Journée du 8 mars... Et la femme palestinienne alors ?

Cela fait depuis plus de 60 ans qu’elles souffrent terriblement et personne ne vient exprimer haut et fort son indignation vis-à-vis de leur profonde détresse. En cette Journée Internationale de la Femme, j’ai une pensée particulière pour ces femmes dignes et courageuses. De génération en génération, elles luttent sans relâche contre les injustices qui bafouent les droits les plus élémentaires.

JPEG - 26.5 ko

Je veux parler des femmes palestiniennes qui subissent de plein fouet les affres de l’occupation israélienne au quotidien. Où sont les vaillants défenseurs des droits des femmes qui envahissent les plateaux et s’emparent des micros ? On ne les entend vraiment pas sur ce sujet. Ils sont plus bavards lorsque les violations se déroulent ailleurs... Honte à eux pour ce silence coupable et assourdissant. Les femmes palestiniennes n’ont-t-elle pas le droit d’être secourues ? Depuis quand sauve-t-on une victime en fonction de l’identité de l’agresseur ?

Les images insoutenables de femmes enceintes décédant aux barrages après avoir supplié en vain n’illustrent-elles, pas à elles seules, la cruauté de l’armée israélienne qui se comporte de façon totalement méprisante et cynique.

JPEG - 76 ko

Tuées par des tirs et bombardements aveugles, mutilées par des éclats d’obus, humiliées aux check point tenus par d’affreux soldats, agressées par des colons haineux, jetées en prison parfois avec leurs enfants, affaiblies par l’anémie en raison de l’insécurité alimentaire, privées de soins, d’éducation et d’avenir à cause du blocus, du mur, de la pauvreté, de l’arbitraire... Sans oublier bien sûr le sort terrible des femmes réfugiées vivant dans le dénuement complet dans des camps insalubres au Liban et en Jordanie.

Tout cela ne semble pas offusquer ni outrager nos médias et autres intellectuels minables. Pourquoi cette région précise du monde est-elle épargnée du flot de critiques et des réprobations ? Il faut que des voix sincères et engagées s’élèvent contre toutes les formes de violences faites aux femmes dans le monde sans exception.

JPEG - 25.1 ko

Assez de complaisance en Cisjordanie ! Assez de complicité à Gaza ! Ceux et celles qui prétendent agir au nom des valeurs se discréditent complètement quand ils ferment les yeux sur des réalités inacceptables. Le peuple palestinien n’est-il pas inscrit au registre de l’humanité pour qu’il soit lâchement délaissé ? Ces journées internationales qu’elles soient liées aux droits des femmes ou non ne servent strictement à rien si les souffrances d’un peuple se poursuivent en toute impunité. La communauté internationale se doit d’intervenir rapidement afin que cesse cet interminable cauchemar. Il y va de sa crédibilité et de son honneur.

Nul n’est au-dessus des lois et le droit doit s’appliquer sans faiblesse. C’est là une condition essentielle pour que la paix puisse se propager dans le monde et protéger ainsi les plus vulnérables.

A bon entendeur, Salut, Shalom, Salam...


 
P.S.

Un grand et vibrant hommage à ces femmes palestiniennes pleines de bravoure. Le combat qu’elles mènent au quotidien en faveur de leur peuple force tant le respect que l’admiration.

 
Portfolio


Portfolio


Portfolio


Portfolio


Portfolio


Portfolio


 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • Journée du 8 mars... Et la femme palestinienne alors ? 10 mars 2011 17:02, par le journal de personne

    D’où nous vient ce vent de révolte qui soulève tous les damnés de la terre et qui est en passe de traverser la méditerranée ?
    Peut-être pour sacrer ou consacrer la femme de l’année…
    Rien qu’à l’entendre souffler, on a le sentiment, d’ores et déjà qu’il vient des Aurès.
    Vous n’avez pas une infime conviction que quelque chose va désormais bouger…avec ou sans notre bénédiction ?
    Vous n’avez pas une infime conviction que cette secousse qui fait trembler les mortels n’a aucune partie liée avec l’Eternel ?
    Pour vous donner une image de ce mirage, je vous renvoie aux prouesses d’un personnage légendaire, héroïne exemplaire qui habite encore aujourd’hui, l’imaginaire des berbères et qui fut surnommée Kahina.
    On la crut juive, puis chrétienne et on l’a vu plus d’une fois monter à l’assaut du ciel…
    Elle était belle, aux yeux clairs mais elle était surtout pure au sens vertueux et non religieux.
    Prophétesse, prêtresse ou déesse… mégère, vipère ou sorcière, on peut l’affubler de tous les noms, mais on ne lui retirera jamais à cette princesse, fille du roi des Aurès, le mérite de se battre au nom des siens… deux enfants… pour lesquels elle a versé le sang : l’honneur et la dignité.
    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/kahina/