Gilad Shalit : urgence pédagogique à l’attention des médias français

Face à l’indigeste tarte à la crème qui nous a été proposée ces derniers jours par l’ensemble des médias français, célébrant le « triste anniversaire des 5 ans de détention du jeune soldat franco-israélien Gilad Shalit », il me paraît urgent de rappeler certains faits :
- le prisonnier en question est un soldat. Capturé par la résistance palestinienne lors d’opérations dans la Bande de Gaza où il n’avait rien à y faire, sinon exercer comme ses compères, ses exactions à l’encontre de populations occupées ;
- rappel : qu’est-ce qu’un soldat ? C’est un individu qui accepte une formation au combat et à la guerre. En d’autres mots, son apprentissage a pour objectif de tuer ;
- les lois israéliennes permettant à tout individu de refuser d’effectuer son service militaire, en devenant objecteur de conscience, c’est donc le strict choix de ce soldat de le prester ou non, et donc, d’en subir les risques éventuels en connaissance de cause ;
- en-dehors de faire l’apologie du service militaire et de celles et ceux qui s’y soumettent, je ne vois pas très bien le but de ces relais médiatiques, sauf à penser que l’Etat français et les médias qu’il contrôle, sont singulièrement complices de soutien à l’apartheid contenu, mis en place et vérifié chaque jour dans l’idéologie sioniste.

D’autre part et dans le même ordre, pourquoi donc ces mêmes médias ignorent-ils le sort réservé à un autre jeune, Salah Hamouri, franco-palestinien ? Celui-ci a été capturé par les forces armées israéliennes pour motif qu’il contestait l’occupation de son pays, appartenait au FPLP (Front Populaire de Libération de la Palestine), et « aurait eu le projet d’un attentat ». Pour plus de détails, voir : Salah Hamouri

Loin d’être un soldat, ce civil croupit depuis mars 2005 dans les geôles israéliennes et y purge une peine de 14 ans ramenée à 7 ans, mais là, aucun média ne s’en fait le relais. Encore et toujours, nous pouvons constater le deux poids, deux mesures dans le traitement de l’information et par ricochet, dans celui de la justice…

Par ailleurs, faut-il rappeler la réalité des prisons israéliennes où croupissent depuis des années près de 10.000 prisonniers palestiniens ? Faut-il rappeler que s’y trouvent des femmes qui y ont accouché de leur bébé dans des conditions infra-humaines ; que s’y trouvent de nombreux mineurs ; ainsi que des mandataires politiques arrêtés pour le simple fait d’appartenir au parti Hamas ; et qu’il s’y pratique la torture ? Et qu’en disent nos médias si prompts à ériger en icône l’effigie d’un soldat ? Rien.

Ainsi, le très sioniste maire de Paris qui a refusé de nommer Salah Hamouri en tant que citoyen d’honneur de la ville de Paris à l’instar du soldat Shalit, peut bien afficher en long et en large la photo du soldat fait prisonnier par la résistance palestinienne, je n’oublie ni ne confonds jamais les plans et sais me rappeler qui occupe brutalement l’autre depuis plus de 63 ans.

Dès lors, excusez-moi du peu, mais je me fous que la détention de ce soldat se poursuive encore quelques années supplémentaires. Il a choisi de participer à la machine de guerre israélienne et d’occupation de terres palestiniennes, il contrevient d’ailleurs ainsi aux différentes résolutions de l’ONU, qu’il en assume les conséquences. Et que les médias franco-sionistes revoient donc leur copie !

Daniel Vanhove
Observateur civil
Auteur 26.06.11


 
 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires