A propos de la la mort du citoyen cubain Juan Wilfredo Soto Garcia

Note d’information du gouvernement cubain.

Dans les dernières heures, une nouvelle campagne diffamatoire est orchestrée contre la Révolution face à la mort du citoyen cubain Juan Wilfredo Soto Garcia survenue le 8 mai dernier à cause d’une pancréatite aigüe, à l’hôpital provincial Arnaldo Milian Castro à Santa Clara.

Des éléments contre-révolutionnaires sans scrupules ont raconté le mensongèrent que ce décès a été la conséquence d’une raclée que les policiers lui auraient soi-disant donnée. Mensonge qui fut rapidement amplifié par les médias de la désinformation impérialiste, particulièrement d’Europe et des Etats-Unis où – en même temps – certains porte-paroles gouvernementaux ont exprimé leur préoccupation.

Le 6 mai, ce citoyen est entré à l’hôpital en question parce qu’il avait des douleurs abdominales intenses provoquées par une pancréatite aigüe. Par la suite, on a diagnostiqué, en outre, un déséquilibre provoqué par d’autres maladies telles que la myocardiopathie avec dilatation, une hyperlipidémie (excés de graisses dans le sang), un diabète et une hépatite chronique conséquence d’un foie gras.

L’autopsie indiqua une mort naturelle, établissant comme cause préliminaire : « choc multifactoriel par déficience multiorganique dûe à une pancréatite ». aucun signe de violence interne ou externe n’a été observé.

Le citoyen Juan Wilfredo Soto Garcia, 46 ans, est connu pour différnts délits tels que : troubles à l’ordre public, vols, et blessures graves, pour lesquels il a fait 2 ans de prison.

Ces derniers temps, il se lia à des éléments contre-révolutionnaires qui l’employèrent pour leurs activités de provocation. La dernière eut lieu le 5 mai dans un parc de Santa Clara où il troubla l’ordre public, raison pour laquelle on l’amena au poste de police duquel il fut libéré 3 heures plus tard sans incidents.

Alors que l’important soutien populaire aux résultats du 6° Congrès du PCC se confirme et que le peuple s’emploie à la mise en oeuvre des Grandes Lignes qui ont été approuvées, les ennemis externes et internes tentent de dévaloriser la réalité cubaine et de miner le prestige international de la Révolution et sa force morale. Comme l’a dit le Président des Conseils d’Etat et des Ministres, le Général d’Armée Raùl Castro Ruz dans son Rapport Central au 6° Congrès du PCC :

« Nous avons supporté patiemment les implacables campagnes de diffamation en matière de droits de l’homme mises sur pied depuis les Etats-Unis et certains pays de l’Union Européenne qui exigent de nous rien moins que la redition inconditionnelle et la démolition immédiate de notre régime socialiste et soutiennent, orientent et aident les mercenaires de l’intérieur à désobéir à la loi ».

La Révolution s’est toujours défendue par la vérité et la force invincible du peuple qui a confiance en la force des idées de justice qui la rendirent possible.

10 mai 2011.


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes