Vive le peuple tunisien qui a chassé le tyran

Le tyran a été chassé de Tunisie par le formidable mouvement populaire qui a bravé la répression féroce de la police, de l’armée et des bandes à la solde du régime.
C’est une très grande victoire de tout un peuple debout, depuis des semaines, contre une dictature sanglante, corrompue, qui a mis le pays en coupe réglée.
C’était une des exigences de ce mouvement qui a gagné l’ensemble du pays et mis dans la rue le peuple tunisien, sa jeunesse, ses étudiants, ses diplômés-chômeurs, ses syndicalistes, ses militants pour les droits démocratiques, ses militants des partis politiques d’opposition qui ont été sans cesse réprimés, ses artistes, ses avocats qui n’ont jamais plié devant le régime. A ces opposants de toujours, s’est jointe la masse des hommes et des femmes qui ont exprimé toute leur colère contre ce régime corrompu et leur aspiration à vivre de leur travail, dans la dignité, à pouvoir s’exprimer librement. Ce mouvement a suscité un profond courant de solidarité internationale ; les exilés tunisiens se sont retrouvés quotidiennement dans des rassemblements, des manifestations, avec les militants des forces politiques, syndicales, sociales, solidaires du combat du peuple tunisien. Dans toutes les grandes villes de France, de Genève à Montréal, de Bruxelles à Berlin… ce samedi 15 janvier, des dizaines de milliers de manifestants vont fêter cette première victoire qui aura des répercussions dans tous les pays de la région. Quand les jeunes se sont révoltés contre la mal-vie en Algérie, les régimes autoritaires du Maghreb ont commencé à craindre un effet de contagion.

Ben Ali assassin, Sarkozy complice

Jusqu’aux derniers moments, le gouvernement français, l’UE, les USA…, ont soutenu ce régime. Le secrétaire général du FMI a tenu à citer encore récemment le régime de Ben Ali en exemple. C’est vrai, qu’il a soumis le pays aux intérêts de l’oligarchie financière internationale. Alors que des manifestants tombaient sous les balles, la ministre Alliot Marie proposait de mettre les compétences de la police française au service du régime assassin et plusieurs responsables politiques se sont élevés contre l’accusation de dictature. Jusqu’au bout, ils auront été complices de cette dictature, qui savait les « remercier ».

Pour une Tunisie démocratique qui garantisse le droit au travail, la dignité et la souveraineté du peuple

Le tyran est parti, mais le peuple ne veut pas se faire voler son combat, ni voir ses immenses exigences sociales, politiques, démocratiques, flouées par une pseudo transition qui permettrait à ceux qui ont les mains couvertes de sang, aux profiteurs du régime, de tourner leur veste, en espérant pouvoir continuer à s’enrichir.
Durant des semaines, les exigences politiques, sociales, ont été scandées, elles ont été brandies sur les pancartes, écrites sur les tracts, criées dans les prises de parole dans les rues des villes et des villages.
Les forces politiques de l’opposition qui se battent pour un changement profond, au service des masses populaires du pays, ont fait connaitre leurs propositions. Nos camarades du Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie (PCOT), ont notamment dit : « Nous considérons toutefois, que ce changement tant voulu exige le départ de Ben Ali, la dissolution des institutions fantoches du régime actuel et la mise en place d’un gouvernement national provisoire qui aura comme tache l’organisation d’élections libres et transparentes. Ces élections permettront d’instaurer une constituante chargée de l’élaboration d’une nouvelle constitution, qui pose les jalons d’une République réellement démocratique, consacre la souveraineté du peuple, garantit le respect des droits humains, l’égalité et la dignité. Elle mettra en œuvre une nouvelle politique économique et sociale, nationale et populaire. Celle- ci garantira à notre peuple le travail et les ressources nécessaires pour une vie digne et mettra fin à la corruption, l’arbitraire et les disparités régionales. » Une nouvelle phase du mouvement révolutionnaire s’est ouverte en Tunisie. Nous devons rester mobilisés pour soutenir le peuple tunisien et les forces qui luttent pour que ses exigences se réalisent.
Vive la lutte exemplaire du peuple tunisien !
Vive la solidarité internationale qui aura raison de tous les tyrans !

Paris, 15 janvier 2011

Parti Communiste des Ouvriers de France
pcof@pcof.net


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes