de toutes les guerres même les plus périlleuses du fait de l’usage qu’une organisation comme l’OTAN menace de faire du nucléaire pour imposer ses vues aux irréductibles ?

Pourquoi rappelle-t-on toujours la Shoah d’une communauté en préparant, en coulisses, la "Shoah" planétaire qui éliminera, avec des armes de destruction massive, une partie de l’humanité, pour procéder à la dépopulation, au nettoyage "ethnique" ou religieux, à l’élimination de ceux qui ne sont pas d’accord avec la Pensée unique judéo-chrétienne, ou, tout simplement, des plus faibles ? Comment peut-on fustiger la barbarie d’un temps, et préparer celle d’un autre temps, plus pernicieuse encore ?

Les leçons de l’Histoire ne servent-elles donc à rien, sinon à être instrumentalisées pour encore plus de violence et à échelle plus vaste, quitte à risquer ensuite de provoquer la fin de l’Histoire humaine ?

Sans aller si loin, pourquoi, après avoir désigné à la vindicte populaire la population juive, fustige-t-on aujourd’hui les Musulmans, au risque de toutes les stigmatisations, de toutes les dérives, de tous les chaos, de toutes les exterminations à nouveau, bref de toutes les barbaries ? Lorsque David Pujadas distille l’islamophobie sur une chaîne publique en mettant dans la tête des télespectateurs, finalement, au risque des amalgames les plus douteux, que la Charia islamique "condamne à périr dans le feu les Non-Musulmans" (en omettant d’ailleurs de dire que dans le Talmud, les "goys, c’est-à-dire les non Juifs, sont des animaux à exterminer"), ne joue-t-il pas sciemment avec le feu, n’utilise-t-il pas scandaleusement l’argent des contribuables pour servir son clocher, des intérêts qui ne doivent pas être ceux du peuple français attaché à la paix et aux Droits de l’Homme ? Ne pousse-t-il pas, ce qui est immensément grave, au choc de civilisations qui ne profitera qu’à une minorité de psychopathes cupides ?

Mais alors, la barbarie que l’on fustige à juste titre en portant sans cesse à la connaissance du grand public, à temps et même à contre-temps, l’histoire de la Shoah, est-elle destinée à se perpétuer sous des formes nouvelles, hier la guillotine aujourd’hui le suicide par désespoir en prison, hier l’extermination des Tsiganes et des Juifs, aujourd’hui celle des Musulmans ?

Alerte ! Les rappels de l’Histoire n’ont de sens que s’ils servent à prévenir les errements futurs, pas à être exploités, instrumentalisés pour des causes finalement éloignées du but proclamé ! On ne peut dans le même temps demander que cesse l’antisémitisme envers les Juifs, et propager quotidiennement l’antisémitisme envers les Arabes et maintenant, un racisme aussi odieux envers les citoyens Musulmans !

De même que nous devons exiger la reconnaissance et la réparation du préjudice subi par les citoyens juifs pendant la déportation, il est indispensable de fustiger l’islamophobie rampante des Pujadas ou des Perret, lourde de menaces futures, et même de réclamer sa juste pénalisation ! Il y va de la paix sociale, de l’entente entre les peuples, de la communion des civilisations, et surtout, de la paix, oui de la PAIX, ce Bien le plus précieux !

Une citoyenne, Lina, écrit ceci : "Une seule solution : pétition pour exiger que l’ islamophobie soit pénalisée, de la même manière que l’ antisémistisme ! Que les musulmans de France organisent une marche grandiose telle " Contre l’ islamophobie, je marche !" (3)

Si nous tolérons le loup (Pujadas, et d’une certaine manière Perret...) dans la bergerie, si nous acceptons la barbarie du racisme anti-Juifs ou anti-Musulmans, nous mettons en péril la civilisation humaine. A l’heure des armes de destruction massive "usraéliennes" (des USA comme d’Israël), les confrontations peuvent se muer en apocalypses irréversibles.

Il est temps de s’en souvenir, et de prévenir le Mal absolu avant qu’il n’élimine l’humanité.

Eva R-sistons


 
P.S.

(1) : http://www.alterinfo.net/L-islamoph...

(2) Les Sémites sont un ensemble de peuples utilisant ou ayant utilisé les langues sémitiques (..) arabes, hébraïques... (http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A...)

(3) http://www.alterinfo.net/L-islamoph...

 
 
Forum lié à cet article

4 commentaires
  • De la Shoah à la "Shoah" planétaire 27 novembre 2010 10:48, par pIC ET pUCE

    La barbarie est une constante de l’humain depuis des temps immémoriaux...Une constante qui n’a connu aucune pause depuis 1945...Une barbarie partagée par toutes les communautés et toutes les confessions. Le cadre laïc permet de donner une dignité à chacun. C’est lorsque chacun vient avec sa religion comme élément de division que la barbarie commence...car il n’y jamais eu, il n’y a pas et il n’y aura jamais de peuple élu selon les réalités universelles. Libérons-nous des mythes antiques et moyen-âgeux, acceptons les réalités telles que les perçoivent les scientifiques honnêtes, les philosophes humanistes qui placent l’homme au centre et non pas un peuple en particulier et sa divinité imaginaire quelle qu’elle soit qui ne sont que des moyens de péréniser un pouvoir occulte qui se veut à présent mondial !

  • De la Shoah à la "Shoah" planétaire 29 novembre 2010 14:46, par Tahar

    Bonjour,

    « La barbarie, tout au long de l’Histoire, semble la chose du monde la mieux partagée, tant dans les pays dits "sous-développés". » Je suis, en gros, d’accord avec l’analyse que propose cet éditorial. Mais la citation plus haut me choque. Car si l’on a pour référence « tout au long de l’Histoire », ce qui semble être le souci de l’auteur(e), on ne peut pas affirmer que « La barbarie...semble la chose du monde la mieux partagée... » On ne peut pas, autrement dit, mettre toutes les violences qu’a connues l’humanité jusqu’à nos jours sur le même pied d’égalité. Elles ne sont nullement équivalentes. Certes, la violence est universelle. Elle serait même, contrairement au rire, le propre de l’homme. Mais elle n’est pas la chose « la mieux partagée ». En d’autres termes, son universalité ne doit pas servir, pour qui veut faire une analyse en termes de différence et d’identité, à occulter une évidence historique essentielle et majeure, à savoir que, « tout au long de l’Histoire » justement, ou sur la longue durée comme diraient les bons historiens braudeliens, il y a une et une seule civilisation qui, depuis quasiment deux millénaires, aux noms de la religion puis des Lumières et de la modernité, a surpassé toutes les autres en termes de violence et de barbarie, aussi bien quantitativement que et qualitativement : il s’agit de la civilisation dite judéo-chrétienne, occidentale ou moderne…

  • De la Shoah à la "Shoah" planétaire 30 novembre 2010 18:17, par Libre Plume

    Violence, barbarie.... fausses subtilités ! vous plaisantez j’espère ?
    Toute cette belle théorie qui se déroule pour aboutir à une attaque frontale sur votre évidence (ben voyons) : la plus barbare de toutes les cultures c’est la culture occidentale... oh, et puis, non, tiens, la judéo-chrétienne.... oh, non, ça va pas ça... allez, la voilà qui atterrit en culture moderne...
    Vous nous assenez des certitudes et votre vérité.... rien d’autre.
    La société occidentale c’est aussi les droits de l’homme, les droits de l’enfant et de la femme, la laïcité (Pic et Puce a raison, enfin, avec une nuance pour moi, c’est que la laïcité est le garant de liberté de culte également si celui-ci est exercé en toute discrétion et respect des valeurs de la République), la science qui soigne..... et encore, et encore ...
    Vous brocardez le siècle des lumières ? mais sans lui, point de droit de l’homme !
    La barbarie est la même partout Tahar, et chercher à la "quantifier" ou même opposer les cultures pour les comparer en termes de "plus" et de "moins" c’est déjà faire la part-belle à la barbarie, ou au mal comme vous préferez.

  • De la Shoah à la "Shoah" planétaire 1er décembre 2010 11:43, par Tahar

    Bonjour,

    Très intéressante votre réponse Libre Plume. De plain pied dans le laïcicisme (sic), le modernisme, l’universalisme des valeurs hautement humaines de ce cher Occident moderne et porteur de progrès. Dans votre petite liste des bienfaits de l’Occident, vous avez oublié quelques petites bricoles, mais bon toutes inventées pour notre bien à tous, voire pour civiliser certains comme moi, un peu sauvages, de bons sauvages, prêts à recevoir la bonne parole, nullement instrumentale et nullement instrumentalisée, celle du Souverain Bien...Vous êtes , en ce sens, un bon progressiste et dans l’air du temps, celui qui ne souffre aucune entorse à la belle Vérité établie. Moi, je me revendique comme réactionnaire à ce progrès-là et je pense "faire la part belle à la barbarie" en essayant de comprendre les violences et en disant, par exemple, que la violence des nazis n’est pas comparable à celle des résistants ou celle des affres de la colonisation israélienne à celle des résistants de tous bords, y compris le Hamas ou Hizbollah...Mais bon, "La barbarie est la même partout", comme vous dites et c’est ainsi que nous pourrions tous, main dans la main, militer pour un monde un peu meilleur...Oui, il suffirait d’un petit chuoiya, puisque nous sommes tous frères sur cette belle terre... !!! Désolé de vous avoir encore asséné Ma Vérité. Cordiales salutations.