Que l’étincelle tunisienne embrase tout le monde arabe !

Plus de quatre semaines de révoltes populaires, l’armée tire à balles réelles dans la foule, des morts par dizaines, couvre feu, disparition et exécution des syndicalistes, blogueurs arrêtés etc. etc. Ces événements ne se déroulent ni à Cuba, ni au Venezuela, ni en Bolivie, ni en Chine et ni en Iran mais en...Tunisie ! Les pays européens, la France de Sarkozy en tête, prompts d’habitude à s’immiscer dans les affaires iraniennes ou ivoiriennes par exemple, se sont, cette fois contentés de quelques communiqués après des semaines de silence complice : « la Tunisie est confrontée à des problèmes économiques et sociaux. Seul le dialogue permettra aux Tunisiens de les surmonter » disait platement un communiqué du ministère français des Affaires étrangères.

Quel contraste entre la violence de la propagande menée contre l’Iran au printemps 2009 lors des élections présidentielles et la platitude des déclarations officielles à propos de la révolte du peuple tunisien. Il suffisait à l’époque de lire les titres des journaux et de regarder les images diffusées en boucle par les télévisions américaines et européennes pour se rendre compte de la haine que voue l’impérialisme à la République islamique d’Iran. La révolte du peuple tunisien, elle, ne mérite que mépris et silence. Car « La Tunisie est un pays ami, nous sommes extrêmement vigilants sur ce qui se passe là-bas et fortement préoccupés (...) En même temps, la France n’a pas à s’ingérer dans les affaires de la Tunisie » déclarait Luc Chatel sur Radio Classique et i-Télé .

Tout en invoquant cyniquement le droit de non ingérence dans les affaires des autres pays, le gouvernement français, par le biais de sa ministre des Affaires étrangère Michèle Alliot-Marie, va même jusqu’à proposer aux régimes Tunisien et algérien sa collaboration en matière de sécurité et du maintien de l’ordre :« Nous proposons que le savoir-faire qui est reconnu dans le monde entier de nos forces de sécurité permette de régler des situations sécuritaires de ce type. C’est la raison pour laquelle nous proposons aux deux pays [Algérie et Tunisie, ndlr], dans le cadre de nos coopérations, d’agir en ce sens pour que le droit de manifester puisse se faire en même temps que l’assurance de la sécurité » (1). C’est que la France est l’un des premiers investisseurs étrangers en Tunisie. Elle occupe même la première place quant au nombre d’entreprises installées dans ce pays (1200 entreprises). On peut citer pêle-mêle Lacoste, Valeo, Sagem, Danone, Sanofi-Aventis, Fram, Accor, Club med, BNP-Paribas, Société générale, Groupe Caisse d’épargne etc.etc.(2)

Il faut donc, vaille que vaille, sauver Ben Ali et sa dictature. Mais la bourgeoisie française craint par dessus tout la victoire du peuple tunisien et l’installation au Maghreb d’une véritable démocratie qui donnera l’exemple à tous les peuples du monde arabe dirigé aujourd’hui par des régimes anachroniques soutenus, financés et armés par l’impérialisme américain et son caniche européen.

Les bourgeoisies occidentales qui se targuent sans cesse de vouloir répandre la démocratie à travers le monde, ne font dans la réalité que soutenir, directement ou indirectement, des dictatures et empêchent de ce fait toute progression sur le chemin de la démocratie et du progrès social. Toute l’histoire de l’impérialisme n’est que soutien aux régimes les plus féroces quand ils ne sont pas installés directement par lui. Il serait difficile et fastidieux de vouloir établir une liste exhaustive de ces dictatures tellement elles sont nombreuses. Citons tout de même les plus connues et les plus terribles : Augusto Pinochet au Chili, Videla en Argentine, Samoza au Nicaragua, Soeharto en l’Indonésie, Marcos aux Philippines, Musharraf au Pakistan, le Shah Reza Pahlavi en Iran, Hosni Moubarak en Egypte, Omar et Ali Bongo au Gabon etc. etc. Le soutien indéfectible des bourgeoisies occidentales aux régimes les plus sanglants est une constante de l’histoire du capitalisme.

Le soulèvement du peuple tunisien aujourd’hui, son courage et sa détermination à affronter l’un des régimes les plus répressifs, montre la voie à suivre à tous les opprimés non seulement du Maghreb mais de tout le monde arabe !

Les masses populaires arabes ont trop souffert de cette complicité objective de leurs propres bourgeoisies corrompues jusqu’à la moelle épinière et de la bourgeoisie occidentale qui les maintient dans la dépendance et la misère. Le monde arabe est aujourd’hui une véritable bombe qui peut exploser à n’importe quel moment.

Longtemps exploitées, marginalisées, humiliées, les masses populaires arabes relèvent lentement la tête et essayent de sortir de cette longue nuit dans laquelle elles ont été plongées. Travailleurs, progressistes et démocrates européens, il est de notre devoir de soutenir le peuple tunisien dans sa lutte contre un régime d’un autre âge. Sa victoire là-bas dans cette région du monde arabe c’est également la notre ici en Europe.

Mohamed Belaali

belaali.over-blog.com


(1) http://www.rue89.com/2011/01/12/lin...

(2) http://www.ambassadefrance-tn.org/f...


 
 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • Non seulement le monde arabe mais la France aussi !
    Cette pauvre France gouvernée par un voyou, mise à genou par ce misérable extrémiste d’extrême droite qu’est Sarkosy.
    Cet individu qui tue à petit feu les français, qui leur enlève toutes ses libertés rapidement et surement.

    Merci à Oulala d’avoir été le seul organe de presse à mettre en ligne la vidéo de la facho MAM qui proposai à la Tunisie l’intervention des forces française pour soutenir Ben Ali

  • Que l’étincelle tunisienne embrase tout le monde arabe !

    Il serait plus utile à mon sens que tous les gouvernants du monde, pas qu’arabe, ainsi que tout ces forts qui abusent des faibles tirent leçon de la fragilité éphémère de leurs dominations.
    Tout est question d’équité.

    On récolte ce que l’on sème (ou s’aime). Celui qui plante les épines ... comme le disait ce poète tunisien Abdel el Kacem Chebbi (1909-1934) ... dans ce texte Ela Toghat Al Alaam que chante Latifa Arfaoui.

    « Ô tyran oppresseur...

    Ami de la nuit, ennemi de la vie...
    Tu t’es moqué d’un peuple impuissant
    Alors que ta main est maculée de son sang
    Tu abîmes la magie de l’univers
    Et tu sèmes les épines du malheur dans ses éminences

    Doucement ! Que ne te trompent pas le printemps,
    La clarté de l’air et la lumière du jour
    Dans l’horizon vaste, il y a l’horreur de la nuit
    Le grondement du tonnerre et les rafales du vent
    Attention ! Sous la cendre, il y a des flammes
    Celui qui plante les épines récolte les blessures

    Regarde là-bas où tu as moissonné les têtes humaines
    et les fleurs de l’espoir
    Et tu as englouti de sang, le cœur du sol et tu l’as abreuvé de larmes à l’ivresse
    Le flot, torrent du sang va te brûler
    Et l’orageux brûlant va te dévorer. »

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes