Les loups veulent entrer dans Gaza

La France, l’Europe, les Etat Unis, rivalisent de lâcheté la tête enfoncée dans le sable, et jurent qu’ils n’y peuvent rien. Je pense en particulier à l’Espagne36/39… à Sarajevo 92/95… à la Palestine 47/2010…et j’en passe La Palestine historique en chiffres depuis son partage (vote de l’ONU) le 29 novembre 1947.

1947 :100% 46% pour la Palestine 54% pour le nouvel état Israélien

1967 : = 22%pour la Palestine et passe à 78% pour Israël

2007 : = 9 %pour la Palestine et passe 91% pour israel

L’Etat d’Israël a cette particularité de n’avoir toujours pas 63 années après sa création défini ses frontières qu’il à toujours considérés comme extensibles. La preuve QUE RESTERA-T-IL DE LA PALESTINE, si nous l’abandonnons à la curée.

De quoi se nourrit le désespoir quand il prend le nom Palestine. Le nom aussi de son peuple Palestinien qui contre toute attente en dépit d’une incommensurable injustice, vit et résiste encore et toujours comme dans les années Fedayin qui lui ont légué le courage et la fierté. Ce peuple qui depuis 64 années nourrit l’espoir de vivre dans une paix juste durable et équitable. Peut- on raisonnablement leur demander encore d’espérer, alors qu’il est clair que depuis 1947 toute une stratégie est mise en place pour vider la Palestine de sa population par les massacres collectif et planifiés. Dans la nuit du 30 et 31 décembre1947 le village de Balad al-Cheikh fut le prélude des massacres qui provoquèrent l’exil forcé 800 000 palestiniens ( 80% de la population) ce qui fut interprété comme une fuite fut accueilli comme un miracle par l’Etat Israélien. Deir Yassin dans la nuit du 9 et 10 avril 1948 la croix rouge internationale dénombre 254 villageois massacrés. Le miracle fonctionna encore des dizaines de fois sans que soit révélé la monstruosité de la méthode qui se répéta a Kafr Kassem en 1956…En plein conflit « canal de Suez » Les Palestiniens ne réclame rien de plus que la justice internationale.
Le bain de sang à Sabra et Chatila, en 1983 ou la participation et la complicité de l’Etat d’Israël ne fait aucun doute . Loin d’être un accident ; comme tous les autres bains de sang il participe à jalonner l’ histoire de cet État depuis sa création à aujourd’hui et cela dans un implacable dessein qui consiste à vider la Palestine de toutes traces historiques, autres que juives. Censurant jusqu’à sa mémoire. Espérer devient alors une performance qui défie sans répit les pièges les plus invraisemblables. Tout ou presque a déjà été essayés . L’avenir pour les Palestiniens devient plus en plus compromis , avec un horizon complètement bouché et embouteillé par 64 années de mensonges qu’aucune justice n’osera affronter ni même trop bousculer. Les chiffres résonnent encore comme autant de glas annonciateur d’une vaste supercherie : 1947 le 29 novembre : l’ONU vote le partage de la Palestine à New York. L’état juif obtient près de 54% de la Palestine historique dont 80% de la terre céréalière et presque la totalité des zones côtières, contre 46% aux palestiniens. Cette inégalité provoque un mécontentement suivit d’une guerre celle-ci éclate quand les organisations sionistes déclenchent une campagne d’épuration ethnique anti-arabe dans le but de s’accaparer de l’ensemble des territoires morcelés isolés par le partage. Les massacres comme à Deir –Yassin ont servit à échafauder l’exode palestinienne mêlé à la haine anti-arabes qui perdure… Surtout après la guerre qui opposera l’Etat juif aux armées arabes de la région, qui fut suivi par la triste débandade de celles-ci.

Le 14 mai 1948, Ben Gourion proclame l’indépendance de l’Etat d’Israël Dès sa fondation, le nouvel État annonce sans ambages que « le pays appartient aux Juifs et que les Palestiniens ne sont - en Palestine - que de vulgaires envahisseurs. »(1) Cette cynique arrogance n’a jamais cessé depuis.
1967 : Guerre dite des 6 jours et c’est l’occupation militaire de toute la Palestine historique. L’espace palestinien est désormais réduit à 22% après un nouveau découpage que s’autoriseront les vainqueurs. 2010 : 9% c’est le chiffre que totaliserait la future Palestine si elle voyait le jour demain, l’ état croupion que dans les années 1970 les Associations anti Impérialistes redoutaient déjà.
Le Mur prison ,que seul un état voyou dépourvu d’ humanité aurait pu inventer après une propagande éhonté a fixé à l’aide d’un calcul" savant "le nouveau tracé qui rogne les territoires palestiniens au point de les réduire à 9% un sinistre projet motivé par une poussée de haine coloniale à seule fin de flatter certains imbéciles qui croient dur comme fer qu’ils possèdent un avantage acquit par les gènes ils pensent là à une supériorité racial.

Les loups qui occupent militairement 90% de la Palestine historique. sont aujourd’hui aux portes de GAZA. Ils Provoquent des accidents sporadiques en attendant le pire. Mais c’est sans compter sur des solidarités qui s’additionnent et avec lesquelles désormais il va Falloir nous aussi compter. La Crise au niveau mondiale a généré des initiatives inattendues ,de plus en plus de pays d’Amérique Latine déclarent qu’ils reconnaissent L’ETAT Palestinien . Il y a aussi l’aide internationale qui vient défier la force occupante… Il y a l’INDIGNATION de Stephane Hessel qui appelle a s’indigner partout ou devant le crime, il y a l’indifférence. Partout ou il y a un motif de résistance contre le pouvoir de l’argent.
Stephane Hessel ecrit « aujoud’hui, ma principale indignation concerne la Palestine… »
L’ Indignez vous !de Stéphane Hessel aura t’il la puissance du j’ACCUSE ! de Zola ? dans le journal l’Aurore du 13 janvier 1898. Je pense que ça tiens à ce que nous en ferons. www.indigene- editions.fr à 3euros

(1)Dès juin 1938, Ben Gourion déclare devant l’Exécutif de l’Agence juive : "Je suis pour le transfert forcé [l’expulsion des Arabes palestiniens]. Je ne vois rien là d’immoral." Dix ans plus tard, le 24 mai 1948, il écrit dans son Journal : "Nous allons créer un Etat chrétien au Liban, dont la frontière sud sera le Litani. Nous allons briser la Transjordanie, bombarder Amman et détruire son armée, et alors la Syrie tombera. Apres quoi, si l’Egypte veut continuer à se battre, nous bombarderons Port Saïd, Alexandrie et Le Caire. Ce sera notre vengeance pour ce que les Egyptiens, les Araméens et les Assyriens ont fait à nos aïeux à l’époque biblique*." (cité par Ilan Pappé dans son livre Le Nettoyage ethnique de la Palestine .

Luis lera


 
P.S.

(1)Dès juin 1938, Ben Gourion déclare devant l’Exécutif de l’Agence juive : "Je suis pour le transfert forcé [l’expulsion des Arabes palestiniens]. Je ne vois rien là d’immoral." Dix ans plus tard, le 24 mai 1948, il écrit dans son Journal : "Nous allons créer un Etat chrétien au Liban, dont la frontière sud sera le Litani. Nous allons briser la Transjordanie, bombarder Amman et détruire son armée, et alors la Syrie tombera. Apres quoi, si l’Egypte veut continuer à se battre, nous bombarderons Port Saïd, Alexandrie et Le Caire. Ce sera notre vengeance pour ce que les Egyptiens, les Araméens et les Assyriens ont fait à nos aïeux à l’époque biblique*." (cité par Ilan Pappé dans son livre Le Nettoyage ethnique de la Palestine .

 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • Les loups veulent entrer dans Gaza 25 janvier 2011 16:17, par Valdo

    Seule réserve à cet excellent article : quand cessera-t-on avec la métaphore des loups, superbes animaux qui n’ont pas mérité d’être comparés à l’homme, loup pour le loup ?

  • Les loups veulent entrer dans Gaza 26 janvier 2011 15:13, par luis lera

    Mais j’ai tellement aimé la chanson que chantait Redgiani ; « les loups sont entrés dans Paris »
    Vous avez raison de vous indigner .
    En écrivant le titre de cet article, je me suis fait "violence", en fait je suis satisfait de votre réaction. Les loups non pas fini d’habiter nos fantasmagories, bien sur je pourrais argumenter sur le fait que dans le contexte de la situation évoquée dans mon article, les loups restent une image virtuelle qui n’a rien de dégradant puisqu’il ne s’agit pas là de loups mais de la soldatesque. On peut ainsi tourner en rond et ne pas avancer d’un seul millimètre sur cette question. J’en viens à penser que bien souvent les minorités sont parfois utilisées comme métaphore pour donner à une phrase plus de profondeur. Par exemple
    « il faut vraiment être aveugle pour ne pas le voir » ou encore « il faut vraiment être sourd pour ne pas l’entendre » là c’est le handicap qui en prend plein la poire. Les deux exemples
    prennent le lecteur à témoin pour lui signifier que le sourd et l’aveugle sont des idiots.

    Les loups ne sont pas mieux servis d’être comparés à des hommes fusent-ils les "meilleurs" ou son contraire ayant subit ou non un crime contre l’Humanité, ayant rejoint ou non le cercle des assassins . Même si la comparaison est virtuelle cela reste une image dégradante pour le loup et tendrait à banaliser le crime par des silences, ou plutôt des nons -dit en justifiant les crimes racistes « il n’y a pas de fumée sans feu ». Les Juifs, les Palestiniens, ne sont pas désignés par cette métaphore, et ils sont libres de s’indigner autant de fois que la liberté ne sera pas équitablement partagée.

    Aujourd’hui c’est un fait irréfutable que ce sont les Palestiniens les damnés de la terre qui cumulent avec l’islamophobie et autre arabophobie et non les juifs ,la preuve : certaines personnes penseront que je suis par cet article un indécrottable antisémite et bien même pas je vomis sur l’antisémitisme comme sur le fascisme latent.

    luis lera

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes