Wikileaks : quand l’heure est venue de choisir son camp

« Les sociétés démocratiques ont besoin de médias forts, et WikiLeaks fait partie de ces médias. Les médias aident à préserver des gouvernements honnêtes. WikiLeaks a révélé des vérités solides à propos des guerres d’Irak et d’Afghanistan, et a sorti des affaires de corruption de la part d’entreprises ».

La chasse est ouverte. La guerre contre Wikileaks est engagée.

Un certain nombre d’actions » pourraient être menées.

Victime de nombreuses attaques informatiques, le site a perdu son adresse Wikileaks.org et a été transféré sur Wikileaks.ch sous la pression des autorités de plusieurs pays.

Wikileaks est décrété « menace pour l’armée » par le pentagone...

La France par l’intermédiaire d’Eric Besson, nain politique et ministériel, propose de mettre un terme à l’hébergement sur le territoire français de Wikileaks. Une France qui est passée en cinq ans, dans le classement de Reporters sans frontières, du 11e rang au 44e rang de la liberté d’informer…

Jusqu’où la classe médiatique et la classe politique dans son ensemble entendent-elles laisser filer cette liberté ?

***

« Dans une décision-clé concernant les documents du Pentagone, la Cour suprême américaine a déclaré que “seule une presse libre et sans restriction peut efficacement révéler ce que cache un gouvernement”. Aussi, la tempête qui entoure WikiLeaks aujourd’hui renforce le besoin de défendre le droit de tous les médias de révéler la vérité. »

WikiLeaks n’est pas à l’abri de critiques, pas plus que n’importe quel autre média.

Mais qu’il soit ici permis de rappeler ce qui suit :

Sans briser le off, sans "indicateurs", sans le vol, sans le recel, sans la dénonciation de clause de confidentialité ou du devoir d’une quelconque réserve, sans la rupture de la loi du silence, sans "traitres"...

PAS D’INFORMATION !

Ou bien alors : quelle information ?!

Celle qu’on aura bien voulu nous concéder au journal de 20H ?!

En France, les 50 ans d’activité du “Canard enchaîné” (Claude Angeli, son rédacteur en chef, parle d’une "société molle" dans sa défense de la liberté d’information et d’opinion) et plus récemment le journalisme d’investigation de Rue89, Bakchich et Mediapart sont là pour nous le confirmer.

Quant à ceux qui seraient tenter d’amalgamer (*) le souci de transparence chez ceux qui soutiennent mordicus Wikileaks (souci propre au régime démocratique : droit à une information indépendante et honnête pour le plus grand nombre) avec celui des dictatures militaires, et des régimes nazi, stalinien et maoïste - , on leur rappellera que ces régimes n’ont jamais cultivé cette transparence mais bien plutôt la propagande, la falsification, le mensonge, l’intimidation, l’assassinat et le meurtre de masse.

* – A ce sujet, se reporter à la revue La règle du jeu de BHL qui publie un article d’une imbécilité sans nom.

En revanche, si on oublie un moment les amalgames malhonnêtes ou plus simplement des rapprochements qui ne sont que le fruit d’une ignorance crasse, un parallèle peut être fait : le parallèle entre certaines des révélations de Wikileaks et les « Pentagon papers », diffusés à l’époque de la guerre du Vietnam, et qui ont joué un rôle important dans l’évolution de l’opinion publique américaine contre cette guerre aussi cruelle que stupide.

***

Les journaux partenaires qui se font les relais de Wikileaks - Der Spiegel, Le Monde, The Guardian et The New York Times l’attestent : Wikileaks fait vivre la démocratie bien plus sûrement que ceux qui comptent dans les mois et les années à venir, s’acharner à détruire cette agence.

Et même si de nombreuses défections sont attendues à Gauche (et plus particulièrement au Parti Socialiste qui n’a de cesse depuis trente ans de cultiver non pas le courage mais... la dérobade et les compromis proches du déshonneur politique et moral)...

Il semble bien que l’heure soit venue pour chacun de choisir son camp.


 
 
 
Forum lié à cet article

5 commentaires
  • Ce Serge Ulaski écrit : « Les sociétés démocratiques ont besoin de médias forts, et WikiLeaks fait partie de ces médias.

    Vraiment ? OU sont-il ces sociétés "démocratiques" ? Qu’ont dit leurs médias tout au long de ces siècles passés ? Lorsque ces pays impérialistes (appelons les choses par leurs noms) dévastaient les vastes régions du monde qui n’ont pas encore réussie à se mettre debout. La presse démocratique en France n’a même froncé les sourcils lorsque Alexis de Tocqueville, députe à Paris, appelait à massacrer les algériens, tuer leurs cheptels, brûler leurs récoltes, empoisonner leurs sources d’eau. Un seul historien contemporain a évoqué ces crimes que la presse française continue à camoufler. La guerre civile espagnole ? Gagné par les fascistes, appuyé par l’ensemble des élites européennes et américaines (armes, finances, appui bancaire). Lorsque les réfugiés espagnoles traversaient la frontière française, la presse du pays des "droits de l’Homme" se déchainaient contre ces pouilleux, ces parasites.
    La commune de Paris, 1871. Le quasi-ensemble des médias, les intellectuels et écrivains, couvraient d’insultes ces "envieux" ("envieux", oui !) qui osaient se révolter. On les a massacré, ces "envieux". Et on a bati le Sacré Coeur pour le célébrer. Allo, les médias forts ? Je vous entends pas !

    Wikileaks ? Révelations géantes ? Que nenni !! L’Afghanistan, victime de viols collectifs par ces pays démocratiques, les mêmes qui ont sévi aux siècles passés. Les paysans afghans résistent avec les Talibans, les seuls combattants organisé qui gouvernent pratiquement le quasi-ensemble du pays désormais. Ah mais, les Talibans oppriment les femmes, savez vous ? Non ? Les médias démocratiques sont là pour vous le rappeler. ET aussi minimiser les attaques des soldats et mercenaires des pays démocratiques contre les civils afghan. Combien de morts civils ? On ne sait pas vraiment, n’est-ce pas ? Allo Wikileaks ? Pas de tonalité !

    Abou Gheraib, vous connaissez ? Tortures, viols, y compris des enfants. Les photos publiés par le principal pays envahisseur dans son presse démocratique ne sont que la pointe d’iceberg. Il s’est passé bien bien plus grave dans ce géole, comme n’a jamais révelé les enquêtes que les grands médias démoc. n’ont jamais menés, pas plus que Wikileaks. 4 millions d’Iraquiens sont "deplacés" comme on dit en langage toujours démocratique. 1,5 millions d’entre eux sont abrités par la Syrie voisine, pays non-pétrolier donc pas trop riche. Ah mais la Syrie !! Pays terroriste ! Anti-sémite aussi !

    "Révelations" d’Wikileaks ? La Chine voudrait la réunification de la péninsule coréenne. Rappel : tous les coréens, nordistes ou sudistes, la veulent depuis que l’impérialisme américain a artficiellement divisé leurs pays début des années 50. D’autres "révélations" ? Sarkozy est "susceptible", Angela Merkel est "faible" (normal pour une meuf !!), la présidente argentine Christina Fernandez "instable" (une meuf encore !).

    Mais combien les USA dépensent-ils pour développer des armes qu’on pourra, un jour, tirées vers la terre depuis les satellites ? Combien pour les mini voire micro armes nucléaires ? Quels sont les pays qui préparent ces engins inhumains horribles ? Pas le Zimbabwe du grand méchant Mugabe, ni la junte birmane (qui empêche l’éminente Jane Birkin de dormir), ni même la Corée du nord. Devinez qui !

    Julina Assange harcelé ? Curieux, comme ça lui donne de la crédibilité ! Ainsi on doit croire que les millions de notes pondues par des diplomates américains souvent peu au fait des compléxités des régions ou il sont posté ont été déversés vers ce Wikileaks, sans que les vingtaines des services secrets des USA s’en soucient.

    Avaler les couleuvres. Comment on le dit en anglais ?

  • Wikileaks : quand l’heure est venue de choisir son camp 13 décembre 2010 01:30, par Serge ULESKI

    Merci pour votre commentaire même si... limite hors sujet.

    Mon sujet étant : "Wikileaks fait vivre la démocratie bien plus sûrement que ceux qui comptent dans les mois et les années à venir, s’acharner à détruire cette agence."

    Quant à Tocqueville...

    Tocqueville c’était hier. Aujourd’hui, il est question de demain.

    Cordialement
    Serge ULESKI

    • Un peu hors sujet peut-être, car rédigé très vite. Néanmoins, les sociétés démocratiques auxquelles Serge Uleski fait allusion comme quelque chose hautement désirables justement ne le sont pas. On parle souvent d’Hitler et ses méfaits - sa guerre extermination des slaves visant d’abord l’URSS de l’époque. Mais on oublie que les sociétés démocratiques ont un sale bilan. Même de nos jours, une poignée de pays riches persiste à dévaster la grande masse des pays pauvres, en plus de leur propre prolétaires. Wikileaks n’a rien eu à "leaker" la-dessus.

      Ce sont ces sociétés démocratiques qu’on doit souhaiter pour tout le monde ? Et chanter la gloire de Wikileaks qui abondent justement dans le sens de ces sociétés. Ne faut-il pas plutôt viser comme objectif à long-terme le bien-être humain, la justice sociale, l’égalité, la participation active des citoyens dans la vie de la cité. Cela veut dire remettre en cause le concept de démocratie et trouver mieux. La démocratie veut dire : qu’un demi-million d’Indiens pataugent dans la pauvreté, qu’on empêche aux Haitiens de chercher leur bonheur en leur imposant des pseudo-élections sous surveillance militaire. La démocratie veut dire aussi 60% de chomage chez les jeunes de 18-25 ans en Seine St. Denis (comme à Gaza, d’ailleurs), jeunes qui sont démocratiquement stigmatisé comme délinquants, criminels, violeurs et machos en général.

      Pour en revenir aux pseudo-révélations de Wikileaks, les affligeantes banalités des diplomates américains ont dominé, pendant des semaines, l’actualité concocté par nos vaillants médias. Autrement dit, la narration américaine des évènements mondiaux s’est imposé encore plus que d’habitude.

      Et on doit vraiment soutenir ce Wikileaks ? La prochaine fois, ce Wikileaks va commencer à sortir des pseudo-informations sur la Chine, la Russie, dès que l’élite américaine se sentira suffisamment forte pour vouloir saboter ces pays, comme il le font avec l’Iran (fomenter le séparatisme, attentats à la bombe, assassinat des scientifiques). On peut ne pas aimer le système iranien, mais c’est au peuple iranien d’en sonner le glas, non aux impérialistes.

      Enfin, ce grand démocrate Alexis de Tocqueville ! Il a chanté les louanges de la démocratie aux USA, alors que bon nombre d’américains étaient des esclaves, que les femmes n’avait pas le vote. Puis ce monsieur a appelé à tuer et à bruler en Algérie. C’est du passé seulement, l’attitude de ce théoricien de la démocratie ? Ses thèses représentent des composants essentiels de cette démocratie actuelle, celle qui opprime, qui tue.

  • Wikileaks : quand l’heure est venue de choisir son camp 13 décembre 2010 12:31, par Serge ULESKI

    "Quant à ceux qui seraient tenter d’amalgamer (*) le souci de transparence chez ceux qui soutiennent mordicus Wikileaks (souci propre au régime démocratique : droit à une information indépendante et honnête pour le plus grand nombre) avec celui des dictatures militaires, et des régimes nazi, stalinien et maoïste..."

    Ce sont l’identité et l’idéologie des détracteurs de Wikileaks qui doivent nous encourager à soutenir cette agence d’information.

    • Je cite Serge Ulaski : "le souci de transparence chez ceux qui soutiennent mordicus Wikileaks (souci propre au régime démocratique : droit à une information indépendante et honnête pour le plus grand nombre)...". Il parle aussi des "dictatures militaires, et des régimes nazi, stalinien et maoïste..."  ? Et encore : "Ce sont l’identité et l’idéologie des détracteurs de Wikileaks qui doivent nous encourager à soutenir cette agence d’information".

      Un peu facile de crier au stalinisme et au maoisme et les mettre sur le même plan que le nazisme, dès qu’on critique les systèmes démocratiques. Rappelons toute de même que le nazisme n’a été voulu que par les élites, européennes surtout. Le stalinisme et le maoisme a été désiré et défendue par des centaines de millions de gens à travers le monde qui y voyait leur salut.

      Le souci propre du régime démocratique est le droit à une information independante et honnête ? Vraiment ? Le peuple français était au courant des horreurs que son élite commettait en Algérie, justifiés à l’époque par Alexis de Tocqueville ? Le peuple allemand a été bien informé du nazisme par les médias de ce pays AVANT que le nazisme prenne le pouvoir ? Et que dire des chers USA, ou les médias d’establishment appuyait bruyamment ces guerres que la bourgeoisie américaine a mené contre les coréens et les indochinois ? Guerres terribles y ayant laissé des traces physiques et mentales pendant des générations. Et plus près de nous, l’Iraq et l’Afghanistan.

      Les régime stalinien a écrasé Hitler. Le régime maoiste a bouté dehors les puissances impérialistes, le fascisme japonais principalement. Le régime américain lui a employé l’arme atomique contre un adversaire déjà à terre ! Surement après une "information indépendante et honnête" du peuple americain !!

      Puis à l’époque du président Clinton ("libéral", comme on dit), les USA voulaient célébrer Hiroshima et Nagasaki avec des timbres postaux spéciaux. Mais là, la presse japonaise a trouver une force, qu’on ne soupçonnait plus chez lui, pour se mettre à hurler. Les USA ont donc retiré leur timbres, sans que cela empêche Clinton d’insister qu’"on a rien à se reprocher" ! Merci à la presse "indépendante et honnête" et le rôle qu’elle joue. Merci à Wikileaks qui a surtout réussie à camoufler les méfaits dont sont responsables les USA, encore hyperpuissance. Soutenir Wikileaks ? Pourquoi faire ? On veut les vérités sur ce qui se passe dans le monde, non les inanités inspirées par une vision de l’univers fabriquée aux Etats-unis !

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes